archive voyage ARCHIVES DES VOYAGES
RECHERCHER UN VOYAGE

Choisissez au moins un critère de recherche.

Retour

ARCHIVES DE NOS VOYAGES PASSÉS

2017 GRAND TOUR DU SPITZBERG

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 6150 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Ortélius
Terres glacées de calottes et de banquise autour de l'archipel du Spitzberg - Royaume des ours blancs et des morses - Fjords les plus secrets et beaux du Grand Nord - A moins de 1000 kilomètres du Pôle Nord...
Descriptif

Voyage Spitzberg

En juillet, le Spitzberg est encore entouré de banquise et l'utilisation d'un brise-glaces est nécessaire. Cet archipel du Grand Nord est unique dans l'Arctique, car plus de 65 % de sa superficie sont protégés par des parcs nationaux et des réserves ; les morses, phoques, ours, y sont réguliers, et en juillet la toundra est colorée des feux des fleurs de l'été, et les oiseaux d'eau sont là par milliers. Nous ferons – si la banquise le permet – le tour de l'île, pour naviguer dans le bras de mer entre les îles de l'Est et le Spitzberg : les ours y rôdent très régulièrement, et c'est dans cette région que les femelles élèvent leurs jeunes. Ce voyage assure le plus beau festival de nature polaire.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ortelius

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Vêtements chauds

Activités : Observation animalière. Randonnées/excursions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Programme Croisière polaire voyage Spitzberg

16 juillet : Paris – Longyearbyen

Vol direct privatisé au départ de Paris CDG et arrivée à la mi-journée à Longyearbyen. Excursion en bus dans la vallée de l’Adventdal et découverte de la ville. Embarquement vers 17h et croisière dans l’Isfjord (horaires à confirmer).
Réunions d’informations puis navigation le long des enclaves minières russes avant de partir en haute mer où nous avons des chances d’observer des baleines au large de l’île du Prince Charles.

17 juillet : Baie de la Croix-Lilliehookfjord

Nous passerons la journée dans ces fjords, faits de glaciers qui dévalent des montagnes.
C’est l’une des plus belles régions. Le Krossfjord fut une implantation nazie, dans la baie du Roi et parmi les glaciers les plus impressionnants il y a ceux du Roi, du Lilliehook (5 km de fronts de glaces), et du 14 juillet ainsi nommé par le Prince Albert Ier de Monaco en 1906. Les sommets sont déchiquetés par le gel et dépassent 1200 mètres d’altitude.
Plusieurs petites colonies d’oiseaux marins, de nombreux îlots abritant eiders et bernaches et la présence régulière de phoques sur les petits icebergs complètent la richesse de ces sites.

18 juillet : Glacier de Monaco

Cette appellation couvre l’entrée du Woodfjord, encombré de bois de flottage et réputé pour les couleurs pourpres de ses montagnes du dévonien, et ses cétacés. La toundra du Reinsdyrflya est connue pour ses oiseaux et sa flore. Plusieurs huttes de trappeurs rappellent l’histoire des lieux.
Nous irons vers le glacier Erik, qui se jette dans un lac glaciaire et nous naviguerons en zodiacs devant le front du glacier.

19 juillet : Sept-îles et banquise

Par plus de 80° de latitude Nord, un archipel étend ses îles où les morses et les ours sont réguliers.
C’est là que le jeune Nelson, vainqueur de Trafalgar fut officier britannique de l’expédition de Phipps en 1773.
Plusieurs îles sont le refuge de macareux et de mergules.
Départ vers le Nord, vers la limite de la banquise où rôdent les ours à la recherche des phoques qui se reposent sur les plaques de glaces.

20 juillet : Banquise

Durant cette journée, nous naviguerons en lisière de banquise et entre les plaques lâches et entrechoquées, à la recherche d’ours et d’autres animaux, tout en organisant une croisière en zodiac et (si les conditions le permettent) un débarquement sur une plaque de glace, pour vous faire connaître et comprendre ce milieu naturel si extraordinaire qu’est la glace de mer. Nous espérons de même y observer la très rare mouette blanche, et des phoques du Groenland.

21 et 22 juillet : Terre du Nord-Est, Edgeoya et Barentsoya

Dans les eaux du Sud du détroit de Hinlopen, nous guetterons les baleines, nous débarquerons dans le désert froid de la baie de Vibe (il n’y tombe que 200 mm de pluie par an), nous approcherons une colonie de morses et nous tenterons de longer en partie la plus grande barrière de glaces (160 km) de l’hémisphère Nord.
Selon les glaces, nous naviguerons dans la banquise à la recherche d’ourses et de leurs jeunes ; en effet, les deux grandes îles sont un lieu de reproduction des ours et le Storfjord proche est un lieu de rassemblement de phoques, amenant ainsi les femelles à fréquenter ces lieux.
Ces îles sont également riches de l’histoire des trappeurs et des baleiniers qui se sont installés ici il y a quatre siècles.
Ces grandes îles sont aussi l’occasion de découvrir la toundra fleurie et animée d’oiseaux qui caractérise ce mois de juillet, le mois le plus clément au Spitzberg. Les rennes y sont nombreux.
Les morses s’y reposent sur deux plages et dans une gorge abrupte, les mouettes se reproduisent sous l’oeil du renard polaire.
Si les glaces le permettent, nous irons vers le grand front de glaces du Negribreen qui coule depuis la calotte centrale.

23 et 24 juillet : Hornsund et Bellsund

Au pied de l’un des plus hauts sommets de l’archipel, le Hornsundtid ( 1431 mètres d’altitude ) nous irons vers Brepollen et ses 5 glaciers qui se jettent en mer, et vers les grandes colonies d’oiseaux du fjord Mayer. Hornsund est l’un des fjords les plus englacés et spectaculaires de l’archipel.
Ours et phoques sont réguliers aussi entre les icebergs, alors que près de la base de recherches scientifiques polonaises installée en 1932, se trouve l’une des plus grandes colonies de mergules : cet oiseau marin de la taille d’un merle est le plus commun, avec environ 2 millions d’individus.
Les restes de baleiniers sont aussi présents pour témoigner de l’histoire dense de ces terres polaires.
Dans Bellsund nous découvrirons l’histoire des expéditions françaises au XIXe siècle, les restes de massacres de baleines par les Norvégiens , les tentatives d’exploitations de mines d’or, les toundras riches de fleurs et de rennes et les colonies de milliers d’oiseaux.

25 juillet : Longyearbyen

Arrivée à quai vers 8h. Débarquement vers 9h, matinée libre pour les achats et la visite des musées. Départ du vol vers Paris à 12h45 et arrivée à Paris CDG vers 17h30.

Fermer
Circuit en Pologne

2017 NOUVEL-AN POLOGNE ET BIÉLORUSSIE

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 2150 €
Confort :
Difficulté :
La Cité des Rois, montagnes sauvages et Biélorussie
Descriptif

Nouvel An en Pologne

Le pays de Chopin, Copernic, Jean-Paul II et de Marie Curie s'étend de l'arc montagneux des Carpates aux grandes plaines de l'Europe du Nord où les rois et les tsars chassaient autrefois. Cracovie va vous séduire car cette capitale baroque a été épargnée par les destructions de la Deuxième Guerre mondiale, conservant ainsi tous ses joyaux, dont le Palais royal et la célèbre place du marché datant du moyen-âge. Autour de la ville nous visiterons les immenses mines de sel de Wielicza et les camps d'extermination nazis d'Auschwitz et de Birkenau. Varsovie quant à elle fut remarquablement restaurée; c'est aujourd'hui la capitale de cette Pologne, véritable tigre économique de l'Europe. Et il y a les grandes plaines, là où le folklore orthodoxe reste vivant et où s'étend la plus grande forêt naturelle de nos plaines d'Europe, Bialowieza. Dans cette cathédrale de nature, les bisons vivent libres et les arbres y sont centenaires. Nous visiterons enfin le pays voisin du Bélarus, ou Biélorussie, qui n'a hélas pas pris le virage libéral des années 1990.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide. Pour le visa de Biélorussie, nous organiserons les formalités avant et pendant le ciscuit et son coût est compris dans le prix du voyage.

Logement : À Bialowieza, l’hôtel Bialowieski a été construit il y a 10 ans. Il dispose d’un centre balnéaire ouvert gracieusement pour ses clients : piscine, sauna, hammam, jacuzzis... À Varsovie, hôtel Tulip Inn au centre, et à Cracovie, hôtel

Déplacements : En bus.

Vêtements : Décontractés et chauds, bonnes chaussures ; tenue habillée le 31 décembre. Températures de +5 à -10°C. Neige probable.

Activités : Selon programme.

Guide(s) : Christian Kempf, Élisabeth Delteil, Sofia Szatan.

Informations complémentaires : Taille du groupe de 25 à 40 personnes.

Programme : Circuit en Pologne

27 décembre : Vols vers Varsovie et Cracovie

Vol vers Cracovie, avec une courte escale à Varsovie. Transfert vers notre hôtel situé au centre ville et visite du Rynek et de son marché couvert. Dîner de bienvenue dans une taverne de la place pour y déguster les spécialités polonaises.

28 décembre : Wielicza et Auschwitz

Descente dans les mines de sel, les plus riches dès le XIIIe siècle, où courent 300 km de galeries, une salle de 1000 places, un sanatorium et un musée à 135 mètres de profondeur. Repas puis route vers les camps de la mort d’ Auschwitz et de Birkenau (un programme alternatif sera proposé aux personnes ne souhaitant pas visiter ces camps). Dîner dans un restaurant du quartier juif de Cracovie.

29 décembre : Palais royaux de Cracovie et de Varsovie, Cestochowa

Visite du Palais des rois de Pologne à Cracovie, puis départ vers Cestochowa, la colline sacrée à la vierge noire du monastère des Frères paulins datant de 1382: chaque année, c’ est un pèlerinage pour 4 millions de chrétiens. À Varsovie, installation à l’ hôtel, puis concert Chopin et dîner à Browarmia, une brasserie du centre-ville où nous dégusterons les diverses bières.

30 décembre : Varsovie-Grabarka et Bialowieza

Visite de la vieille ville et de son Rynek, la place du marché, l’ église Saint-Jean, la colonne royale, le château royal, les anciens remparts, la maison de Marie Curie, puis passage vers les monuments aux batailles et insurrections de la ville. Totalement reconstruit entre 1948 et 1956, ce centre ville est aujourd’ hui inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’ UNESCO.
Départ vers les plaines de Podlasie et arrivée vers 17 heures à Grabarka, la colline sacrée des orthodoxes où sont plantées des milliers de croix en bois. Arrivée à Bialowieza ( 2500 habitants), installation à l’ hôtel et départ en forêt en calèches, pour y déguster le sanglier et le plat national, le Bygos, accompagné de la «Zubrowka», la vodka à l’ herbe de bison!.

31 décembre : Biélorussie

Départ pour la Biélorussie par le poste-frontière situé en pleine forêt, pour la découverte de l’ autre Parc national : un chêne de plus de 700 ans, un épicéa de plus de 50 mètres de hauteur, un lac, des forêts, un musée, et surtout la Maison et le Village du Père Noël et de sa fille. Les enfants s’ y pressent en cette période de Noël orthodoxe. Retour à Bialowieza vers 16h.
De retour à l’ hôtel, nous vous présenterons la forêt de Bialowieza en conférence et film, puis nous disposerons d’ un temps libre. Vous pourrez vous reposer, écrire vos cartes de voeux locales, ou profiter des équipements de l’ hôtel : sauna, jacuzzi, billard, tennis de table, fitness club… Vers 21 heures, superbe dîner du Réveillon et bal du Nouvel An, avec un groupe de danseurs et de musiciens polonais.
Nous fêterons la Nouvelle Année 2017 avec nos amis polonais (nous serons environ 150 convives dont 30 francophones). À minuit trente, nous partirons vers le grand feu organisé en plein air pour y admirer les feux d’ artifices puis déguster des sangliers à la broche agrémentés de vin chaud et d’ airs d’ accordéons…

1er janvier : La forêt de Bialowieza

Petit-déjeuner vers 10 heures, puis visite du « Sentier des rois» et de ses arbres pluri-centenaires qui poussent sur les lieux de chasse des anciens rois de Pologne, puis des chaumières de l’ écomusée. Déjeuner dans une petite auberge de la forêt à déguster le «zurek», la soupe locale, et les «Pierogis». Continuation vers le Nord de la forêt à la recherches de bisons sauvages, puis visite de la route des églises orthodoxes de bois, pour revenir à l’ hôtel vers 18 heures pour un tour en calèche, et pour rejoindre le «Restaurant du tsar», installé dans l’ une des anciennes gares impériale de la voie qui reliait autrefois Saint-Pétersbourg à Bialowieza quand la Pologne était sous le joug russe. Dégustation de vodkas.

2 janvier : Bialowieza et Varsovie. Vol retour

Départ vers Varsovie et passage par l’ écomusée de Podlasie et proche du site de Treblinka, l’un des camps de la mort nazis. Arrivée à Varsovie vers 13 heures (panier-repas) et vol retour vers Paris.

Fermer

SPITZBERG – TOUT LE SPITZBERG

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 7500 €
Confort :
Difficulté :
Un voyage au pays des ours blancs : un archipel chargé d'histoire, le plus riche en faune de l'Arctique, avec un passage à l'île Blanche. En juillet, oiseaux et fleurs animent la toudra, et la banquise est encore très présente, d'où l'utilisation d'un bateau polaire...
Descriptif

Croisière Spitzberg : le monde des ours polaires

Ce voyage exceptionnel par sa durée -12 jours- a pour but de vous faire connaître Spitzberg et Arctique grâce à notre équipe de guides conférenciers, et un itinéraire qui allie lieux forts dont la visite s'impose, et sites insolites et remarquables que nous seuls visitons, suite à nos 43 années de terrain! Nous effectuerons ainsi le Grand tour du Spitzberg, et bien plus. Dans l'Arctique, il n'y a pas meilleure synthèse polaire que le Spitzberg - ou Svalbard - cet archipel grand deux fois comme la Belgique, et qui concentre en un dédale de fjords et de pics les plus beaux trésors polaires. Les paysages d'abord, très variés grâce à la présence des étendues de toundras fleuries, les montagnes aussi, faites de pics éclatés par le gel et de vallées noyées par les glaciers, et enfin les grandes étendues de glaces de l'Est : les calottes y forment la plus grande barrière de glaces de l'hémisphère Nord, et certaines îles telle l'Île Blanche sont couvertes à plus de 99% de glaces, libérant de grands icebergs. De plus, la banquise est très présente et nous ouvre les chenaux d'un autre monde : le royaume des ours blancs. Au Spitzberg, la faune est exceptionnellement protégée par environ 20 réserves naturelles et 7 parcs nationaux couvrant 65% de l'archipel. Les morses y sont protégés depuis 1952 et leur population y augmente de 8% par an. L'ours blanc est protégé depuis 1973; il ne se passe pas un voyage durant lequel nous ne voyons pas quelques ours; en général 10 à 25. Au droit de l'Europe, ces terres ont aussi eu l'histoire polaire la plus dense, des baleiniers et trappeurs aux explorateurs et aux scientifiques, et cette destination reste au vu de sa situation la plus accessible au tourisme, et au meilleur prix, en comparaison des coûts des transports aériens au Canada, en Russie, au Groenland. C'est ainsi l'occasion d'une découverte unique. Ce voyage en particulier sera dirigé par Christian Kempf. Lauréat des plus grands prix de l'exploration pour ses travaux scientifiques en Arctique, il connaît le Spitzberg depuis 1973. Son premier livre sur cet archipel fut réédité 4 fois en 3 langues; il a écrit 3 livres sur le Spitzberg, publié la carte touristique de l'archipel et rédige le guide du Spitzberg. Grâce à lui et à son équipe, vous réaliserez des découvertes exceptionnelles. C'est lui qui va déterminer notre itinéraire avec le commandant de bord car les conditions météorologiques, de glaces, de mer et d'observation d'animaux que nous trouverons restent prioritaires.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ocean Nova

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Observation animalière. Randonnées/excursions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Organisation Grands Espaces.

Programme croisière au Spitzberg

24 juillet : Paris – Longyearbyen

Départ de tôt matin de Paris – Roissy 3. Nous vous suggérons de nous rejoindre dès la veille en profitant de notre forfait nuit+ dîner à l’hôtel Ibis CDG 3, qui est à 250 mètres de l’aérogare. Notre équipe vous assiste aux guichets dédiés à ce vol spécial.
Vol de 4h15 environ. Si les conditions météorologiques le permettent, nous apercevrez l’île aux ours, à mi-chemin entre le Cap Nord et le Spitzberg, puis les montagnes et fjords englacés du Sud et du centre de l’archipel, avant de vous poser sur le tarmac de Longyearbyen, où l’équipe de guides vous accueille.
Visite de la toundra de la vallée de l’Adventdal en bus, puis temps libre pour vos achats à Longyearbyen, la capitale de l’archipel, avec ses musées, son université, et ses magasins de souvenirs, avant d’embarquer aux alentours de 17 heures à bord de l’Ocean Nova. Présentation du voyage et de vos guides en soirée.
Navigation dans l’Isfjord et passage proche de la concession charbonnière russe de Barentsburg.

25 juillet : Hornsund

En route vers le Sud, et arrivée dans le Hornsund, où culmine l’un des plus hauts sommets de l’archipel, à 1461 mètres d’altitude. Nous visiterons les fjords englacés, dont Brepollen, où les glaciers se jettent en mer sur de longs kilomètres. Ce fjord est réputé pour ses colonies d’oiseaux, ses paysages, et les ours y sont souvent repérés. En raison de sa situation méridionale, le fjord a une histoire dense et baleiniers et trappeurs y ont laissé des traces encore visibles. En soirée, nous débarquerons près de la base scientifique polonaise installée là depuis 1932. Une introduction aux travaux de la base nous y sera présentée. D’immenses colonies de mergules, l’oiseau marin le plus commun du Spitzberg, peuplent les éboulis proches.

26 juillet : Hopen

Cette île a 37 kilomètres de longueur sur 2 de largeur, elle est située en mer de Barents où les colonies d’oiseaux sont particulièrement riches dans les parois gréseuses. Une station météorologique menée par 4 hommes est installée là de puis la dernière Guerre mondiale.
Ses côtes sont également réputées pour l’observation de baleines qui profitent des fonds peu importants pour s’y nourrir.

27 juillet : Edgeøya et Ryke Yseøyane

Edgeøya et sa côte Est sont réputées pour la grande calotte qui se jette en mer. Nous naviguerons également près des Îles de Ryke Yse, perdues au large et portant le nom du baleinier hollandais qui les a découvertes entre 1640 et 1645. Leurs affleurements basaltiques hébergent quelques colonies d’oiseaux et une hutte de trappeurs, qui ont hiverné entre 1967 et 1969 en ce lieu réputé pour les ours blancs. Si la mer le permet, nous débarquerons sur cet archipel du bout du monde et presque jamais visité car hors des routes des bateaux de croisières-expéditions.

28 juillet : Terre du Roi Charles et Terre du Nord-Est

La Terre du Roi Charles est une réserve naturelle strictement protégée; nous ne pourrons aller à moins de 500 mètres des côtes, mais nous apercevrons les sites où de décembre à avril se trouvent les tanières d’ours.
Si la banquise est encore dans cette région, ce sera alors pour nous une excellente occasion d’observer des ours blancs. Continuation vers la grande barrière de glaces de la Terre du Nord -Est par le détroit d’Erik Eriksen, connu pour ses grandes baleines (mégaptères, rorqual). L’on peut aussi y observer quelques beaux icebergs. Navigation et croisière zodiac le long de la barrière de glaces, qui coure sur 160 kilomètres.

29 juillet : Ile blanche (?)

Nous tenterons de rejoindre cette île couverte à 99% de glaces et connue pour ses ours et sa population de morses. C’est là que s’est terminée l’expédition d’Andrée vers le Pôle Nord en ballon en 1897, et une petite stèle rappelle ces heures tragiques de l’exploration. Nous naviguerons en fonction de la banquise pour aller vers Isøya ou Storøya, où les morses sont présents, mais où nous ne pourrons débarquer en raison de la présence régulière des ours.

30 juillet : Terre du Nord Est

En fonction de la banquise, nous contournerons la Terre du Nord-Est par sa côte Nord avec une croisière zodiac près de l’Ile Charles XII, en passant près de l’île Foyn en rappelant le souvenir des expéditions de Nobile (1928). Nous débarquerons au cap Platen, où les colonies d’oiseaux sont installées dans des reliefs déchiquetés et colorés donnant des paysages superbes, avant de rejoindre les déserts froids de la côte Nord puis l’archipel des Sept-Îles, les terres les plus septentrionales du Spitzberg: ours et morses y sont réguliers, et la banquise proche.
Si cette banquise nous empêchait de passer par le Nord, nous irions alors dans le détroit de Hinlopen à la découverte des fjords de Palander (calottes glaciaires) Wahlenberg – très peu fréquenté et pourtant remarquable par ses paysages rocailleux et ses glaciers).
Dans la région des Sept-Îles, nous irons le plus haut possible en latitude, en lisière de banquise, espérant pouvoir y débarquer et d’y observer la rarissime baleine franche. Et des ours ?

31 juillet : Fjord de Murchinson et Alkefjellet

Alkefjellet est probablement la plus belle colonie d’oiseaux (guillemots, mouettes, goélands…) de l’archipel : 300 000 oiseaux se pressent dans les falaises de basaltes déchiquetées en orgues volcaniques: une vraie fête sauvage! Le fjord de Murchinson abrite morses et restes des trappeurs russes dans des paysages minéraux, et nous y visiterons une ancienne base scientifique de l’Année Polaire Internationale 1957-1958.

1er août : Glacier de Monaco

En ce jour de la Fête nationale suisse, nous sommes sur la côte Nord-Ouest où les pics éclatés et les glaciers forgent les paysages spectaculaires de la Terre Albert 1er : le Prince navigateur y a déroulé ses expéditions entre 1896 et 1907, donnant ainsi le nom de la principauté au glacier qui coule dans le Liefdefjord (le fjord de l’«Amour»).
Les îles de la région sont réputées pour la présence d’ours, et dans un fjord proche, le volcanisme se montre par des sources chaudes. Plus loin le Raudfjord, le premier exploré en 1596 par l’expédition de Barents, offre de superbes panoramas de glaciers.

2 août : glaciers de Smeerenburg, Îles du Nord-Ouest et baie de la Madeleine

Ce sont les images magnifiques des paysages de haute montagne et de cartes postales que nous livre le Spitzberg, avec de bonnes chances également de découvrir à nouveau morses, baleines blanches, phoques, rennes… et le riche passé baleinier de cette région qui fut autrefois leur fief. Nous prendrons le temps d’explorer ces régions magnifiques à pied et en croisières zodiac.

3 août : Baie du Roi, baie de la Croix et Ny Alesund

Débarquement en matinée à Ny-Alesund, la station internationale de recherches scientifiques, où les touristes sont accueillis par des sentiers dédiés d’initiation à l’histoire et à la faune et flore; Nous y verrons aussi le mât d’arrimage des ballons de Nobile et Amundsen, ainsi que les vestiges de l’activité minière d’autrefois. L’occasion aussi d’achats de souvenirs bien typés en cette agglomération qui est par 79° de latitude Nord.
Visite aussi du fjord de la Croix et du Roi, et de leurs magnifiques glaciers de Lilliehook, du glacier du Roi, et de la réserve botanique et faunique d’Ossian Sarsfjellet où nous avons de bonnes chances d’observer rennes et renards polaires.

4 août : Longyearbyen – Paris

Débarquement vers 9 heures puis transfert à l’aéroport et vols directs vers Paris. Correspondances pour Genève.

Fermer
Croisière Antarctique - voyage antarctique - croisiere antarctique - Grands Espaces

2017 CROISIÈRE ANTARCTIQUE : LE GRAND CLASSIQUE

Dates : du 14/02/2017 au 25/02/2017
Prix : dès 6900 €
Confort :
Shetland du Sud - Patagonie - Péninsule antarctique. Le grand Classique.
Descriptif

Voyage Antarctique : Péninsule - Shetland du Sud

Le grand classique depuis 30 ans...
Manchots en colonies immenses, icebergs, sites historiques, baleines, éléphants de mer, albatros...
En Antarctique la réglementation permet aux bateaux de 100 passagers l'accès à 200 sites différents et restreint l'accès aux bateaux plus grands à 10 lieux seulement.
Des paysages alpins et polaires taillés dans le continent des extrêmes.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date de retour.

Logement : À bord du Sea Spirit

Déplacements : Zodiacs

Vêtements : Une liste vous sera suggérée. Parka (offerte à bord), pantalon imperméable, bottes (fournies à bord), bonnet, gants, vêtements chauds.

Activités : Observation animalière, randonnée.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Un dossier pratique sera envoyé aux personnes inscrites.

Programme : Péninsule antarctique - Shetland du Sud

14 février : Ushuaïa

À l’arrivée à l’hôtel à Ushuaïa vos guides vous orienteront et vous donneront les informations relatives à votre séjour. La ville offre en effet de nombreuses possibilités d’excursions vers le Parc national du bout-du-monde, vers les estancias, les îles à otaries… Dans le cadre des Andes de la terre de feu, la ville est très animée par ses bars, grills, restaurants et nombreuses boutiques de souvenirs.
Nuit à Ushuaïa.

15 février : Canal de Beagle – Au large du cap Horn

Temps libre puis en fin d’après-midi, embarquement sur le Sea Spirit. Durant la nuit nous doublerons le légendaire Cap Horn pour pénétrer dans le détroit de Drake qui sépare l’Amérique du Sud de l’Antarctique sur environ 800 km.

16 et 17 février : Passage du Drake

Notre équipe vous familiarisera avec l’Antarctique par ses conférences. Grands albatros, fulmars, albatros à sourcil brun, damiers du Cap, pétrels de Wilson et géants vont accompagner le bateau. Nous passerons dans les eaux froides de l’Antarctique, où baleines et manchots viennent se nourrir. Nous verrons très probablement nos premiers grands icebergs, avant d’arriver vers l’archipel des îles Shetland du Sud où de nombreuses stations scientifiques se sont installées

Du 18 au 22 février : Antarctique

Le commandant et le chef d’expédition décideront du programme au jour le jour en fonction des conditions météorologiques, pour vous offrir les plus beaux spectacles et de riches découvertes.
Parmi les excursions possibles :

L’île Danco : ses manchots à jugulaire et ses phoques.
Port Neko : paysages somptueux de glaciers de pics alpins vêlant en mer depuis le continent, icebergs. Colonie de manchots papous. Croisières zodiacs.
Baie du paradis : avec ses nombreux icebergs et ses fjords, ses glaciers dévalant en mer. Croisière zodiac à la recherche de mégaptères, de petit rorqual et de léopards des mers. Colonies d’oiseaux. Deux bases scientifiques sont dans la baie.
Détroits de Neumayer et de Lemaire : enchassés entre les montagnes alpines, ces détroits sont bordés de barrières de glaces. Rorquals, orques, baleines y sont réguliers. Colonies de manchots Adélie, cormorans, phoques et otaries s’y trouvent.
L’île de la Déception (l’une des 3 calderas au monde où les bateaux peuvent naviguer). L’entrée entre les parois volcaniques est spectaculaire. Excursions sur les sables volcaniques à la découverte des restes historiques, des oiseaux (damiers, sternes antarctiques, goélands, labbes, pétrels…).
– La base anglaise de Port Lokroy, ancienne base militaire puis scientifique, aujourd’hui aussi bureau de poste et de souvenirs !
– Les îles Shetland du Sud (Georgie, demi-Lune, Aïtche…) riches de manchots, otaries, phoques, éléphants de mer, pétrels, baleines…
– Nous visiterons les lieux rendus célèbre par les expéditions que le Commandant Charcot à menées entre 1903 et 1910, notamment vers l’île Péterman et la baie de Pléneau encombrée d’icebergs.

23 et 24 février : Détroit de Drake

Nous passons le détroit de Drake. Au loin nos derniers icebergs, dernières baleines et quelques albatros… à l’horizon. Ces deux jours seront mis à profit pour vous familiariser plus encore avec les oiseaux de la haute mer. Le Cap Horn sera à l’horizon, et nous verrons probablement les dauphins de Commerson.

25 février : Ushuaïa – Buenos Aires

Débarquement le matin à Ushuaïa.

Fermer
Croisière au sud Spitzberg

LA MIGRATION DES OURS, SUD SPITZBERG

Dates : nous consulter.
Prix : dès 7900 €
Confort :
Bateau : Grand Large
Les migrations des ours et des phoques - Pics englacés et baies des glaces
Descriptif

Voyage au Spitzberg

Par sa position, le Sud du Spitzberg est très riche d'histoire : les baleiniers, les trappeurs russes puis norvégiens et les expéditions scientifiques y ont laissé leurs traces. C'est une région en revanche très peu visitée.

Les précipitations neigeuses importantes en hiver y donnent de grands glaciers, et la montagne y est découpée en pics abrupts auxquels ces derniers s'accrochent, tel le Hornsund, avec ses 1431 mètres d'altitude.

Dans ces paysages escarpés, les falaises et les éboulis abritent d'immenses colonies d'oiseaux, tels les mergules, qui sont des dizaines de milliers, ou les guillemots.

La banquise printanière fait la réputation de cette région : les phoques du Groenland nés au large de la Russie viennent se reposer en grande nombre sur les plaques de glaces dérivantes. Il n'y a que 3 lieux au monde pouvant offrir ce spectacle, et les ours le savent ! Ayant hiverné à l'Est, ils rejoignent alors les glaces de Hornsund et du Cap Sud pour y chasser les phoques.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Grand Large

Déplacements : Zodiacs

Vêtements : Chauds

Activités : Observation animalière, randonnées

Guide(s) : Trois guides polaires Grands Espaces

Informations complémentaires : Néant.

Programme Croisière Polaire : Croisière Spitzberg Sud

Jour 1 : Vols vers Oslo

Au départ de Paris. Dîner et nuit à l’hôtel proche de l’aéroport.

Jour 2 : Oslo-Longyearbyen

Vol vers le Spitzberg, arrivée en milieu de journée, puis embarquement vers 16 heures et départ vers Colesbukta et Grumantbyen, des anciennes mines de charbon exploitées par les Russes. Passage proche de Barentsburg, la ville minière russe, puis de Cap Linné.

Jour 3 : Bellsund

Excursion vers d’impressionnantes colonies d’oiseaux marins, au pied desquelles rennes et renards polaires sont réguliers. Nous verrons aussi les restes d’une ancienne mine d’or et des restes de baleines, chassées en ces eaux durant 300 ans. Arrêt sur l’île d’Axeloya, qui barre le fjord et l’accès aux mines de charbon très actives de Sveagruva. Sur cette île, les trappeurs ont laissé leurs anciennes huttes de chasse ; ils y exploitaient autrefois les eiders, qui sont de nos jours légion sur les îles maintenant protégées.

Jour 4 : Hornsund

Au pied des grands pics, nous partirons en zodiacs vers les fjords englacés et la banquise de fjord où nous espérons voir phoques et ours. Débarquement proche de colonies d’oiseaux. Possibilité de promenade facile et facultative sur un glacier.

Jours 5 à 7 : Cap Sud et côte Est ou Hornsund

Durant ces deux jours, nous contournerons le cap Sud du Spitzberg, si la mer et les glaces nous le permettent, découvrant ainsi les falaises sédimentaires et la banquise de l’Est. C’est là que les phoques du Groenland sont très nombreux. Le Storfjord est aussi une région propice aux baleines et dauphins.

Jours 8 et 9 : Hornsund

Exploration des fjords à la recherche des ours, et visite de la station de recherche polonaise implantée depuis 1932. De nos jours, des recherches internationales y sont menées sur la glaciologie, la géophysique et la biologie. Nous y serons guidés par l’un des chercheurs. Nous irons aussi vers les plus grandes colonies de mergules de l’archipel, nichées dans des pierriers immenses. Visite des fronts de glaces qui vêlent leurs icebergs.
À Gåsehamna, nous explorerons l’un des sites les plus riches d’histoire de tout le Grand Nord : baleiniers, trappeurs, scientifiques, explorateurs s’y sont succédé. Et surtout, tout au long de ces journées – et si le temps le permet- nous ne nous lasserons pas d’admirer les hauts sommets culminant à plus de 1000 mètres d’altitude et qui entourent ce grand fjord et ses glaciers.

Jour 10 : Bellsund

Retour vers le Nord par la côte couverte de larges toundras riches d’oiseaux.
Dans Bellsund, nous irons vers le glacier de la Recherche, ainsi appelé en l’honneur d’une expédition scientifique française menée en 1840, puis vers le Van Keulenfjord où les restes des massacres de baleines du début du XXe siècle jonchent encore la plage.

Jour 11 : Isfjord

Continuation vers l’Isfjord et dernière visite dans une toundra riche de ses renards, rennes et autres oiseaux.

Jour 12 : Longyearbyen

Débarquement vers 9 heures, passage par le centre de la ville, puis transfert vers l’aéroport pour le vol vers Oslo. Dîner et nuit à l’hôtel proche de l’aéroport.

Jour 13 : Vols vers Paris ou Genève

Fermer
Croisière polaire au Canada

2017 NUNAVUT – CANADA

Dates : du 15/05/2017 au 22/05/2017
Prix : dès 11 500 €
Confort :
Au pays des narvals et des ours polaires
Descriptif

Circuit Canada : narvals et ours au Nunavut

Ce voyage est conçu pour vous permettre d’observer la migration des narvals, l’un des animaux les plus emblématiques du Grand Nord; Avec sa canine en rostre, le narval a excité les curiosités et est appelé aussi «Licorne des mers»; les mâles de cette espèce de baleine présentent en effet une dent pouvant aller jusqu’à 2,5 mètres de longueur. Dans la Grand Nord canadien, le détroit de Navy Board Inlet est un lieu de migration des plus connus, là où ces mammifères marins farouches se nourrissent en eaux profondes, aux limites de la banquise. C’est pourquoi chaque printemps un camp de toile tout confort avec tente restaurant, tentes doubles avec lits, tente-salon et réunion, est installé là pour permettre aux touristes et photographes d’observer avec les Inuit la faune polaire et notamment les narvals. Lors du séjour, l’observation d’ours blancs, de morses, de baleines blanches, renards polaires, chouettes harfang, ... est régulière. Ce voyage se déroule au coeur du Nunavut, qui s’étend, depuis 1999, sur plus de 2 millions de km² et ne compte que 35 600 habitants : un pays fascinant principalement peuplé par les Inuit.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : En tentes «Premium» d’environ 4x4 mètres avec deux lits et draps, couvertures, rangement sommaire, tapis de sol et bois au plancher, chauffage d’appoint. Toilettes confortables sous tente spéciale.

Déplacements : En attelage de bois (flexible) - appelé «Qamutik» avec siège confortable tiré par une motoneige sur la banquise. Des excursions journalières seront effectuées si les conditions météorologiques le permettent.

Vêtements : chauds; un équipement d’expédition est fourni et une liste de matériel recommandé vous sera envoyée.

Activités : Bonnes possibilités de photographie de la faune sauvage.

Guide(s) : Christian Kempf, spécialiste du Grand Nord et auteur de plusieurs livres, qui a étudié ces lieux entre 1977 et 1983.

Informations complémentaires : Taille du groupe limitée à 15 participants.

Conditions météorologiques : Même si le ciel est d’habitude dégagé en mai, un vol avion peut être retardé ou reporté; Grands Espaces ne pourra dans ce cas couvrir les frais d’hôtel ou autres.

Vols avions : Europe-Ottawa-Iqaluit-Pond Inlet sur vols réguliers. Prévoyez 1 à 2 jours de vols aller-retour.

Températures : -2 à + 10°C

Programme : voyage Nunavut, narvals et ours

Jour 1 : Ottawa-Pond Inlet

Notre voyage débute à Pond Inlet où notre guide Grands Espaces vous accueille. Vous prendrez le vol qui part d’Ottawa à Iqaluit, capitale du Nunavut en matinée, pour la correspondance vers Pond Inlet en début d’après-midi, arrivée vers 17h30. Transfert vers un hôtel confortable, puis en soirée dîner avec vos guides, dont le chef d’expédition et le guide inuit pour la revue du matériel. Après le dîner, une représentation de chants gutturaux inuit, de danses au tambourin et de narrations vous familiarisera avec le monde du Grand Nord.

Jour 2 : En route vers le camp de base sur la banquise

Après le petit-déjeuner, nous retrouverons nos guides sur la plage pour le chargement des traîneaux appelés « qamutik» : il s’agit de traîneaux traditionnels en bois équipés de sièges confortables et à suspension. Vous allez vivre l’expérience de ces trajets polaires sur environ 70 kilomètres avec, selon les conditions de glaces et de météo, des arrêts-thé, le passage de sites historiques, glaciers, anciennes stations baleinières, pour arriver finalement au camp de base installé sur la banquise à quelques kilomètres de la mer libre.

Jours 3 à 6 : Camp de base sur la banquise

Durant ces 4 jours, nous irons en motoneiges vers la limite de banquise à la recherche d’icebergs, de la banquise disloquée où les phoques sont réguliers. Nous y observerons les narvals en train de chasser et de migrer, et vraisemblablement des ours polaires, des baleines à bosses, bélougas, morses… Sur la réserve naturelle de l’île Bylot sur laquelle nous nous rendrons, la faune est faite de renards polaires, eiders à tête grise, chouettes harfangs, oies des neiges, mouettes blanches, et si les conditions le permettent nous approcherons une colonie d’oiseaux de 200 000 guillemots et mouettes. À terre, nous parlerons des cultures inuit qui furent riches d’histoire en ces lieux autrefois étudiés par le Père Guy-Marie Rousselières. Et chaque jour, l’ambiance de la banquise, des montagnes du Grand Nord canadien, qui vous font goûter ce parfum d’expédition.
Des kayaks seront disponibles pour des excursions dans la banquise, et pour les personnes désirant plonger en surface, des combinaisons et masques seront disponibles.

Jour 7 : Pond Inlet

Retour en qamutik et motoneige vers Pond Inlet pour le déjeuner. Vous y troquerez votre équipement d’expédition prêté contre votre équipement de voyage plus traditionnel.
Transfert vers Iqaluit où vous passerez la nuit dans un hôtel confortable (prix compris dans le voyage)

jour 8 : Iqaluit-Ottawa

Petit-déjeuner à l’hôtel, puis transfert et vol vers Ottawa puis l’Europe.

Fermer

2017  CROISIÈRE EN MER D’OKHOTSK

Dates : du 09/06/2017 au 25/06/2017
Prix : dès 8350 €
Confort :
Difficulté :
À la découverte des ours bruns et des volcans de la péninsule du Kamchatka - Magadan - Île Sakhaline.
Descriptif

Voyage en Russie sur la Mer d'Okhotsk

Okhotsk, la « Mer des chasseurs », est une mer inconnue et pourtant immense, d'une superficie de 1,6 million de km². Au Sud, l'île d'Hokkaïdo au Japon se prolonge par l'archipel russe des Kouriles et Sakhaline qui court au Nord vers la péninsule volcanique du Kamchatka. Et à l'Est se niche Magadan, capitale des goulags d'autrefois et porte d'entrée des champs aurifères de la Kolyma. Le fleuve Amour qui vient de Chine s'y jette en un immense delta. Entre ces terres du Pacifique, la banquise interdit la navigation de décembre à mai et les eaux froides y hébergent d'incroyables trésors naturels. C'est vers une mer encore inconnue du tourisme que Grands Espaces vous invite à voyager, dans un esprit de découvreurs qui forge la vraie croisière expédition.

Un court séjour au Kamchatka vous permettra de découvrir cette péninsule faite de 29 volcans actifs et son extraordinaire vallée. Tout au long de la croisière, otaries, phoques et baleines sont réguliers, les oiseaux se comptent en millions et l’on peut observer l’ours brun depuis le bord de mer.

Aspects pratiques

Formalités : Visa russe. Nous vous assisterons dans l'obtention du visa.

Logement : À bord du Professeur Khromov

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Prévoyez des vêtements de pluie, bottes et chaussures de marche. Températures : +5 à +20°C.

Activités : Observation animalière, randonnée.

Guide(s) : À bord du Professeur Khromov, une équipe de 5 autres guides - conférenciers, principalement anglophones contribueront aussi au succès de ce voyage. Notre guide traduira les consignes et certains exposés et réalisera ses conférences.

Informations complémentaires : Ce voyage est co-organisé avec Heritage Expeditions (Nouvelle Zélande).

Programme mer d'Okhotsk

9 juin : Paris ou Genève-Moscou

Départs en fin de matinée pour Moscou (arrivée vers 17h30), où nous dînons à l’hôtel. Nuit à Moscou.

10 et 11 juin : Moscou-Yuzhno

Matinée libre à Moscou (possibilité d’excursion au centre-ville) et vers 13h30 transfert à l’aéroport pour notre vol vers Yuzhno, la capitale de l’île de Sakhaline. Vol en soirée et arrivée le 11 juin. Nuit à l’hôtel Sakhaline.

12 juin : Ile de Sakhaline, port de Korsakov

Matinée libre, pour la découverte de la ville, puis transfert en bus d’une quarantaine de minutes jusqu’au port de Korsakov, où nous embarquons sur le Professor Khromov. Après la prise des cabines et l’installation sur le bateau, différentes séances d’information ont lieu alors que le bateau commence sa navigation en mer d’Okhotsk.

13 juin : Ile Tyuleniy

Au large de la côte Sud-Est de Sakhaline, nous découvrirons la petite île de Tyuleniy. Cette dernière abrite l’un des quatre sites de reproduction du lion de mer de Steller en mer d’Okhotsk. La colonie compte actuellement environ 2500 individus. L’île héberge également une grande colonie d’otaries à fourrure du Nord. Si les conditions le permettent, nous débarquerons sur l’île pour approcher et photographier ces animaux.

14 juin : Baie Piltun, île de Sakhaline

C’est la découverte du pétrole et du gaz qui fait connaître l’île de Sakhaline au reste du monde. La baie Piltun est un habitat important pour la petite population de baleines grises du Pacifique. Durant les mois d’été, des chercheurs les étudient. Nous partirons en zodiac à la recherche des baleines grises dans ces eaux peu profondes où elles ont l’habitude de s’alimenter. En baie Piltun, nous mettrons pied dans les vasières à la recherche de phoques tachetés et d’aigles pêcheurs. Un phare célèbre garde ces lieux.

15 juin : Ile Iony

À 200 kilomètres au large, ce petit archipel inhabité et déchiqueté surgit de la mer en chicots envahis par les oiseaux et les colonies de lions de mer de Steller, qui nagent fréquemment autour de nos zodiacs qui les intriguent.

16 et 17 juin : Archipel des îles Shantar

À plus de 100 kilomètres de l’immense delta et des eaux plus douces du fleuve Amour, cet archipel de 15 grandes îles reste pris par la banquise jusqu’en juin. L’aigle de Steller y est régulier, et nous verrons peut-être nos premiers ours bruns lors des excursions à terre. Sur les glaces, le rarissime phoque à ruban est régulier. En lisière de banquise, nous chercherons les orques et autres cétacés.

18 juin : Iles Mal’minskie et baie Fedorova

C’est l’une des régions sauvages où la beauté de l’Extrême-Orient Russe se dessine au mieux. Sur les îles, très riches en oiseaux, nous verrons les guillemots à lunettes, l’aigle de Steller, deux espèces de macareux, les stariques, alors qu’au gré de nos débarquements à terre nous verrons les traces de grues, ours, loups, élans, gloutons qui peuplent cette taïga du bout du monde faite de mélèzes et de pins, de grandes tourbières et d’horizons sans fin…

19 juin : Okhotsk

Fondée en 1647, elle fut le point de départ de nombreuses expéditions, dont celles de Vitus Béring. C’est de nos jours une petite ville de bois et de quelques bâtisses de béton qui dominent les places aux noms évocateurs : Lénine, Karl Marx… C’est un centre de pêche important, et nous y découvrirons le musée local ainsi que les coutumes des peuples originels Evens.

20 juin : Ile Talan

Plus de 140 espèces d’oiseaux s’y rencontrent, dont les stariques huppés qui colonisent les pentes par milliers, de grandes colonies de guillemots, cormorans, mouettes, surveillés par les aigles de Steller : au total, plus de 1,8 millions d’oiseaux !

21 juin : Péninsule Koni

La grande réserve naturelle de Magadan offre de nombreuses baies propices aux oiseaux (harles, garrots…), aux phoques et aux ours bruns ; nous explorerons plusieurs d’entre elles car là aussi, l’Extrême Orient Russe déroule la beauté sauvage de ses paysages vierges. Excursions botaniques avec un ranger.

22 juin : Ile Yamskiye

Si les conditions de banquise et de mer le permettent, nous organiserons des croisières zodiac vers cette île extraordinaire qui héberge 10 millions d’oiseaux, – dont un million de fulmars – et dont les plages sont colonisées par les lions de mer. Les eaux sont le domaine de 4 espèces de phoques et 8 espèces de cétacés.

23 juin : Magadan

Arrivée à Magadan et débarquement prévu le matin. Nous partirons à la découverte de la capitale régionale créée en 1929 par les Bolchéviques pour envoyer les prisonniers politiques aux goulags de la Kolyma : 800 000 déportés, et 150 000 morts qui vont donner aux communistes l’or pour faire survivre le régime. La ville se dépeuple, mais elle s’enorgueillit de la plus grande cathédrale orthodoxe de l’Est russe et du musée des goulags. Celui de la géologie présente des restes de mammouths. Visite du musée régional et excursion vers la route de la Kolyma. Nuit à l’hôtel Madagan.

24 juin : Magadan-Moscou

Visite du musée d’histoire naturelle. Transfert vers l’aéroport et vol vers Moscou (8 heures environ). Nous survolerons de jour les superbes paysages de la Sibérie, de la Yakoutie au Iénisséï et à l’Oural. Arrivée à Moscou et transfert à l’hôtel.

25 juin : Moscou-Paris ou Genève

Vol retour en matinée et arrivée dans l’après-midi.

Fermer
Croisière nord Spitzberg

2017  NORD SPITZBERG

Dates : du 16/07/2017 au 25/07/2017
Prix : dès 7500 €
Confort :
Bateau : Grand Large
Un remarquable panorama polaire en 10 jours seulement, avec le confort d'un petit bateau.
Descriptif

Croisière au Spitzberg

Un festival de glaces, banquise, glaciers, icebergs avec tous les paysages du Spitzberg et du Grand Nord. À la recherche des ours, des morses et des baleines et à travers les lieux les plus chargés d’histoire polaire... Un remarquable panorama polaire en 10 jours seulement, avec le confort du Gand Large.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Grand Large

Déplacements : Zodiacs

Vêtements : Chauds

Activités : Observation animalière, randonnées

Guide(s) : Trois guides polaires Grands Espaces

Informations complémentaires : Néant.

Programme Voyage polaire : Croisière Spitzberg Nord

Jour 1 : Longyearbyen (Spitzberg)

Vol direct privatisé, départ matinal de Paris CDG et arrivée à la mi-journée. Croisière dans l’Isfjord.

Jour 2 : Baie de la Croix

Le fjord de Lilliehook situé en Baie de la Croix, avec son front de glace de 7 kilomètres est peut-être le plus majestueux de l’archipel.

Jour 3 : Baies de la Madeleine et fjord de Smeerenburg

Paysages grandioses, phoques barbus, bélugas (?). Ce furent les lieux de massacres des baleines aux 17e et 18e siècles. Une colonie de morses et phoques communs y est présente.

Jour 4 : Glacier de Monaco

L’un des lieux fréquentés par les ours, et surtout des couleurs et des paysages grandioses de pics et de front de glaciers.

Jours 5 à 7: Côte Nord – Terre du Nord-Est

Au-delà du détroit de Hinlopen, le paysage est de glaces et de déserts froids. Les ours y sont réguliers et leur rencontre va déterminer nos navigations. Les Sept-îles abritent une colonie de morses et les ours y rôdent régulièrement. Les paysages sont faits de déserts froids.
Hinlopen et le fjord de Murchison sont chargés d’histoire; une immense colonie d’oiseaux et les baleines y sont les points forts, de même qu’une colonie de morses et les ours, réguliers.
Au Sud, la calotte de la Terre du Nord-Est donne de nombreux icebergs.

Jour 8 : Sorfjord ou Raudfjord

Près des tombes de baleiniers et les vieilles huttes d’exploration, les morses sont réguliers dans ces baies.

Jour 9 : Spitzberg Nord-Ouest

Retour par la baie du Roi et Ny Alesund et le détroit de Sarsoyra (colonie de phoques, paysages).

Jour 10 : Longyearbyen

Débarquement vers 9h du matin et temps libre à Long-yearbyen, vol retour direct vers Paris.

Fermer
Ours blanc - Zodiacs - Spitzberg tourisme - Grands Espaces

2017  DANS LES GLACES DU SPITZBERG

Dates : du 07/07/2017 au 16/07/2017
Prix : dès 6550 €
Confort :
Le tour complet de l’archipel, avec les paysages alpins de l’Ouest, et les grands glaciers et calottes de l’Est (160 kilomètres de fronts de glaces et d’icebergs) véritables carte d’identité du Spitzberg.
Descriptif

Croisière polaire : Grand tour du Spitzberg

- Objectif principal : observations et photographies d’ours blancs : un festival d’images
- Une faune protégée depuis des décennies et peu farouche qui fait la réputation de cet archipel.
- Des journées entières dans la banquise au royaume des ours morses, phoques et baleines, grâce à l'Ortélius, le seul brise-glaces opérant des croisières au Spitzberg.
- Une capacité du brise-glaces, réduite à 100 passagers, et 12 guides conférenciers polaires dirigés par le meilleur connaisseur français du Spitzberg, Christian Kempf.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ortelius.

Déplacements : Zodiacs

Vêtements : Vêtements chauds/polaires. Voir notre FAQ : nature et climat.

Activités : Observation animalière. Excursions/Expéditions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Programme de la croisière polaire : Grand tour du Spitzberg à bord du brise-glaces l'Ortélius

Jour 1 : Paris – Longyearbyen

Vol direct privatisé au départ de Paris CDG et arrivée à la mi-journée à Longyearbyen. Excursion en bus dans la vallée de l’Adventdal et découverte de la ville. Embarquement vers 17h et croisière dans l’Isfjord (horaires à confirmer).
Réunions d’informations puis navigation le long des enclaves minières russes avant de partir en haute mer où nous avons des chances d’observer des baleines au large de l’île du Prince Charles.

Jour 2 : Baie de la Croix-Lilliehookfjord

Nous passerons la journée dans ces fjords, faits de glaciers qui dévalent des montagnes.
C’est l’une des plus belles régions. Le Krossfjord fut une implantation nazie, dans la baie du Roi et parmi les glaciers les plus impressionnants il y a ceux du Roi, du Lilliehook (5 km de fronts de glaces), et du 14 juillet ainsi nommé par le Prince Albert Ier de Monaco en 1906. Les sommets sont déchiquetés par le gel et dépassent 1200 mètres d’altitude.
Plusieurs petites colonies d’oiseaux marins, de nombreux îlots abritant eiders et bernaches et la présence régulière de phoques sur les petits icebergs complètent la richesse de ces sites.

Jour 3 : Glacier de Monaco

Cette appellation couvre l’entrée du Woodfjord, encombré de bois de flottage et réputé pour les couleurs pourpres de ses montagnes du dévonien, et ses cétacés. La toundra du Reinsdyrflya est connue pour ses oiseaux et sa flore. Plusieurs huttes de trappeurs rappellent l’histoire des lieux.
Nous irons vers le glacier Erik, qui se jette dans un lac glaciaire et nous naviguerons en zodiacs devant le front du glacier.

Jour 4 : Sept-îles et banquise

Par plus de 80° de latitude Nord, un archipel étend ses îles où les morses et les ours sont réguliers.
C’est là que le jeune Nelson, vainqueur de Trafalgar fut officier britannique de l’expédition de Phipps en 1773.
Plusieurs îles sont le refuge de macareux et de mergules.
Départ vers le Nord, vers la limite de la banquise où rôdent les ours à la recherche des phoques qui se reposent sur les plaques de glaces.

Jour 5 : Banquise

Durant cette journée, nous naviguerons en lisière de banquise et entre les plaques lâches et entrechoquées, à la recherche d’ours et d’autres animaux, tout en organisant une croisière en zodiac et (si les conditions le permettent) un débarquement sur une plaque de glace, pour vous faire connaître et comprendre ce milieu naturel si extraordinaire qu’est la glace de mer. Nous espérons de même y observer la très rare mouette blanche, et des phoques du Groenland.

Jours 6 et 7 : Terre du Nord-Est, Edgeoya et Barentsoya

Dans les eaux du Sud du détroit de Hinlopen, nous guetterons les baleines, nous débarquerons dans le désert froid de la baie de Vibe (il n’y tombe que 200 mm de pluie par an), nous approcherons une colonie de morses et nous tenterons de longer en partie la plus grande barrière de glaces (160 km) de l’hémisphère Nord.
Selon les glaces, nous naviguerons dans la banquise à la recherche d’ourses et de leurs jeunes ; en effet, les deux grandes îles sont un lieu de reproduction des ours et le Storfjord proche est un lieu de rassemblement de phoques, amenant ainsi les femelles à fréquenter ces lieux.
Ces îles sont également riches de l’histoire des trappeurs et des baleiniers qui se sont installés ici il y a quatre siècles.
Ces grandes îles sont aussi l’occasion de découvrir la toundra fleurie et animée d’oiseaux qui caractérise ce mois de juillet, le mois le plus clément au Spitzberg. Les rennes y sont nombreux.
Les morses s’y reposent sur deux plages et dans une gorge abrupte, les mouettes se reproduisent sous l’oeil du renard polaire.
Si les glaces le permettent, nous irons vers le grand front de glaces du Negribreen qui coule depuis la calotte centrale.

Jours 8 et 9 : Hornsund et Bellsund

Au pied de l’un des plus hauts sommets de l’archipel, le Hornsundtid (1431 mètres d’altitude) nous irons vers Brepollen et ses 5 glaciers qui se jettent en mer, et vers les grandes colonies d’oiseaux du fjord Mayer. Hornsund est l’un des fjords les plus englacés et spectaculaires de l’archipel.
Ours et phoques sont réguliers aussi entre les icebergs, alors que près de la base de recherches scientifiques polonaises installée en 1932, se trouve l’une des plus grandes colonies de mergules : cet oiseau marin de la taille d’un merle est le plus commun, avec environ 2 millions d’individus.
Les restes de baleiniers sont aussi présents pour témoigner de l’histoire dense de ces terres polaires.
Dans Bellsund nous découvrirons l’histoire des expéditions françaises au XIXe siècle, les restes de massacres de baleines par les Norvégiens, les tentatives d’exploitation de mines d’or, les toundras riches de fleurs et de rennes et les colonies de milliers d’oiseaux.

Jour 10 : Longyearbyen

Arrivée à quai vers 8h. Débarquement vers 9h, matinée libre pour les achats et la visite des musées. Départ du vol vers Paris à 12h45 et arrivée à Paris CDG vers 17h30.

Fermer

 CROISIÈRE TCHOUKOTKA, DÉTROIT DE BÉRING ET ÎLE WRANGEL

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 7900 €
Confort :
Difficulté :
Sibérie Orientale - Tchoukotka - Détroit de Béring - Île Wrangel (Russie) - Banquise de l'Océan Glacial
Descriptif

Voyage en Russie dans le Détroit de Béring

La Tchoukotka est l'une des 83 régions de la Fédération de Russie et ce fut la dernière partie de la «Sibérie» à être conquise par les cosaques venant de l'Ouest. Les peuples autochtones Tchoukchi, Inuit, Even, Koryak, Chuvan et Yukaghir sont parmi les moins connus au monde. Le régime soviétique a malmené ces tribus et les a rendues dépendantes des aides de l'État central. Ce dernier s'écroula dans les années 1990, mais l'élection en 2000 du milliardaire Roman Abramovich comme Gouverneur de la région a changé le cours de l'histoire de cette dernière. La vision généreuse et ambitieuse de cet oligarque a redonné espoir aux peuples locaux et a permis à la Tchouktka de se faire connaître - mais encore si peu! C'est pourtant un pays riche de ses ressources naturelles, et la faune y est très abondante, même si elle y souffre sérieusement du changement climatique.
L'île Wrangel se trouve dans l'Océan Arctique au Nord de la Tchoukotka. Elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, et est ceinturée de banquise de plus en plus tard en saison. C'est pourquoi nous irons vers cette réserve, nous verrons ours et morses sur la banquise, mais nous ne pouvons garantir le débarquement. Si c'était le cas, boeufs musqués, oies des neiges et chouettes harfangs seraient au rendez-vous. Tout au long du voyage, nous verrons dans ces mers parmi les plus riches du monde, morses, baleines, dauphins, oiseaux par milliers : c'est pour cela que le voyage est programmé en ce mois de juillet, au moment de la reproduction. Sur terre, ours bruns, renards polaires et rennes sont présents.
Ce voyage bien particulier est aussi programmé au mois de juillet car il va à la rencontre unique des peuples premiers notamment lors des Jeux arctiques de la Béringie, qui rassemble en compétitions originales les peuples autochtones des régions : un grand moment! Un florilège d'escales inédites et passionnantes, que nous sommes bien les seuls à pouvoir vous offrir lors de cette croisière d'exception.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après le retour. Grands Espaces vous assistera pour l'obtention du visa russe.

Logement : À bord du Professeur Khromov.

Déplacements : Bateau.

Vêtements : Températures de -1 à +15°C (moyenne 0 à +5°C). Vêtements chauds. Polaires.

Activités : Nous consulter.

Guide(s) : Guide(s) Grands Espaces et guides anglophones de Heritage Expeditions.

Informations complémentaires : Décalage horaire : + 11 heures.

Programme Croisière en Russie

Jour 1 : Anadyr

Arrivée à Anadyr, la capitale administrative de la Tchoukotka.
Embarquement en fin d’après-midi en découvrant cette ville qui a connu sont expansion lors de la période soviétique. Elle fut alors la gardienne stratégique du détroit de Béring.

Jour 2 : Egvekinot

Ce village a été bâti par les prisonniers des goulags pour servir de port aux riches champs miniers de Lul’tin à 200 kilomètres de là. Une excursion dans la toundra vous permettra de vous familiariser avec les paysages largement ouverts de la toundra polaire proche du Cercle polaire arctique et l’Extrême-Orient russe.

Jour 3 : Konergino

De l’autre côté de la large baie se trouve le petit village d’éleveurs de rennes de Konergino. Le renne constitue la base de vie des peuples autochtones russes; chassé ou élevé, c’est l’animal ressource qui permet aux hommes de vivre dans cet environnement hostile depuis des siècles. Les hommes sont organisés en brigades qui surveillent les rennes et qui nous parleront de leur mode de vie.

Jour 4 : Baie de Presbrazhenya

Croisière zodiac le long des grandes colonies d’oiseaux de cette baie, une excellente opportunité pour les photographes et les amateurs d’oiseaux.

Jour 5 : Ittygran – Allée des Baleines et sources chaudes de Gil’mimyl

La spectaculaire « Allée des Baleines» est constituée d’une série de mandibules de baleines géantes fichées en terre et datant du XIVe siècle! L’origine de cet alignement sur 500 mètres est toujours énigmatique, c’est en tout cas un site classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et un lieu traditionnel de la culture des peuples du Pacifique. Les baleines grises sont encore régulièrement observées dans ces eaux. Débarquement dans l’après-midi aux sources chaudes de Gil’mimy, nous montrant que ces lieux se rangent sur l’Arc de feu du Pacifique. Nos guides vous familiariseront ainsi avec les volcans et leurs manifestations.

Jour 6 : Novo Chaplino et Jeux Arctiques

Nous assisterons au premier jour des Régates polaires de la Béringie ( Russie et Alaska , de part et d’autre du détroit de Béring ). C’est le jour des courses de bateaux en peaux de morses et des baidaras, et des compétitions entre groupes d’autochtones. Aux repas sont servis des plats locaux des plus typés. Ce festival nous permettra de pénétrer au coeur et dans l’âme des peuples locaux, de leurs cultures et de leurs pays.

Jour 7 : Cap Dezhnev

Si les conditions de mer le permettent, nous accosterons au cap tôt ce matin: c’est le lieu le plus à l’Est de l’Eurasie. Un monument y célèbre Semyon Dezhnev, ce cosaque qui en 1648 ( soit 80 ans avant Béring ) fut le premier Européen à naviguer le détroit. À quelque distance, les restes du village inuit de Naukan offrent des photographies poignantes de ce site aujourd’hui déplacé.

Jour 8 : En mer

Nous pénétrons l’océan Glacial arctique et nous guetterons les cétacés; ils sont 9 espèces régulières en ces eaux, parmi les plus riches du monde.

Jours 9, 10 et 11 : Ile Wrangel

En raison du changement climatique, la glace libère les côtes des îles Wrangel et Hérald, sa petite soeur, de plus en plus tôt en saison, avec des impacts visibles sur la faune sauvage, et notamment les ours polaires, qui dépendent de la banquise.
Nous devrions pouvoir louvoyer dans la banquise pour arriver sur l’île Wrangel, réputée pour ses espèces de plantes et d’animaux endémiques et sa grande biodiversité.
Notre programme à Wrangel dépend beaucoup des conditions météorologiques. Nous prévoyons de visiter :
– La baie Krasin (boeufs musqués, rennes, site paléo-eskimo, baleines).
– La lagune de Predatelskaya (oiseaux rares et sites historiques).
– La baie Dragi et le cap Warring (boeufs musqués et oies des neiges).
– Le cap Florance, les estuaires des rivières Sovetskaya et Goussinaya (morses, phoques).
– L’île Herald (paysages, ours, morses, explorations).
L’île Wrangel est le site le plus important de reproduction des ours blancs en Russie, mais en été nous risquons d’en rencontrer plus souvent sur la banquise que sur la terre.
Si le débarquement à terre n’était pas possible en raison des glaces, nous profiterions alors largement des capacités de notre bateau pour vivre la banquise et y découvrir les colonies de morses, fréquentes en ces lieux, et les ours blancs, à la recherche de phoques et d’autres proies. L’occasion aussi de mieux connaître cet univers passionnant de glaces de mer qui va disparaître dans les étés 2030 à 2040.

Jour 12 : Ile Kolyuchin et détroit de Kolyuchin

Nous approchons ce matin cette île, connue pour sa population de morses. Une station de recherche russe des années 1990 est toujours présente, mais abandonnée sur la rive Ouest, et c’est proche de cette base que des colonies de macareux et guillemots se sont installées, offrant d’excellentes opportunités photographiques. Seule la présence – régulière – d’ours blancs pourrait nous empêcher de débarquer, et dans ce cas, c’est en zodiacs que nous partirions à l’exploration des côtes et des colonies, ainsi que de la faune de la vaste baie et de son détroit.

Jours 13 et 14 : En mer

Après la découverte des côtes parmi les plus secrètes, des peuples autochtones et de la faune de la mer de Béring, nous allons compléter nos connaissances avec les conférences de nos guides et revenir sur nos expériences vécues au bout du monde!

Jour 15 : Anadyr

Débarquement en matinée et transfert vers l’aéroport ou votre hôtel.

Fermer

 PICS ET GLACIERS DU SPITZBERG

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 6950 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Polaris
Les fjords de glaces. Ours, morses, phoques, oiseaux... Baleiniers, trappeurs et explorateurs
Descriptif

Voyage Grand Nord Spitzberg

Wilhelm Barents débarqua sur cette terre en 1596 et la nomma « Spitzberg » en raison des montagnes pointues qui forgent le paysage du Nord-Ouest de l'archipel. Les vallées encaissées y sont noyées par de nombreux glaciers. Cette région multiplie les lieux chargés d'histoire : la capitale charbonnière et scientifique, Longyearbyen, la station d'exploration de Ny-Ålesund d'où sont parties toutes les grandes expéditions polaires, le fjord de Smeerenburg où les baleiniers chassaient au XVIIe siècle. En raison du Gulf Stream qui libère les côtes de leur étreinte glacée très tôt dans l'année, la région est peuplée de morses, de phoques, de baleines, et surtout de milliers d'oiseaux de mer. Bien sûr, l'ours blanc y règne en maître. Sur la toundra qui s'anime des feux de ses fleurs le temps d'un court été arctique, rennes et renards polaires côtoient labbes, oies et perdrix des neiges. Grâce au Polaris (12 passagers), yacht polaire qui bat pavillon français et dont la taille réduite et l'équipement optimal permettent les meilleures approches d'observation, c'est un voyage d'exception que nous proposons aux photographes et passionnés de nature.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Polaris.

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Observation animalière. Randonnées/excursions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Neant

Programme croisière polaire : Croisière Nord-Ouest Spitzberg

Jour 1 : Paris-Longyearbyen

Vol direct depuis Paris en journée et arrivée à Longyearbyen.
Embarquement à bord du Polaris et présentation du voyage.

Jour 2 : Baie de la Croix – Baie du Roi

Visite des colonies d’oiseaux au pied des Trois Couronnes, est l’un des plus beaux paysages. Dans la baie de la Croix, 14 glaciers alpins se jettent en mer dans le Lilliehook, qui déroule son front de glaces large de 7 km.

Jours 3 et 4 : Terre Albert 1er et fjords de glaces

La côte Nord-Ouest du Spitzberg est une succession de fjords enserrés dans des pics éclatés par le gel et aux vallées noyées par des glaciers. Tous offrent ces paysages saisissants de la Terre Albert 1er. Les rives de cette région sont chargées d’histoire.

Jours 5, 6 et 7 : Woodfjord – Glacier de Monaco

Navigation devant le front du magnifique glacier de Monaco, long de 42 km. Baleines et ours peuvent y être vus.

Jours 8 et 9 : Raudfjord – Fjord de Smeerenburg – Baie de la Madeleine

Ce sont là les paysages les plus spectaculaires du Spitzberg et les lieux les plus chargés d’histoire (baleiniers, trappeurs, explorations polaires…). Le Raudfjord fut le premier à être exploré en 1596 par Wilhelm Barents lors de la découverte de l’archipel.

Jour 10 : Sarsøyra – Fjord St John

Passage du détroit de Sarsøyra, puis mouillage dans le cadre des montagnes du Spitzberg, dans le fjord Saint-John où l’on a découvert récemment des filons d’or prometteurs. C’est l’un des fjords les plus secrets qui héberge une colonie de phoques alors que sur Prinz Karl Forland une colonie de morses se repose.

Jour 11 : Isfjord-Longyearbyen

Arrivée à quai tôt le matin. Débarquement vers 9 heures et matinée libre pour les achats ou la visite des musées. Départ du vol direct et privatisé vers Paris vers 12h45 et arrivée en fin d’après-midi à l’aéroport de Roissy-CDG.
Lors du voyage du mois d’août qui a un jour de plus, nous irons jusqu’au détroit de Hinlopen.

Fermer
Croisière Spitzberg - Terre Albert 1er - phoque - Grands Espaces

2016 SPITZBERG – TERRE ALBERT 1ER

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 5900 €
Confort :
Un voyage de 9 jours, vols directs depuis Paris, pour une première découverte.
Descriptif

Terre Albert 1er Spitzberg

Les images fortes du Spitzberg : glaciers, pics et icebergs, à la recherche des ours blancs, morses, baleines, renards polaires… En plein été polaire, il fait jour 24 heures sur 24. Sur les traces du Prince océanographe, des explorateurs, des trappeurs et des baleiniers du 17 ème siècle.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Polaris.

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Chauds/polaires. Consultez notre F.A.Q.

Activités : Observation animalière. Excursions/expéditions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires :

Programme du voyage Terre Albert 1er Spitzberg

16 juillet : Paris-Longyearbyen

Vol direct depuis Paris CDG 3. Embarquement vers 17 heures et croisière dans l’Isfjord.

17 juillet : Baie de la Croix – Baie du Roi

Visite des colonies d’oiseaux au pied des Trois Couronnes, est l’un des plus beaux paysages. Dans la baie de la Croix, 14 glaciers alpins se jettent en mer dans le Lilliehook, qui déroule son front de glaces large de 7 km.

18 et 19 juillet : Terre Albert 1er et fjords de glaces

La côte Nord-Ouest du Spitzberg est une succession de fjords enserrés dans des pics éclatés par le gel et aux vallées noyées par des glaciers. Tous offrent ces paysages saisissants de la Terre Albert 1er, ainsi nommée en l’honneur des expéditions scientifiques menées en 1898/99 et 1906/07 par le souverain. Les rives de cette région sont chargées de l’histoire des baleiniers.

20 et 21 juillet : Woodfjord – Glacier de Monaco

Navigation devant le front du magnifique glacier de Monaco, long de 42 km. Baleines et ours peuvent y être vus. Excursion vers le glacier d’Erik.

22 juillet : Raudfjord – Fjord de Smeerenburg – Baie de la Madeleine

Ce sont là les paysages les plus spectaculaires du Spitzberg et les lieux les plus chargés d’histoire (baleiniers, trappeurs, explorations polaires…).

23 juillet : Sarsøyra – Fjord St John

Mouillage dans le cadre des montagnes du Spitzberg, dans le fjord Saint-John où l’on a découvert récemment des filons d’or prometteurs. C’est l’un des fjords les plus secrets qui héberge une colonie de phoques alors que sur Prinz Karl Forland une colonie de morses se repose.

24 juillet : Isfjord-Longyearbyen

Arrivée à quai tôt le matin. Débarquement vers 9 heures et matinée libre pour les achats ou la visite des musées. Départ du vol direct et privatisé vers Paris vers 12h45 et arrivée en fin d’après-midi à l’aéroport de Roissy-CDG.

Fermer
Voyage Groenland - Grand nord - Grands Espaces

CANADA – GRAND NORD CANADIEN

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 19 795 USD
Confort : Nous consulter.
D’Ilulissat à Savissivik, l’Allée des icebergs du Groenland.
Descriptif

Voyage dans le Grand Nord Canadien

Dans les glaces les plus denses de l’Arctique, vers la mer de Beaufort. Exploration du célèbre fjord Tanquary, au cœur de la Terre d’Ellesmere, et visite de Thulé/Qaanaaq au Groenland. La région Arctique la plus riche en ours polaires et en baleines.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Kapitan Khlebnikov.

Déplacements : Hélicoptères et zodiacs.

Vêtements : Chauds/polaires. Consultez notre F.A.Q.

Activités : Programme détaillé sur demande.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires :
Croisière Kangerlussuaq (Groenland) - Resolute Bay (Canada)
Embarquement : Kangerlussuaq
Débarquement : Resolute Bay

Programme de la croisière dans le Grand Nord Canadien

22 août

Arrivée à Ottawa, capitale du Canada (selon arrangements). Réunion à 18 heures et nuit à l’hôtel.

23 août

Vol privatisé vers Kangerlussuaq sur la côte Ouest du Groenland et embarquement.

24 août

Sisimiut. Démonstration de kayak.

25 août

Ilulissat. La capitale des icebergs.

26 août

Uummannaq. Les expéditions de A. Wegener et un site magnifique.

27 août

Upernavik. Pays des icebergs et des grandes falaises et des glaces coulants de la calotte.

28 août

Cap York. Monument à Peary et champs d’icebergs fabuleux, village inuit de Savissivik.

29 août

Qaannaq, érigée en 1953, la communauté du Nord Groenland et ses traditions d’eskimos polaires, chasseurs de narvals, d’ours et de phoques.

30 août

Ile Cobourg et Grise fjord. Colonies d’oiseaux et village aux 4000 ans de traditions.

31 août

Gorge du Diable et détroit d’Euréka. Une géologie exceptionnelle.

1er et 2 septembre

Fjord Tanquary, avec ses glaciers et ses paysages superbes. Ce fjord est le plus réputé de la Terre d’Ellesmere. Scientifiques et Parc national y entretiennent une base.

3 septembre

Base Euréka. Visite de la base scientifique polaire et promenades dans la toundra polaire.

4 septembre

Iles Axel Heiberg et Belcher : Navigation dans la banquise, paysages, morses, ours…

5 septembre

Détroits Penny et Crozier : Faune polaire, paysages, banquise.

6 septembre

Ile Beechy : haut-lieu et tombes relatives à l’expédition de Franklin qui a péri dans le Passage.

7 septembre

Resolute Bay : débarquement et vol privatisé vers Ottawa. Nuit à l’hôtel.

8 septembre

Vols retours (selon arrangements).

Fermer
Circuit Népal

CIRCUIT AU NÉPAL

Dates : du 21/03/2017 au 05/04/2017
Prix : 3450 €
Confort :
Difficulté :
Peuples autochtones - chaîne de l'Himalaya
Descriptif

Il s'agit d'un séjour de « tourisme responsable », le but étant de vous faire découvrir ce pays tout en étant le plus proche possible des populations limitrophes du Parc national de Bardia dans le cadre de sa conservation.
Les habitants de la jungle népalaise : le tigre royal du Bengale, l'éléphant d'Asie, le rhinocéros unicorne (entre autres), que vous pourrez peut-être découvrir à pied, à dos d'éléphant, en jeep ou au cours d'un safari flottant. Bardia et Chitwan comptent parmi les rares parcs nationaux en Asie où le « trio royal » (tigre, éléphant, rhinocéros) est présent sur le même territoire. Le Népal est surtout connu pour ses montagnes de l'Himalaya. Depuis Pokhara, nous verrrons la chaîne de l'Anapurna et le Machapure, la célèbre montagne sacrée à deux sommets. Ce voyage se déroulera surtout dans les lieux les moins connus du pays : la jungle, où éléphants, rhinocéros, gavials, crocodiles, cervidés et le prince des lieux, le tigre, sont présents.
Nous visiterons également la capitale, Katmandou, dévastée à 30 % le 25 avril 2015. Un pays d'une extraordinaire diversité, avec une population très accueillante qui suite aux séismes a besoin du tourisme pour la reconstruction du pays.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport et visa. Nous vous aiderons pour les formalités.

Logement : En lodges dans les parcs nationaux et en hôtels dans les villes. Chambres doubles.

Déplacements : En véhicules.

Vaccination : Un traitement antipaludéen de zone 2 est fortement conseillé. Emmenez vos médicaments. Aucun achat n'est possible localement.

Vêtements : Pour climat en général sec et chaud (mousson de juin à septembre).

Activités : Selon programme.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Quelques marches de 1 à 2 kilomètres lors des excursions. Katmandou est à 1400 mètres d'altitude, Pokhara est à 900 mètres.
L'ordre des activités est donné à titre indicatif et pourra être modifié par votre guide pour des raisons logistiques ou autres. Le contenu ne sera pas changé sauf cas de force majeure.
Décalage horaire : Plus 3h45 par rapport à Paris.

Programme : voyage Népal

21 mars : Paris/Genève Abu Dhabi – Katmandou

Vol en début de soirée avec Etihad vers Abu Dhabi et arrivée vers 7 heures locales puis vol vers Katmandou. Arrivée vers 16 heures (jour 2).

22 mars : Katmandou

Enregistrement à l’hôtel, et temps libre pour visiter le quartier touristique de Thamel et ses nombreuses boutiques et dîner. Nuit à l’hôtel Holy Himalaya ou équivalent

23 mars : Visite de Katmandou

Visite des principaux sites d’intérêts de la capitale népalaise. (Swayambudnath le temple des singes, Pasupatinath et ses ghats de crémations, Bodnath et sa communauté tibétaine).
Nuit à l’hôtel Holy Himalaya ou équivalent.

24 mars : Pokhara

Départ pour Pokhara (6 heures de route).
Bien que n’étant pas un voyage orienté vers la montagne, on ne peut manquer le détour par Pokhara qui est la «porte» de l’Himalaya. Après l’arrivée en milieu d’après-midi, temps libre pour découvrir le bazar ou les bords du lac.
Nuit à l’hôtel Orchid.

25 mars : Panorama sur les Anapurnas

De bonne heure, nous montons en véhicule sur la colline de Sarangkot (vue imprenable sur le Machapucharé et la chaîne de l’Himalaya) pour le lever du soleil.
Programme du reste de la journée en fonction de la météo (balade en barque sur le lac ou visite du musée de la montagne).

26 mars : Chitwan

Départ pour Chitwan en minibus (environ 5 heures).
Après l’enregistrement et le déjeuner, safari à dos d’éléphant.
Chitwan est un des meilleurs parcs nationaux sur le subcontinent indien pour l’observation des rhinocéros unicornes.
Dîner et nuit au Jungle safari lodge ou équivalent.

27 mars : Safari jeep

Après le petit déjeuner, départ pour toute la journée en jeep. Vous pourrez ainsi pénétrer profondément dans le parc et vous rendre aux endroits les plus prometteurs pour l’observation de la faune.
Déjeuner pique-nique.
À Chitwan, outre les rhinocéros, vous pouvez observer (avec de la chance) : tigres du Bengale, ours à collier, gaurs… Dîner et nuit au lodge.

28 mars : Canoë – Lumbini

Ce matin, vous participerez à une balade en canoë sur la rivière Rapti où il est possible d’observer des crocodiles et des oiseaux. Au Népal, on compte deux espèces de crocodiles : Le mugger (qui ressemble au crocodile du Nil) et le gavial.
Après le canoë, départ pour Lumbini (3 heures de route).
Lumbini est le lieu de naissance de Buddha. On trouve de nombreux temples dans un parc verdoyant où l’on trouve l’antilope nilgaï. Le site est classé au Patrimoine de l’Humanité par L’UNESCO.
Lumbini est un haut lieu de l’ornithologie au Népal avec, entre autres, la présence de grues antigones.
Déjeuner, dîner et nuit à l’hôtel Buddha garden.

29 mars : Bardia

Départ matinal pour Taekurdwara (Bardia) (7 heures de route), enregistrement au Racy Shade resort.
Dans l’après-midi, visite du village Tharu (Ethnie locale du Terai). Lors de la visite du village, vous rentrerez dans une maison traditionnelle Tharu typique. Toutes en longueur, ces habitations regroupent de grandes familles qui concentrent leur travail pour le profit de tous.
Vous découvrirez l’artisanat et les coutumes quotidiennes de cette ethnie mystérieuse et attachante.

30 mars : Jeep et éléphant

Journée dans la jungle. Safari en jeep.
La jeep permet d’effectuer de longues distances et de s’arrêter aux tours d’observation appelées « Machan » ou de faire de petites marches dans des endroits reculés.
Avec un peu de chance, éléphants d’Asie, rhinocéros unicornes, cerf axis ou tigres seront peut-être aux rendez-vous.
La visite de la jungle est une activité privilégiée mais il faut être très discret, chanceux et obéissants aux consignes des guides pour apercevoir les rayures du « Prince ».

31 mars : Safari flottant

Après le petit déjeuner, le bus nous emmène jusqu’à Chisopani (1heure) pour le départ du safari flottant.
Il n’y a pas de rapides sur le Karnali. Sur le raft, on voit très souvent les animaux boire (éléphants sauvages, rhinocéros, tigres, cervidés…) et l’avifaune est abondante.
Les dauphins du Gange seront peut-être au rendez-vous.
Le Karnali abrite quelques rares spécimens de dauphins du Gange.

1er avril : Safari jeep et marche

Après le petit déjeuner, journée dédiée à la visite du parc national en jeep et à pied. Vous serez conduits et marcherez (courtes marches) jusqu’aux points d’affût et aux tours d’observations pour admirer la faune et la flore locales. Tigres, éléphants, rhinocéros unicornes, cervidés, singes, crocodiles, oiseaux seront peut-être aux rendez-vous. Retour au Racy Shade resort dans la soirée.

2 avril : Journée libre

Journée libre, possibilité de nouvelles sorties éléphant ou jeep dans la jungle (en supplément). Beaucoup d’activités seront disponibles pour ceux que le repos n’intéresse pas.

3 avril : Retour à Katmandou

Matinée libre (activité ou préparation des bagages).
Retour à Katmandou (Bus et avion).
Le bus nous emmène à l’aéroport de Népalgunj (2 heures). Vol vers Katmandou (1 heure).

4 avril : Libre – Vols retour

C’est le moment du shopping à Katmandou, marchandages et sourires de rigueur.
Possibilité de vol autour de l’Everest.
Départ en soirée pour Paris ou Genève.

5 avril : Arrivée à Paris ou Genève

Fermer
Circuit Islande

2017 CIRCUIT EN ISLANDE, LE GRAND TOUR

Dates : Nous consulter.
Prix : 4550 €
Confort :
Difficulté :
Le pays de feu et de glace - des vikings aux pêches modernes - baleines et macareux
Descriptif

Avec le Grand Tour d'Islande, alors que la neige borde encore les routes et se mélange aux sources chaudes, et que le soleil fait renaître la nature, nous nous enfoncerons dans les régions les plus typiques de l'Islande, en dehors des circuits traditionnels, pour saisir la véritable âme islandaise : la rencontre des durs Vikings et des forces terrestres. Geysers, solfatares, volcans, coulées de lave : l'Islande est un laboratoire de volcanologie. Et glaciers, icebergs, impressionnantes chutes d'eau lui donnent son caractère sauvage et beau. Autour de cette île née dans l'Atlantique Nord et qui flirte avec le Cercle Polaire, les mers sont très riches et les pêcheurs s'y sont installés. Baleines et colonies d'oiseaux animent aussi les eaux à l'histoire marquée de naufrages et de héros.
Notre voyage réalise le Grand Tour, permettant ainsi la visite des sites les plus réputés, quelques-uns des plus secrets aussi. Il offre par ailleurs une journée extraordinaire aux îles Vestmann, cet archipel volcanique et peu visité posé au large des côtes.

Aspects pratiques

Formalités : Carte d'identité ou passeport valides.

Logement : Hôtels ou lodges en chambres doubles confortables avec WC douche. Petit déjeuner copieux, déjeuner rapide, style « plat du jour » ou pique-nique (afin de ne pas perdre trop de temps), dîners bien servis, copieux et typés.

Déplacements : En petit bus.

Vêtements : Climat de + 5 à + 15°C. Il pleut régulièrement, le temps change très vite. Bonnes chaussures conseillées, vêtements de pluie, vêtements chauds.

Activités : Voir programme.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Décalage horaire : Moins 2 heures par rapport à Paris.
Minimum de 12 participants.

Programme : circuit Islande

16 mai : Paris ou Genève – Keflavik – Reykjavik

Départ de Paris ou Genève. Depuis Keflavik, route vers Reykjavik à travers les champs de lave de la péninsule de Reykjanes. Installation à l’hôtel Plaza, idéalement situé au centre de Reykjavik non loin de l’église qui domine la ville. Balade commentée dans le centre historique de la ville, dîner.

17 mai : Gullfoss – Geysir – Thingvellir – Hvalfjördur

Après le petit-déjeuner, nous quittons la capitale islandaise en direction de la cascade de Gullfoss, l’une des plus belles d’Islande. À cette période, la fonte des neiges abondantes garantit un débit impressionnant. Déjeuner à Geysir, en face du grand geyser qui entre toutes les 5 minutes en éruption.
Route en direction des sources chaudes de Laugavatn et du Parc national de Thingvellir. Ce lieu, qui abrita le premier parlement institué en l’an 930, offre un témoignage visuel unique de la divergence des plaques tectoniques américaines et européennes.
Après une balade dans cet endroit extraordinaire, départ en direction du Hvalfjördur (« fjord des baleines ») où les vestiges de la station baleinière sont encore visibles. C’est dans ce fjord que durant la Seconde Guerre mondiale les escadres américaines et anglaises s’abritaient avant de partir en mer pour y escorter les convois du Nord vers Mourmansk. Arrêt à la plateforme d’information.
Nuit à l’hôtel à Borgarnes.

18 mai : Péninsule de Snaefellsnes

Le 16 septembre 1936, le commandant Charcot et le « Pourquoi Pas ? » se fracassent dans une épouvantable tempête près des récifs d’Alftanes, non loin de Borgarnes.
Visite des lieux qui constituent aujourd’hui une réserve ornithologique (sternes, limicoles…). Puis cap à l’Ouest sur la péninsule de Snaefellsnes, dominée par l’imposant glacier recouvrant le stratovolcan Snaefellsjökull qui culmine à 1446 m d’altitude.
C’est dans cette région que Jules Verne a fait entrer ses aventuriers du voyage au centre de la terre. Visite des localités typiques d’Arnarstapi, Hellnar et Olafsvik. Repas de midi près d’Arnarstapi. En bordure de côte, nous observerons les colonies d’oiseaux. Nuit à l’hôtel à Stykkisholmur, sur la côte Nord de la péninsule.

19 mai : Grundafjordur – Glaumbaer – Akureyri

De Stykkisholmur, nous quitterons la péninsule de Snaefellsnes en direction de l’Est pour rejoindre la route circulaire N°1 vers Akureyri (25 000 habitants), la capitale du Nord de l’Islande.
Ce parcours routier offre un bel aperçu des paysages diversifiés de l’île, depuis les rives du Breidafjord jusqu’aux paysages sauvages du Nord-Ouest. Repas de midi dans la région de Hvammstangi. Près de Varmahlid, visite de Glaumbaer avec ses anciennes fermes aux toits de tourbe, désormais transformées en un écomusée. En fin d’après-midi, installation à l’hôtel Natur sur les rives de l’Eyjafjord près d’Akureyri.

20 mai : Godafoss – Safari aux baleines – Myvatn

Depuis l’hôtel, la route circulaire N° 1 va vers la région du lac Myvatn. Arrêt à la spectaculaire chute en fer à cheval de Godafoss, puis plein Nord vers Husavik. Cette petite localité est le meilleur site d’Islande pour l’observation
des baleines, dans la baie de Skjalfandi. Embarquement sur un bateau pour un passionnant safari de 3 heures à la recherche de ces géants des mers.
Au retour, repas de midi dans ce petit port pittoresque. La fin d’après-midi sera consacrée à la visite des rives orientale et méridionale du lac Myvatn. Nulle part ailleurs durant ce circuit vous n’allez voir une telle concentration
de phénomènes volcaniques.
Le lac Myvatn est également célèbre pour son avifaune (14 espèces de canards dont les très rares garrots d’Islande et arlequin, faucon gerfaut…).
Avant le repas du soir, les bains thermaux de Myvatn – l’équivalent septentrional du Lagon Bleu (et bien moins encombrés de touristes) – vous offrent un vrai moment de relaxation pour le corps et l’esprit. Nuit à l’hôtel Sel, sur la rive Sud du lac Myvatn.

21 mai : Myvatn – Dettifoss

Toute la matinée est consacrée aux sites volcaniques, lacs bleus, château du diable, fissures terrestres, champs de lave, cratères, solfatares, pseudo-volcans… Après le repas de midi pris dans les environs du lac, cap vers l’Est jusqu’à la vallée du fleuve Jökulsá à Fjöllum, quelques kilomètres en aval. Dettifoss, la cascade la plus puissante d’Europe, est enchâssée dans un magnifique canyon d’orgues basaltiques. Balade à pied jusqu’aux chutes de Selfoss, situées à 20 minutes à pied au Nord de Dettifoss. Continuation ensuite à descendre la vallée du fleuve jusqu’à Asbyrgi. Nuit à l’auberge Skulagardur.

22 mai : Asbyrgi – Egilsstadir

Non loin du logement, la journée débute par la visite de la gorge d’Asbyrgi, en forme de fer à cheval. Route côtière aux confins Nord-Est du pays. Votre guide vous fera découvrir une région hors des sentiers battus, peu fréquentée même par les Islandais. Repas de midi dans la localité de Þórshöfn. En fin de journée, après avoir profité d’une route aux paysages très spectaculaires, arrivée à Egilsstadir, la principale ville de l’Est islandais, célèbre pour ses chevaux. Nuit à l’auberge Egilsstadir.

23 mai : Fjords de l’Est – Pêcheurs d’Islande

Nous longerons les splendides fjords découpés de la côte Est par la route côtière. À Fáskrúdsfjördur, les marins bretons avaient installé une maison pour venir en aide aux pêcheurs rescapés des naufrages, ainsi qu’un hôpital.
Les noms des rues y sont écrits en Islandais et en Français.
Repas vers Djupivogur. Plus loin, les fjords laissent peu à peu place aux premiers contreforts de l’énorme glacier Vatnajökull. Il couvre plus de 8000 km² (soit la Corse) et marque l’Islande qui lui doit probablement son nom de « Terre de glaces ». Höfn, la principale localité de la côte Sud-Est du pays, est principalement tournée vers la pêche, en particulier celle du homard. Nuit à l’auberge près de Smyrlabjörg.

24 mai : Croisière entre les icebergs – Cap Ingólfshöfði – Skaftafell

Cette journée a pour cadre le Vatnajökull, le plus grand glacier d’Europe.
Dans la matinée, promenade en véhicule amphibie entre les icebergs de la spectaculaire lagune glaciaire de Jökulsárlón ou promenade autour de la lagune (en fonction de la position des icebergs). Pique-nique en pleine nature, dans un cadre merveilleux. Tour organisé au cap Ingólfshöfði.
Possible uniquement à marée basse, à travers une immense lagune de sable noir, l’accès à ce promontoire se fait sur une remorque tirée par un tracteur. Dans ce paradis de l’avifaune, c’est l’occasion de découvrir des milliers de macareux, guillemots, fulmars, grands labbes et sternes arctiques.
En fin d’après-midi, arrêt au Parc national de Skaftafell. Nuit à l’hôtel Geirrand à Kirkjubaejarklaustur.

25 mai : Désert du Myrdalssandur – Skaftafell – Vik

Traversée du champ de lave d’Eldhraun, puis du désert de sable noir de Myrdalssandur. Par le passé, cette zone a été régulièrement ravagée par des flots glaciaires. À Vik, la plage de sable noir – encadrée par les pitons basaltiques des Reynisdrangar en arrière-fond – a été désignée par le magazine américain « Islands Magazine » comme l’une des dix plus belles plages du monde. Les falaises des environs abritent de nombreux macareux, mais nombre d’entre elles sont interdites d’accès avant fin juin en raison de la nidification des oiseaux. Déjeuner à Skogar et visite de l’impressionnante cascade de Skógafoss, haute de 62 mètres.
C’est dans cette région qu’en avril 2010 le volcan Eyjafjöll a craché ses nuages de cendres. À l’endroit où les derniers contreforts montagneux rejoignent les plaines agricoles du Sud islandais, votre circuit vous offre une dernière curiosité naturelle : la chute de Seljalandsfoss. Très photogénique, elle présente également l’intérêt de pouvoir en faire le tour complet et de passer derrière le rideau d’eau. Nuit dans la région de Hvolsvollur.

26 mai : Iles Vestmann

Traversée en ferry et journée aux îles Vestmann à la découverte des îles, de leur capitale, Heimaey et à la recherche du macareux moine. Le macareux vient d’arriver de mer et commence à creuser ou rénover son terrier qui lui sert de nid. Ce petit alcidé qui fait penser à un clown, se nourrit exclusivement de petits poissons. Oiseau peu farouche, grégaire en période de nidification, il marche et sautille en dodelinant de la tête. Il vole très mal, mais est un excellent nageur, capable de longues apnées. Bien protégé du froid par une bonne couche de graisse, il est particulièrement adapté à la pêche sous-marine, qu’il pratique habilement souvent à plus de 15 mètres sous la surface par petits groupes de deux ou trois oiseaux. En forte diminution, il est emblématique de l’Islande.
Les îles Vestmann sont parmi les derniers refuges de cet oiseau, malheureusement, parfois encore chassé. Ces îles, ont aussi une grande importance dans l’histoire humaine et géologique de l’Islande. Nous pourrons notamment y admirer la dernière coulée de lave (1973), encore chaude, qui faillit engloutir totalement le port de pêche de l’île Heimaey. Au loin en fonction des conditions météorologique possibilité d’ apercevoir la dernière île islandaise de Surtsey et peut-être quelques orques souvent familiers en cette région.
En soirée retour à Reykjavik et nuit à l’hôtel Plaza au centre ville et repas de l’au-revoir.

27 mai : Départ de Reykjavik

Tôt le matin, trajet de Reykjavik vers l’aéroport international de Keflavik (env. 45 minutes), où prend fin ce circuit islandais. Arrivée à Paris vers 13h et Genève en début d’après-midi.

Fermer
Circuit Atacama

2016 CIRCUIT ATACAMA, CHILI ET BOLIVIE

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 6890 €
Confort : Nous consulter.
Difficulté : Nous consulter.
L'Atacama, royaume des déserts de sel
Descriptif

Le désert d'Atacama et le Sud Lipez, à cheval entre le Nord du Chili et le Sud-Ouest de la Bolivie, comptent parmi les régions les plus arides et offrent quelques-uns des paysages les spectaculaires de notre planète avec d'immenses étendues rocheuses, des volcans aux cimes enneigées, des lagunes minérales aux couleurs irréelles abritant d'importantes colonies de flamants roses et des déserts de sel. Ces vastes espaces sont ponctuellement parsemées de mystérieux geysers, de douces dunes de sable ocre, de troupeaux de vigognes, alpagas et lamas ou de petites oasis blotties dans des paysages lunaires. Rejoignez un autre monde à la beauté sauvage, où les couleurs explosent et où des civilisations ancestrales nous ont légué de nombreux vestiges culturels.
Notre circuit sillonne les environs de San Pedro d'Atacama. Une acclimatation progressive à l'altitude permet de réaliser sans problèmes les différentes excursions proposées. L'incursion dans le Sud-Ouest bolivien parcourt non seulement le fameux Salar d'Uyuni, plus grand désert de sel du monde (10 580 km2), mais visite également des lagunes étincelantes, véritables joyaux aux couleurs vives sertis dans leur écrin de roches volcaniques.
Outre les fabuleux paysages, vous découvrirez aussi une faune variée, des villages typiques isolés du reste du monde au pied de volcans majestueux, certains actifs et d'autres enneigés, de plus de 6000 mètres d'altitude ! La fin du voyage permet de découvrir la région méditerranéenne du Chili, entre Santiago et la légendaire cité portuaire de Valparaiso, avec une belle excursion dans une forêt de palmiers de la chaîne côtière des Andes.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après le retour.

Logement : En hôtel, voir programme.

Déplacements : Voir programme.

Vêtements : Prévoyez de bonnes chaussures, et des vêtements contre la pluie. Le désert d'Atacama peut être froid (proche de 0°C).

Activités : Voir programme.

Guide(s) : Thierry Swysen

Informations complémentaires : Le programme Atacama est spécialement réfléchi pour que vous puissiez combiner ce voyage Atacama avec la croisière dans les fjords du Chili et l'extension vers El Calafate en Argentine.
Renseignements et programme détaillé sur demande : alexandre@grandsespaces.ch – +41 (0)26 912 37 86

Programme : voyage Atacama Chili et Bolivie

Jour 1 : Paris ou Genève – Santiago

Départs possibles de Genève et de Paris, ou province selon arrangements.

Jour 2 : Santiago-Calama

Vol de connexion vers Calama. Transfert vers la petite localité de San Pedro de Atacama (2400 m).

Jour 3 : Vallées de Catarpe, de la Mort et de la Lune

Vallée de Catarpe, qui abritait un ancien centre administratif inca. Forteresse atacamène du Pukara de Quitor. L’après-midi, la Vallée de la Mort et traversée de la Vallée de la Lune dont les couleurs et formes sont accentuées par le coucher du soleil. Retour à San Pedro.

Jour 4 : Lacs d’altitude et salar d’Atacama

Salar d’Atacama, le plus grand désert de sel du Chili. Laguna Miscanti et Meñisques. Village précolombien de Socaire. L’après-midi, visite au coeur du salar. Lac salin Chaxa et ses flamants roses. Village de Toconao et canyon de Jerez. Forêt de Tambillo, des caroubiers, proche du radio-observatoire astronomique (projet Alma).

Jour 5 : Geysers du Tatio

Départ avant l’aube vers les geysers du Tatio (4000 mètres d’altitude). Une promenade permet d’observer la flore et la faune. Temps libre dans la piscine géothermale naturelle. Magnifique vue panoramique. Bains thermaux de Puritama, situés dans le fond d’une vallée abrupte.

Jour 6 : Salar d’Aguas Calientes – Apakana

Col de Jama. Volcans Licancabur et Juriques. Petit-déjeuner avec vue sur le Salar de Atacama. La route traverse de fabuleux paysages à plus de 4000 m d’altitude. Au fond, le majestueux volcan Pili est un ancien sanctuaire inca. Déserts de sel de Pujsa et Aguas Calientes. Formations rocheuses des Moines de l’Apakana.

Jours 7 et 8 : Laguna Verde et Laguna Colorada

À l’entrée en Bolivie apparaissent les lacs d’altitude Laguna Blanca et Verde aux reflets blanchâtres et turquoise, situés au pied des volcans Licancabur et Juriques. Désert de Dali et ses magnifiques roches volcaniques colorées.Geysers Sol de la Mañana, situés à 4850 mètres d’altitude.
La Laguna Colorada, aux reflets rouges est le refuge de nombreux flamants roses. L’arbre de pierre, une formation érodée par le vent. Logement sur les hauts plateaux.

Jour 9 : Coucher de soleil sur le salar d’Uyuni

Route des joyaux andins (Laguna Honda, Shiarkota, Hedionda et Cañapa). Arrêt à proximité du volcan Ollagüe, un des plus actifs de cette région. Traversée du désert de sel de Chiguana, par lequel passe la voie ferrée reliant la Bolivie à l’océan Pacifique.
Visite d’un ancien cimetière indigène avec ses tours funéraires. San Juan de Rosario, champs de quinoa, qui constitue la base de l’alimentation sur les hauts plateaux andins. Au loin, le salar d’Uyuni, le plus grand désert de sel au monde. Logement dans un des villages bordant le salar.

Jour 10 : Salar d’Uyuni et île Pescado

Le lever du soleil depuis le salar d’Uyuni. Balade sur la colline de l’isla Pescado entre les cactus géants centenaires.
Logement à Colchane.

Jour 11 : Salar de Huasco – Pica

De Colchane à Pica, la piste traverse les hauts plateaux et descend progressivement vers le désert côtier. Pica, d’origine précolombienne et célèbre – avant l’époque du nitrate – pour son vin. Pause et petite baignade. Logement à Pica.

Jour 12 : Géoglyphes de Pintados et ville-fantôme

Un ensemble de plus de 350 figures géométriques à flanc de la colline durant plus de 9 siècles. Humberstone, fondée en 1872, inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité, constitue une vraie ville fantôme. Iquique au bord du Pacifique. En soirée, vol vers Santiago.

Jour 13 : Parc National La Campana

Cette réserve naturelle se caractérise par les dernières forêts de cocotiers du Chili. Cascade panoramique. Durant l’après-midi, poursuite du voyage vers le village d’Olmué.

Jour 14 : Port de Valparaiso

Reñaca, l’une des plages les plus en vogue du Chili et Valparaiso, ville classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. Cimetière des Dissidents, maison de Pablo Neruda et funiculaires. Trajet vers Santiago en fin de journée.

Jour 15 : Santiago – Départ (selon arrangements)

Tour de ville de Santiago le matin. Vols de retour vers l’Europe en fin d’après-midi (arrivée jour 16).

Fermer
Croisière sud Spitzberg

2017  NORD ET EST DU SPITZBERG

Dates : du 15/08/2017 au 29/08/2017
Prix : dès 8550 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Polaris
Les migrations des ours et des phoques - Pics englacés et la baie des glaces
Descriptif

Voyage au Spitzberg

Le voyage le plus complet, de 15 jours, Nord-Ouest, avec les grandes calottes glaciaires de l'Est et les déserts froids, royaume des ours blancs, des morses et des baleines, renards polaires... Le défilé des fronts de glaciers parmi les plus impressionnants, donnant des icebergs remarquables.

Aspects pratiques

Formalités : Non renseigné

Logement : À bord du Polaris

Déplacements : Zodiacs

Vêtements : Chauds

Activités : Observation animalière, randonnées

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Programme Croisière Polaire : Croisière Nord Est Spitzberg

Jour 1 : Longyearbyen (Spitzberg)

Vol direct privatisé, départ matinal de Paris CDG et arrivée à la mi-journée.

Jour 2 : Baie de la Croix

Le fjord de Lilliehook situé en Baie de la Croix, avec son front de glace de 7 kilomètres est peut-être le plus majestueux de l’archipel.

Jour 3 : Baie de la Madeleine et fjord de Smeerenburg

Ce furent les lieux de massacres des baleines aux 17e et 18e siècles. Une colonie de morses et phoques communs y est présente.

Jour 4 : Glacier de Monaco

L’un des lieux fréquentés par les ours, et surtout des couleurs et des paysages grandioses de pics et de front de glaciers.

Jours 5 à 11 : Côte Nord – Terre du Nord-Est

Au-delà du détroit de Hinlopen, le paysage est de glaces et de déserts froids. Les ours y sont réguliers et leur rencontre va déterminer nos navigations et les conditions météorologiques et de glaces forgeront l’itinéraire.
Les Sept-îles abritent une colonie de morses et les ours y rôdent régulièrement. Les paysages sont faits de déserts froids.
Le fjord de Bengtssen a deux glaciers qui se jettent en mer depuis la calotte du Nord-Est, donnant beaucoup d’icebergs; les ours y sont réguliers.
Hinlopen et le fjord de Murchison sont chargés d’histoire; une immense colonie d’oiseaux et les baleines y sont les points forts, de même qu’une colonie de morses et les ours, réguliers. Au Sud, la calotte de la Terre du Nord-Est donne de nombreux icebergs.

Jours 12 et 13 : Spitzberg Nord-Ouest

Retour par la baie du Roi et Ny Alesund et le détroit de Sarsoyra (colonie de phoques, paysages).

Jour 14 : Longyearbyen – Oslo

Arrivée dans la « nuit », débarquement vers 8h du matin et temps libre à Longyearbyen, vol régulier avec escale (arrivée à Paris jour 15).

Fermer
Croisière terre ours blancs

2017  TERRE DES OURS, ÎLE BLANCHE ET BANQUISE DU SPITZBERG

Dates : du 15/08/2017 au 26/08/2017
Prix : dès 7600 €
Confort :
Au royaume des ours, le tour du Spitzberg et toute la grande faune polaire...
Descriptif

Croisière terre des ours, le tour du Spitzberg

Toute la grande faune polaire : ours blancs, morses, phoques, baleines, rennes, renards polaires, oiseaux... Fin août, nous avons 90% de chances de pouvoir réaliser le grand tour du Spitzberg par la côte Est : c’est la planète glaces. Des journées dans la banquise, au royaume des ours. Un voyage « spécial » ours polaire avec pour objectif Kvitoya, la mythique Île Blanche, couverte à 99% de glaces. Un voyage de 13 jours, le plus complet.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ocean Nova

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Chauds/polaires. Consultez notre F.A.Q.

Activités : Observation animalière. Excursions/expéditions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Programme de la croisière Spitzberg terre des ours

15 août : Paris – Longyearbyen

Vol direct privatisé au départ de Paris CDG et arrivée à la mi-journée à Longyearbyen. Excursion en bus dans la vallée de l’Adventdal et découverte de la ville. Embarquement vers 17h et croisière dans l’Isfjord. Réunions d’informations puis navigation le long des enclaves minières russes avant de partir en haute mer où nous avons des chances d’observer des baleines au large de l’île du Prince Charles.

16 août : Baie de la Croix-Lilliehookfjord

Nous passerons la journée dans ces fjords, faits de glaciers qui dévalent des montagnes. C’est l’une des plus belles régions. Le Krossfjord fut une implantation nazie, dans la baie du Roi et parmi les glaciers les plus impressionnants il y a ceux du Roi, du Lilliehook (5 km de fronts de glaces), et du 14 juillet ainsi nommé par le Prince Albert Ier de Monaco en 1906. Les sommets sont déchiquetés par le gel et dépassent 1200 mètres d’altitude. Plusieurs petites colonies d’oiseaux marins, de nombreux îlots abritant eiders et bernaches et la présence régulière de phoques sur les petits icebergs complètent la richesse de ces sites.

17 août : Glacier de Monaco

Cette appellation couvre l’entrée du Woodfjord, encombré de bois de flottage et réputé pour les couleurs pourpres de ses montagnes du dévonien, et ses cétacés. La toundra du Reinsdyrflya est connue pour ses oiseaux et sa flore. Plusieurs huttes de trappeurs rappellent l’histoire des lieux.
Nous irons vers le glacier Erik, qui se jette dans un lac glaciaire et nous naviguerons en zodiacs devant le front du glacier.

18 août : Sept-îles et banquise

Par plus de 80° de latitude Nord, un archipel étend ses îles où les morses et les ours sont réguliers. C’est là que le jeune Nelson, vainqueur de Trafalgar fut officier britannique de l’expédition de Phipps en 1773.
Plusieurs îles sont le refuge de macareux et de mergules.
Départ vers le Nord, vers la limite de la banquise où rôdent les ours à la recherche des phoques qui se reposent sur les plaques de glaces.

19 août : Banquise

Durant cette journée, nous naviguerons en lisière de banquise et entre les plaques lâches et entrechoquées, à la recherche d’ours et d’autres animaux, tout en organisant une croisière en zodiac et (si les conditions le permettent) un débarquement sur une plaque de glace, pour vous faire connaître et comprendre ce milieu naturel si extraordinaire qu’est la glace de mer. Nous espérons de même y observer la très rare mouette blanche, et des phoques du Groenland.

20 août : Île Charles XII et Terre du Nord-Est

Après avoir passé la nuit dans les glaces, probablement par 81 ou 82° Nord (en fonction des mouvements de banquise), nous serons proches de l’île Charles XII, où les ours et morses sont réguliers.
Continuation vers la Terre du Nord-Est, vers le fjord de Bengtssen, ou un autre (en fonction des conditions météorologiques) pour une belle excursion dans ces déserts froids qui sont forgés entre les langues glaciaires qui viennent de la calotte.

21 et 22 août : Île Blanche

Kvitoya est exceptionnelle par sa situation, à l’extrême Est, et par son recouvrement de glaces : une calotte y couvre 99% de l’île, ne laissant que 3 lieux : Andréeneset où l’expédition d’Andrée va périr en 1897, Hornodden et Kraemerpynten, très réputé pour ses morses et ours. Les ours blancs y sont réguliers, l’île est une barrière de glaces continue sur des dizaines de kilomètres, et est souvent entourée de banquise. Morses, labbes pomarins et mouettes ivoire s’y rencontrent.

23 août : Terre du Nord-Est

Cette réserve naturelle est couverte par deux calottes totalisant plus de 11 000 km2 de glaces. L’une d’elles se jette en mer en un front de glace presque continu de 160 km de longueur, donnant ainsi la plus longue barrière de glaces de l’hémisphère Nord ; dans les parties dégagées de glaces, le sol pierreux dévoile le climat de désert polaire où vivent les rennes. L’ours blanc y maraude régulièrement et quelques caps hébergent des colonies de morses. La région est marquée par les explorations les plus tragiques, tel le drame de Nobile en 1928. C’est certainement le paysage le plus polaire de l’archipel. La côte Nord recèle les fjords les moins explorés de l’archipel, et l’on y voit des restes anciens de baleines, la calotte qui s’y précipite en mer en donnant les plus grands icebergs du Svalbard. Ours blanc et morses y sont très réguliers. Le front de glaces s’avance par endroits en donnant des icebergs nombreux. Les baleines sont régulières dans les eaux du large.

24 août : Hinlopen et fjord Murchison

Dans ce grand détroit entre la Terre du Nord-Est et le Spitzberg, les baleines sont régulières. Nous naviguerons en zodiacs devant la grande colonie d’oiseaux (300 000 individus) d’Alkefjellet, très spectaculaire dans des orgues de basaltes déchiquetés, avant d’entreprendre une croisière zodiac dans les eaux claires du fjord de Murchison, où les trappeurs russes opéraient autrefois.
Une vieille croix orthodoxe rappelle ces temps. Pour ceux qui le désirent, une excursion ira vers une base scientifique suédoise et finlandaise désaffectée, datant de l’Année polaire internationale1956/57.

25 août : Fjord de Smeerenburg et baie de la Madeleine

Nous retrouvons les paysages des pics déchiquetés et des glaciers qui noient les vallées. Cette région du Nord-Ouest fut le haut lieu de la chasse à la baleine dès le XVIIe siècle, avec l’implantation d’un village sur l’île de Smeerenburg (la « ville de la graisse »). Le fjord y est d’une saisissante beauté, et les phoques y sont réguliers. Une excursion en front de glaces, voire sur les marges du glacier, nous fera connaître ces lieux.
La baie de la Madeleine quant à elle, est la plus visitée par les grands bateaux de croisières et présente des paysages superbes.

26 août : Longyearbyen – Paris

Arrivée à quai vers 8h. Débarquement vers 9h, matinée libre pour les achats ou la visite des musées. Départ du vol direct à 12h45 et arrivée à Paris CDG 3 vers 17h30.

Fermer
Réveillon du nouvel an en Pologne

2015 / 2016 POLOGNE ET BIÉLORUSSIE – RÉVEILLON DU NOUVEL AN AU COEUR DE L’ÂME SLAVE

Dates : nous consulter.
Prix : dès 1950 €
Confort :
Difficulté :
Voyage au coeur de l'Europe slave, au pays des bisons, la forêt des rois et des tsars
Descriptif

Nouvel An en Pologne

Dans une Europe de plus de 500 millions d'habitants, l'histoire a défriché les grandes forêts. Et même si certains pays tels la France ou la Pologne ont vu leurs superficies forestières augmenter depuis 100 ans, ces espaces ressemblent souvent plus à des champs d'arbres qu'aux sylves d'antan.
Quelques régions de montagnes difficiles d'accès ont échappé aux coupes réglées. Mais dans les plaines fertiles d'une Europe agricole, industrielle et en pleine expansion, un seul lambeau a pu miraculeusement échapper aux coupes réglées : Bialowieza.
Ce fut autrefois la forêt des rois de Pologne, dont les sols riches permettaient aux tilleuls, chênes et charmes d'alterner avec des bouquets de taïga, à la frontière entre Pologne et Russie. Grâce à son statut, la grande forêt de plaine de Bialowieza survécut sur 125 000 hectares, à peine trouée par quelques clairières de charbonniers ou de garde-chasses. Elle fut ensuite une chasse privée des tsars qui y érigèrent l'un de leur palais et au début du XXe siècle seuls quelque 4747 hectares furent épargnés car quasi-inaccessibles au réseau ferré de débardage forestier en raison des marais, tourbières et rivières. Et il y eut dans la jeune Pologne de 1921 quelques forestiers visionnaires pour classer cette ultime parcelle en Parc National (1932), le premier du pays. D'autres sauvèrent le bison d'Europe (il ne restait que 60 individus dans les zoos du monde) pour le réintroduire en 1952, et de nos jours, plus de 550 animaux courent libres en forêt, avec loups, lynx, cerfs, sangliers...
Les Soviets partagèrent l'espace entre Pologne (57 000 ha) et l'Union Soviétique (75 000 ha) en 1945 et ce sont ainsi deux parcs nationaux qui protègent la plus grande forêt vierge des plaines d'Europe avec ses chênes de 350 à 750 ans, ses épicéas de 50 mètres et le plus grand troupeau de bisons sauvages du continent. Ce Parc National forestier niché à la frontière de la Béliorussie est classé sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1970. Pour les chasseurs, forestiers ou naturalistes, le nom de « Bialowieza » résonne de nature et d'originel, et depuis plus de 15 ans, les efforts conjugués de l'Europe et de la Pologne ont largement ouvert cet océan forestier au tourisme. Ancré dans la nature, ce dernier profite aussi de traditions biélorusses et orthodoxes bien vivantes dans le folklore rural des chaumières de la Podlasie, et de l'histoire de la riche cour impériale russe, qui a donné avec les grands rois de Pologne ses lettres de noblesse à cette sylve hors des temps et qui survit dans la Pologne moderne.
Un voyage à Bialowieza, cette forêt vierge et sauvage vous fera ainsi découvrir bien plus encore qu'une forêt : c'est un voyage dans l'histoire de l'Europe, c'est la découverte de deux pays l'un libéral et européen, l'autre communiste.

Nous avons choisi de vous emmener pour fêter la Nouvelle Année dans cette région, l'une des plus typées d'Europe, entre Varsovie et les lacs de Mazurie. Nous vivrons ainsi cette Pologne, tigre économique de l'Europe, et cette vieille Russie orthodoxe.
Ce séjour doit être pour vous tous un bouquet de folklore, un feu d'artifice de découvertes : c'est pourquoi Christian Kempf y sera votre guide : il connaît Bialowieza depuis 1975, a écrit 2 livres sur le Parc National.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date de retour. Nous nous chargerons de vous obtenir le visa Biélorusse pour la journée du 2 janvier 2016. Son coût est inclus dans le prix du voyage. Nous collecterons votre passeport à Bialowieza

Logement : l'hôtel Bialowieski a été construit il y a 10 ans. Il dispose d'un centre balnéaire ouvert gracieusement pour ses clients : piscine, sauna, hammam, jacuzzis...

Déplacements : en bus. Courtes excursions à pied. Excursions en forêt en calèches ou traîneaux.

Vêtements : tenue de ville pour le réveillon de Nouvel An, vêtements chauds, chaussures de montagne ou de marche.

Activités :

Guide(s) : Christian Kempf et Marielle Suzeau. En fonction de la taille du groupe, des guides de Grands Espaces pourront venir fêter avec nous...

Informations complémentaires : Températures : -15 à +10°C Comme chez " nous ", en hiver... La météo est très variable. Il peut y avoir grand soleil et -10°C une journée, pluie et +5°C le lendemain.

Taille du groupe : Minimum 25 personnes. Inscriptions avant le 15 octobre 2015. Les premiers inscrits seront prioritaires.

Programme : Circuit en Pologne

Mardi 29 décembre : Paris – Varsovie – Bialowieza

Rendez-vous à 8 heures à l’aéroport de Paris Roissy terminal 1 pour le vol direct de la Lot partant à 11 heures pour Varsovie. Arrivée à 13h10 à l’aéroport Frédéric Chopin.
Départ en bus vers l’Est et les plaines de Mazurie. Snack léger en route et arrivée vers 17h30 à Grabarka, la colline sacrée orthodoxe : des milliers de croix sont plantées là en ce lieu de pèlerinage célèbre.
Continuation vers le village de Bialowieza (2500 habitants) au centre de la forêt. Installation à l’hôtel Bialo-wieski *** situé à environ 1 km de la frontière Biélorusse.
Départ à 20 heures en calèches pour dîner autour d’un feu de bois avec au grill les célèbres « kielbassa » (saucisses polonaises), le plat national (« bygos ») et… la boisson nationale, la vodka !
Ambiance musicale de la vieille Pologne.

Mercredi 30 décembre : Forêt de Bialowieza

Petit déjeuner buffet. Départ à 9 heures vers la forêt où nous visiterons le « sentier des Rois » où chênes, épicéas et tilleuls de 200 à 450 ans poussent sur les lieux des anciennes chasses des rois de Pologne.
À 11h30 nous embarquons à bord du train forestier de Hajnowka. La forêt fut autrefois quadrillée par ces voies étroites où les chevaux amenaient les grumes. Trajet de 12 km vers le lac de Topilo, où nous dégusterons soupes et plats cuisinés par les paysans et bûcherons du hameau.
Continuation vers Losinka où le pope nous fera visiter une superbe église orthodoxe en bois. Retour à l’hôtel et vers 18 heures conférence sur la forêt, son écologie, sa faune, son histoire.
Dégustation de vodkas (19h30-20h) puis dîner de spécialités du pays à l’hôtel.

Jeudi 31 décembre : Forêt de Bialowieza

Après le petit-déjeuner, départ à 9 heures vers le parc de vision des animaux (élans, cerfs, lynx loups, bisons, sangliers…) puis visite du musée et du parc de l’ancien palais du tsar de Russie, Alexandre III.
Snack du chasseur et « zurek », deux spécialités servies à Budy, dans une auberge en bois puis promenade en forêt (traces d’animaux) et visite de l’écomusée de Podlasie (vieilles fermes). Retour à l’hôtel vers 17 heures.
Temps libre de 18h à 20h30. Vous pourrez vous reposer, écrire vos cartes de vœux locales, ou profiter des équipements de l’hôtel : sauna, jacuzzi, billard, tennis de table, fitness club… ou visionner le film « une année à Bialowieza ». Vers 21 heures, superbe dîner du Réveillon et bal du Nouvel An, avec un groupe de danseurs et de musiciens polonais.
Nous fêterons la Nouvelle Année 2016 avec nos amis polonais (nous serons environ 150 convives dont 40 francophones). À minuit trente, nous partirons vers le grand feu organisé en plein air pour y admirer les feux d’artifices puis déguster des sangliers à la broche – tel Obélix- agrémentés de vin chaud et d’airs d’accordéons…

Vendredi 1er janvier : La région et la forêt

Petit déjeuner jusqu’à 10h30. Matinée libre pour profiter des équipements de l’hôtel ou découvrir les hameaux forestiers. Départ vers midi pour tenter d’observer à nouveau les bisons sauvages, puis nous emprunterons en bus la route des églises de bois orthodoxes, illuminées à l’occasion du Noël orthodoxe, en passant par le village de Trzescianka et ses volets peints.
Vers 18h départ en traîneaux vers le village puis nous dégusterons les spécialités du pays avec un group folkorique autour d’un grand feu de bois.

Samedi 2 janvier : Biélorussie

Départ pour la Biélorussie par le poste-frontière situé en pleine forêt, pour la découverte de l’autre parc national : un chêne de plus de 700 ans, un épicéa de plus de 50 mètres de hauteur, un lac, des forêts, un musée, et surtout la Maison et le village du Père Noël et de sa fille. Les enfants s’y pressent en cette période de Noël orthodoxe. Retour à Bialowieza vers 17h.
À 19h, dîner du Nouvel An servi au Restaurant du Tsar, situé dans l’ancienne gare de Bialowieza du chemin de fer reliant Saint-Pétersbourg à Bialowieza.

Dimanche 3 janvier : Bialowieza – Varsovie

Départ vers Varsovie après le petit-déjeuner, vers 7 heures avec passage par le remarquable écomusée de Podlasie à Ciechanowiec puis passage proche de Treblinka, l’un des camps de la mort installé par les nazis.
Arrivée à Varsovie vers 11 heures et visite de la vieille ville (cathédrale, remparts, place du marché – le Ryneck – palais royal, maison de Marie Curie…).
Détruite à 90 % par les nazis, la vieille ville a été remarquablement reconstruite entre 1948 et 1956, pour figurer aujourd’hui au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Passage par le monument aux déportés et à l’insurrection de 1944.
Il n’y a pas de repas prévu à midi.
Arrivée à l’aéroport vers 14h30.
Vol direct vers Paris à 16h20 et arrivée à Paris Roissy terminal 1 à 18h45.

Note relative au programme
En raison des conditions météorologiques très changeantes, quelques activités extérieures peuvent être interverties.

Fermer
Circumnavigation arctique - voyage expedition polaire - Grands Espaces

2016 CROISIÈRE ARCTIQUE – CIRCUMNAVIGATION

Dates : 10/07/2016 au 23/09/2016
Prix : Nous consulter.
Confort : Nous consulter.
Le brise-glaces va effectuer une très grande Première, avec la circumnavigation de l’Arctique conjuguant ainsi le Passage du Nord-Est (Sibérie) et le Passage du Nord-Ouest (Canada Alaska), de même que le Nord du Groenland, Spitzberg, Terre François Joseph, Nouvelle Zemble…
Descriptif

Circumnavigation Arctique

Depuis 1992, le brise-glaces Kapitan Khlebnikov a navigué dans la banquise, emmenant les touristes à la découverte des régions polaires les plus inaccessibles, et ce bateau s’est taillé une réputation inégalée tant en Arctique qu’en Antarctique.
Retiré du service en mars 2012, le navire va reprendre ses croisières-expéditions avec des passagers en 2016. Avec ses 24 000 CV, ce brise-glaces russe est le bâtiment le plus puissant affecté au tourisme, après le « 50 ans de la Victoire ».
C’est aussi l’un des très rares bateaux à disposer de deux hélicoptères embarqués. Ces appareils servent à la reconnaissance des chenaux dans la banquise, et aux excursions aériennes panoramiques de même qu’à certains débarquements ; tous les vols en hélicoptère sont inclus dans le forfait des voyages.
Cette reprise du Kapitan Khlebnikov est organisée par la plus grande compagnie de croisières expéditions au monde ; de la Chine au Brésil, des États-Unis à la Russie et à l’Europe, et elle suscite beaucoup d’intérêt : les 110 passagers privilégiés (51 cabines) constitueront ainsi une mosaïque de passionnés polaires de diverses nationalités, et le bateau sera assez rapidement complet.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Kapitan Khlebnikov.

Déplacements : Nous consulter.

Vêtements : Chauds/polaires. Consultez notre F.A.Q.

Activités : Programme détaillé sur demande.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Grands Espaces s’est associé à cette aventure en assurant aux meilleurs prix et services un encadrement francophone grâce à la présence à bord de conférenciers comme Fabrice Genevois ou Christian Kempf. Nous assurons de même l’assistance aux visas et vos vols aux départs de Paris ou Genève, dont certains sont privatisés. Notre savoir faire polaire saura vous rendre ce voyage exceptionnel.

Programme de la circumnavigation arctique à bord du Kapitan Khlebnikov

Programme détaillé sur demande.

Fermer
Croisière polaire Groenland

CROISIÈRE AU GROENLAND, ILULISSAT ET CALOTTE GLACIAIRE

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 6350 €
Confort :
Difficulté :
La calotte glaciaire du Groenland et le glacier le plus actif du monde en hélicoptère. Aurores boréales au pays des Inuit. Bœufs musqués, baleines... Port Victor et les Expéditions Polaires Françaises.
Descriptif

Groenland, Thulé et villages inuits

Dans ce pays de plus de 2 millions de km² qu'est le Groenland, la vie économique et l'histoire s'accrochent à sa côte Ouest. La calotte glaciaire couvre 85 % de sa surface et crée un glacier de 160 km de longueur s'écoulant en mer et donnant des icebergs géants par milliers. C'est dans ces eaux riches que les Inuit se sont installés depuis des millénaires. La chasse demeure une tradition très ancrée, comme l'atteste la présence des attelages de chiens. La région est riche en phoques, rennes mais aussi en bœufs musqués. En mer, les grandes baleines viennent se nourrir ici avant d'aller loin au Sud : rorquals, mégaptères voire baleines franches sont alors au rendez-vous de nos navigations. En hélicoptère et en bateau, nos glaciologues vous feront découvrir en toute sécurité ce monde des glaces (moulins, bédières, lacs de fontes, crevasses, fleuves bleus), vous vivrez des sensations extraordinaires, des paysages d'un autre monde au pays des expéditions polaires françaises de Paul-Émile Victor !

Il y aura 2 guides à bord, Pierre Taverniers qui parle la langue Inuit, et Louis Reynaud, glaciologue et spécialiste du Groenland, ainsi qu'un chef d’expédition Grands Espaces et une équipe hôtelière européenne. La croisière est francophone.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord du Rembrandt Van Rijn.

Déplacements : Zodiacs et hélicoptère.

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Nous consulter.

Guide(s) : Pierre Taverniers, Louis Reynaud.

Informations complémentaires :
- Organisation Grands Espaces.
- Nous déroulons ce programme au mois de septembre en raison des couleurs du ciel, des aurores boréales, de la présence des baleines, et de la navigation. En revanche, septembre est déjà l'automne, et tant nos navigations que nos survols dépendront des conditions météorologiques : « flexibilité » sera ainsi comme pour chaque croisière expédition notre maître mot. Nous aurons entre -3 et +5 ou +10°C., et en moyenne 1 jour de pluie sur 4, avec probablement les premières neiges. Les mers ne sont pas agitées dans les fjords, et seuls les trajets entre Aasiat et ilulissat et Aasiat et l'entrée du Kangerlussuaq peuvent gêner les personnes sujettes au mal de mer.
Les survols s'effectueront par groupes de 3 et c'est pourquoi nous limitons le nombre de participants à 24 personnes. L'hélicoptère embarquera les passagers qui seront amenés à terre en zodiac. Pour la dépose sur la calotte, nous prendrons plusieurs heures, afin que chaque participant puisse passer 2 heures en ces lieux d'un autre monde, en compagnie de notre équipe de guides.

Programme croisière au Groenland

16 septembre : Paris ou Genève – Copenhague

Vol dans l’après-midi pour Copenhague. Cet ancien nœud commercial, capitale à la petite sirène, fut autrefois le centre de décisions pour le Groenland, l’ancienne colonie du Danemark. Transfert à l’hôtel et dîner. Présentation du voyage et de vos guides.

17 septembre : Copenhague – Sondre Stromfjord – Aasiaat

Départ pour le vol régulier pour Sondre Stromfjord à 9 heures, l’ancienne grande base militaire américaine située sur la côte Ouest du Groenland. Vol privé Grands Espaces pour Aasiaat, où nous embarquons sur le Rembrandt en fin d’après-midi.
Cette ville de pêcheurs (crevettes surtout) compte environ 4000 habitants dispersés sur l’archipel au Sud de la baie de Disko et de l’Isfjord. On appelle souvent la « ville des baleines » car ces dernières y sont régulières.
Navigation en soirée dans le champ d’icebergs géants libérés par l’Isfjord.
À bord, Pierre Taverniers vous apprendra vos premiers mots en groenlandais…

18 septembre : Ilulissat – Isfjord – Ilimanaq

Ilulissat est la capitale des glaces. Son nom signifie « icebergs » en Kalaallisut. Avec 4500 habitants, c’est la 3ème plus grande ville du Groenland. Fondée en 1741, elle abrite le musée de l’explorateur Knud Rasmusen, que nous visiterons.
Visite de Qasigianguit et d’Ilimanaq (84 habitants). Randonnée dans la toundra avec un point de vue exceptionnel sur l’Isfjord, encombré d’icebergs géants sur plus de 50 km. Le glacier de 160 km de longueur y avance jusqu’à 22 mètres par jour, créant là l’un des sites les plus extraordinaires, inscrit au patrimoine Mondial de l’UNESCO. Depuis 3 ans, le glacier est encore plus actif en raison du réchauffement climatique, rendant souvent l’accès même à Ilulissat impossible : nous naviguerons donc entre les icebergs et nous les survolerons.

19 septembre : Glacier Eqi

Ce glacier vient de la calotte et offre un front très actif. C’est dans la baie que Paul Emile Victor et les Expéditions Polaires Françaises ont débarqué entre 1947 et 1953, pour l’étude de la calotte et sa traversée, en taillant une piste pour les « weasels » (véhicules à chenillette). Randonnée vers l’ancien camp de base.

20 septembre : Qeqertaq

Avec ses 130 habitants, cette communauté est chère à Pierre Taverniers, qui a vécu là en 1985 puis est revenu à plusieurs reprises. Visite du village, et randonnée avec une très belle vue sur le fjord Torsukattak et ses icebergs. Vols hélicoptère vers la calotte.

21 et 22 septembre : Ilulissat et l’Isfjord

Nous revenons vers ce fjord d’exception pour survoler ses icebergs qui encombrent le fjord, serrés les uns aux autres sur environ 50 kilomètres. Les phoques du Groenland se reposent parfois en ces lieux inaccessibles. Nous atterrirons dans des baies sauvages où les icebergs s’échouent, ainsi que près du front de glaces pour observer les vêlages très fréquents.
Promenades à pied et excursions en zodiacs. Visite de la ville et temps libre (achats…)

23 septembre : Fjords de Niagorrnârssuk

Au Sud d’Aasiat, ce fjord très beau est coloré par l’automne et présente des défilés d’icebergs provenant du glacier qui s’y jette en mer. En septembre, plus de moustiques, et des sols secs qui nous permettent des promenades à la découverte de paysages saisissants, et aussi des animaux : rennes, lagopèdes, alors que les oies partent pour leurs terres d’hivernage. Dans ces horizons dégagés nous veillerons comme chaque soir pour observer des aurores boréales si le ciel est clair.

24 et 25 septembre : En mer et Sisimiut

Journée en mer lors de laquelle nous guettons l’horizon car les grandes baleines sont régulières le long des côtes. Alors que les icebergs ponctuent l’horizon de leurs silhouettes variées, rorquals, baleines à bosse et autres cétacés se nourrissent sur cette zone du « Hellefiske banke », la plateau sous-marin très riche entre Aasiat et Sisimiut. Nous arriverons dans la ville, la deuxième du Groenland par la taille (près de 6000 habitants), pour y visiter le musée et les environs de la communauté. Les premières traces de colonisation datent d’il y a 4500 ans dans cette région libre de glaces en hiver (d’où le nom de la ville).

26 et 27 septembre : Kangerlussuaq

Après avoir quitté la ville dans la nuit et navigué proche des côtes, nous entrons dans les fjords très étroits du Kangerlussuaq (le « grand fjord »), qui taille la côte sur 190 kilomètres, avant de nous ancrer dans la baie. C’est là que lors de la Guerre Mondiale les Américains ont établi une base aérienne et une piste, qui est aujourd’hui le nœud des communications aériennes au Groenland : Sondre Stromfjord (500 habitants).
Nous irons vers la calotte et la toundra où paissent, tranquilles et farouches à la fois, les bœufs musqués et les rennes. C’est là aussi que nous partirons à nouveau en hélicoptère vers la calotte du Groenland et ses crevasses, rivières et lacs.

28 septembre : Vol Kangerlussuaq – Copenhague

C’est déjà le retour et vol au dessus de la calotte.
Arrivée à Copenhague à 20h, transfert à l’hôtel et dîner de l’au-revoir.

29 septembre : Copenhague – Paris ou Genève

Vol retour en matinée.

Fermer

2017  VOYAGE AU PÔLE NORD ET TERRE FRANÇOIS JOSEPH

Dates : du 24/06/2017 au 08/07/2017
Prix : dès 27900 €
Confort :
Difficulté :
À bord du brise-glace le plus puissant du monde, partez à la découverte du Pôle Nord géographique ! Terre François Joseph - Mourmansk...
Descriptif

Voyage au Pôle Nord à bord d'un brise glace

Un voyage au Pôle Nord est unique dans une vie.

À la conquête de l'un des points les plus mythiques du globe, Grands Espaces vous ouvre les portes de la banquise par 90° Nord. Vous visiterez l'archipel arctique de la Terre François-Joseph, couvert à 85 % de calottes et de glaciers et peuplé d’ours, de morses et de baleines. Plus de vingt ans après le premier voyage touristique à bord du Sovietskiy Soyuz, venez à votre tour découvrir ces terres mythiques que seules quelque 6 500 personnes ont foulées depuis lors. À la suite des premiers explorateurs qui ont tenté de rejoindre le Pôle en bateau, en avion, à pied, en attelages de chiens, en dirigeable ou en ballon, revivez l’aventure polaire, cette fois à bord du brise-glace à propulsion nucléaire russe le plus puissant du monde. La croisière comprend également des survols en hélicoptère.

Aspects pratiques

Formalités : Visa russe (à vos frais). Grands Espaces vous assistera pour l'obtention du visa.

Logement : À bord du 50 ans de Victoire.

Déplacements : Hélicoptère et zodiacs.

Vêtements : Températures entre -5°C et +5°C. Vêtements chauds, polaires.

Activités : Nous consulter.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires :
- Excellente cuisine, bateau confortable (). Aucune difficulté particulière. Le bateau est muni d'un ascenseur.
- Vous êtes bienvenus à nous appeler pour des informations plus précises. Un dossier détaillé (vêtements, vie à bord, guides, etc.) sera envoyé à chaque participant.
- Les croisières PÔLE NORD sont organisées par la société russe Poseidon Expeditions. GRANDS ESPACES est l'agent général de cet opérateur en France et en Suisse. Chaque année, GRANDS ESPACES organise ainsi un groupe francophone au départ de Paris et de Genève, encadré par l'un des guides conférenciers les plus expérimentés. En raison des impératifs opérationnels du brise-glaces et des conditions de glaces, il n'y a que 4 à 5 voyages organisés par an de mi-juin à début août. Si les dates de notre groupe francophone mentionnées au catalogue ne vous convenaient pas, contactez-nous afin de trouver le voyage à vos dates, et inscrivez-vous rapidement, car le bateau est en général complet dès le mois d'octobre.

Programme expédition polaire : Croisière Pôle Nord

Comme pour toutes les croisières-expéditions, ce programme est indicatif ; en effet, en ces lieux extrêmes, les conditions de mer, de glaces et météorologiques peuvent amener le Commandant et le chef d’expédition à changer le programme, dans l’unique but de la meilleure sécurité et de l’optimisation de votre voyage.

24 juin : Vol Paris ou Genève-Moscou

Vol régulier vers Moscou et arrivée vers 18 heures.
Logement et dîner à l’Hôtel**** Sovetsky.

25 juin : Moscou et vol vers Mourmansk

Rapide tour de ville ( Place Rouge, Kremlin) puis nous rejoindrons l’aéroport pour notre vol vers Mourmansk ( 2 heures 30 environ ). Transfert vers l’hôtel au centre de la capitale de la péninsule de Kola et de la base de la flotte russe du Nord. Accueil par votre équipe d’expédition et dîner.

26 juin : Mourmansk et embarquement

Tour de la ville, puis embarquement à bord du brise-glaces et appareillage. La baie de Mourmansk est chargée d’histoire que nous ne manquerons pas de rappeler, en évoquant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide.

27 juin : Mer de Barents

Une journée à l’affût des baleines, dans l’une des mers les plus riches du monde, et de nombreux briefings (sécurité, exercice d’évacuation, hélicoptères, Grand Nord).
Visite de l’impressionnante salle des machines, de la passerelle, et conférences introductives au voyage.

Du 28 au 30 juin : Banquise !

Evidemment, ces journées seront émaillées de conférences (histoire polaire, climat et banquise…), films, présentés par l’équipe de bord. Mais surtout… nous verrons le navire utiliser toute sa puissance pour se frayer un passage dans la banquise polaire. Et si la météo le permet, nous survolerons en hélicoptère le bateau qui se fraye sa route dans les champs de glaces : impressionnant !
Au gré de notre progression, nous essaierons également de repérer morses, phoques et ours polaires. Excursion possible sur la banquise. Ours et morses y sont réguliers. Nous vivrons dans un autre monde où la proue fend la glace qui s’éclate en myriade de poussières.

1er juillet : Pôle Nord !

Le 50 Ans de la Victoire va manoeuvrer dans la banquise pour se positionner exactement par 90° 00 Nord, au Pôle Nord géographique : ce n’est là que le début d’une journée, mémorable.
Nous allons débarquer sur la banquise pour goûter ce milieu fabuleux, pour déguster un barbecue original, et prendre photos et films de ce qui sera pour chacun d’entre nous une expérience unique dans la vie. L’équipe de bord rendra ce moment à la fois émouvant et festif.

Du 2 au 4 juillet : Terre François Joseph

Dans cet archipel comptant environ 190 îles couvertes à 85% de calottes glacées, nous naviguerons pour observer ours, morses, phoques. Ours et morses y sont protégés et « nombreux », de même que les oiseaux de mer. L’une de leurs colonies, sur la falaise Rubini, peut être approchée à quelques mètres en bateau.
Nous débarquerons en plusieurs sites historiques pour retracer les odyssées de Mayer et Weyprecht, de Nansen et Johanssen, et de tant d’autres explorateurs qui ont gravé l’histoire polaire. D’autres visites nous amèneront proches d’icebergs, de fronts de glaces et de l’île Champ, où le sol est parsemé de géodes pour certaines gigantesques, un phénomène unique.

5 et 6 juillet : Mer de Barents

Ces jours de retour vers Mourmansk, passés en haute mer, seront l’occasion d’observer les oiseaux de mer, les baleines, et de profiter des équipements du bateau et… de sa cuisine. Des conférences viendront évidemment compléter votre voyage.

7 juillet : Mourmansk-Moscou

Débarquement, sortie du port des brise-glaces atomiques et transfert vers l’aéroport pour notre vol vers Moscou. Transfert à l’hôtel. Et dîner de l’au-revoir.

8 juillet : Vols retours

 

À l’assaut du Pôle
La course vers le Pôle Nord fut d’abord une question de route commerciale : dans l’Europe de la Renaissance, il fallait trouver une nouvelle route des Indes, évitant le Moyen Orient, mais les équipages de Chancellor, Barents, Cartier et beaucoup d’autres échouèrent, sur la route tracée sur les cartes anciennes par Ptolémée.
Puis les explorateurs partirent à la recherche du Pôle Nord géographique par la banquise, comme Fridjof Nansen à bord du Fram (1895-1896), ou Cook (1908-contesté) et Peary (1909-contesté) qui s’élancèrent depuis le Groenland, à pied avec des équipages de chiens sur le grand désert blanc. Il s’ensuivit l’une des grandes querelles de l’histoire de l’exploration. Qui a vraiment atteint le Pôle ? Dès 1897, Andrée, Strindberg et Fraenkel payèrent de leur vie leur tentative d’approcher le Pôle en ballon depuis le Spitzberg, qui devint le lieu de départ de ces tentatives par les airs ; Byrd puis Amundsen en 1926 le survolèrent, de même qu’Umberto Nobile dont le dirigeable se fracassa sur la banquise en 1928 en déclenchant ainsi la plus vaste opération de sauvetage polaire jamais entreprise. Il y eut ensuite les aviateurs russes, dont Papanine, Kuznetsov (1948), et évidemment les chasseurs de records, tels Ralph Plaisted qui arriva au Pôle en 1968 ou Wally Herbert en 1969 ; Naomi Uemura y arriva en solo, de même que J.L. Etienne (1986), et en 1987 Shinji Kazamas en moto Yamaha ! À partir de 1988, des avions Twin Otter ont emmené des touristes vers le Pôle Nord à partir du Nord canadien, en 1992 en hélicoptère depuis de la Terre du Nord ( Russie), alors que le premier navire de surface (URSS) arrivait le 17 août 1977, et le premier sous-marin, le Skate (USA) en 1959. Au total, ce sont plus de 22 000 personnes arrivées au Pôle Nord, dont plus de 5400 touristes par les brise-glaces, près de 12 000 par les sous-marins militaires, 2 700 par avion, 500 par hélicoptère. Le premier voyage touristique eut lieu sur le brise-glaces Sovetskiy Soyuz en 1991, et depuis plus de 10 ans, la station dérivante Barneo accueille chaque printemps, sur la banquise, les amateurs de toits du monde pressés de cocher cette destination.
Malgré les quelques 22 000 personnes et 5 400 touristes seulement qui ont visité le Pôle Nord, ce lieu reste une destination d’exception par les moyens financiers et matériels considérables qu’elle nécessite. Depuis les premiers explorateurs dont certains ont payé de leur vie, jusqu’à nos jours, le toit du monde imaginé par les Grecs fascine quelques 500 touristes chaque année, certains s’y mariant, d’autres y plongeant dans l’eau glacée dégagée dans un chenal.

Christian Kempf

Fermer

2016 KAMCHATKA CIRCUIT SPÉCIAL OURS – ÎLES KOURILES

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 10600 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Oméga
Les ours bruns, loutres et les volcans de la péninsule du Kamchatka
Descriptif

Voyage Kamchatka : volcans et ours bruns

Ce voyage est pensé pour les passionnés de photographie et les naturalistes. Il permet de visiter la péninsule du Kamchatka de même que le Nord de l'archipel des Kouriles, alliant de ce fait deux sites exceptionnels, le lac Kuril et ses 200 ours pêcheurs de saumons et l'île d'Utashud avec ses loutres de mer. Le cadre est celui de la ceinture de feu du Pacifique : des volcans à perte de vue que nous survolerons en hélicoptère. Contrairement à nos voyages classiques, ce séjour est orienté uniquement vers l'observation et la photographie d'animaux et son confort est sommaire. Il est guidé par 2 spécialistes : Pascal Bourguignon, photographe animalier réputé qui a créé le festival de Montier-en-Der, Samuel Blanc, photographe, qui dirige nos groupes en Extrême-Orient russe, et Anna Konevskaya, auteur avec Vincent Munier du livre Les ours du Kamchatka.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date du retour et visa russe. Nous vous assisterons pour l'obtention du visa.

Logement : Au lac Kuril, seuls deux hébergements sommaires sont possibles et sécurisés : le lodge, avec 3 dortoirs de 5 personnes (pas de douches), et un camp de quelques tentes pré-montées.

Déplacements : Nous consulter.

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Nous consulter.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Taille du groupe : 10 personnes minimum à 15 au maximum.

Programme : Kamchatka spécial ours - Îles Kouriles

Jour 1 : Paris ou Genève-Moscou

Vol vers Moscou en fin de matinée. Arrivée vers 18 heures, accueil par votre chauffeur-guide, transfert à l’hôtel et dîner.

Jour 2 : Moscou-Pétropavlovsk

Matinée et repas libres, puis transfert vers midi à l’aéroport pour le vol vers Petropavlovsk (environ 8 heures).

Jour 3 : Petropavlovsk-Lac Kuril

Accueil vers 9 heures à Pétropavlosk par notre guide Grands Espaces et notre guide russe. Transfert vers l’héliport et le lac Kuril, si les conditions météorologiques le permettent. Arrêts photographiques, au gré de ces 75 à 90 minutes de survols, proches de champs de laves, aux sources chaudes de la rivière Khodutka et dans le vaste cratère du volcan Ksudach.
Installation au lac Kuril, briefing sur les conditions de sécurité, introduction au voyage, et premières observations d’ours…
Si le vol ne pouvait se réaliser en raison des conditions météorologiques, nous organiserions alors un tour de la ville de Pétropavlovsk, un dîner et une nuitée en hôtel (**), avant de repartir le lendemain pour l’héliport.

Jours 4 à 7 : Lac Kuril

4 jours pleins d’observation des ours dans cette caldera.
Notre groupe sera encadré 4 à 8 heures selon les jours par les gardes armés du parc national, pour nous permettre les meilleures observations et photographies, à pied, à l’affût, et depuis les bateaux (car nombre d’ours sont le long des rivages). Les observations et photographies s’effectuent à partir de deux bases : la péninsule (où un affût a été construit au delta d’une rivière de frai des saumons, très fréquentée par les ours), et le déversoir de la rivière Ozenaya (où une passerelle et un affût permettent de voir parfois 20 ours en même temps). Renards roux, geais, goélands et pygargues de Steller (…) sont également présents. Ce voyage nous offre les services spéciaux des guides du parc national. Ce même parc considère en revanche que les participants à ces voyages d’exception et à ces séjours longs sont des « professionnels », en demandant donc un prix de séjour très élevé, du tout en relation avec le confort et les services des lieux. Nous contribuons de ce fait au budget du parc, sauvant ainsi quelques ours de la chasse et du braconnage, hélas trop élevés au Kamchatka.

Jour 8 : Lac Kuril-Pétropavlovsk-Croisière

Départ en hélicoptère vers 11 heures pour Pétropavlovsk où nous déjeunons dans un restaurant, avant de rejoindre le port et l’Oméga, qui appareille vers 15 heures. Croisière en baie d’Avacha, avec nos premiers macareux, phoques… , passage devant les dykes volcaniques des 3 frères, et arrêt aux îles Starichkov (phoques tachetés, garrots…). Possibilités d’observations de baleines et d’orques ; arrivée dans Russian bay tard le soir.

Jour 9 : Russian bay

Cette baie (Russkaya) qui s’ouvre au Sud – Est de la péninsule volcanique du Kamchatka est réputée pour sa faune ; les deux îles du large hébergent des phoques tachetés et des lions de mer de Steller, et les orques y sont réguliers. Le pygargue de Steller s’y observe bien.
Excursions en zodiacs et à pied.
Départ vers les îles Kouriles en fin d’après-midi, avec de bonnes possibilités d’observations de cétacés.

Jours 10 et 11 : Utashud-Kouriles

Les îles Kouriles hébergent l’une des plus grandes concentrations de loutres de mer, notamment dans le détroit des Kouriles. Nous passerons du temps à les approcher. Nous visiterons les îles volcaniques d’Utashud, Shumshu et Atlasov. Les ours y sont réguliers, de même qu’orques, baleines, phoque tachetés et oiseaux marins. Retour le long de la côte Sud du Kamchatka avec ses paysages volcaniques remarquables et ses baies secrètes.
Cette région est aussi marquée par son histoire militaire.

Jour 12 : Croisière – Pétropavlosk

Retour en baie d’Avacha dans l’après-midi. Possibilités optionnelles de survol soit vers la vallée des geysers et la caldera Uzon, soit vers le parc national de Nalytchevo et les volcans Avacha et Koryasky.

Jour 13 : Pétropavlovsk

Une longue journée d’excursion en véhicule 6X6 dans les forêts de bouleaux centenaires, puis sur les laves et cendres des volcans Gorely et Mutnovsky, tous deux parmi les 30 actifs du Kamchatka. Nous nous arrêterons près d’une grande chute d’eau au pied du volcan Mutnovsky. Nuit à l’hôtel à Pétropavlovsk.

Jour 14 : Journée libre

Excursions optionnelles.

Jour 15 : Pétropavlovsk-Moscou-Paris ou Genève

Transfert vers l’aéroport et vol retour vers Moscou en survolant de jour et 8 heures durant environ les immensités de l’Extrême Orient Russe : le Kamchatka, la mer d’Okhtotsk, le bassin et le fleuve Lena, les régions arctiques, l’Oural, puis les plaines de la Russie d’Europe.
Arrivée à Moscou et vol vers Paris.

Fermer

CROISIÈRE DES ÎLES DE LA SONDE (INDONÉSIE)

Dates : Nous consulter.
Prix : dès 5700 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Ombak Putih
Volcans, îles paradisiaques et récifs de coraux, temples millénaires, marchés colorés et peuples premiers, varans préhistoriques : un panel ensoleillé que vous offre cette croisière d'exception !
Descriptif

Croisière en Indonésie : volcans et atolls

De Bali à Flores, nous visiterons les perles de la Sonde à bord de l'un des plus beaux voiliers d'Indonésie et loin du tourisme de masse. Au carrefour de l’Asie et de l’Australie, les Petites Îles de la Sonde font partie du plus grand archipel du monde : l'Indonésie, un « arc » de 13 667 îles étiré sur 5 000 km. Cet ensemble est particulièrement réputé pour la richesse de sa biodiversité.

Le célèbre Dragon de Komodo, la plus grande espèce vivante de lézard, y règne en maître. À l’opposé, c’est ici que fut découvert une version naine de l'espèce Homo erectus, baptisée « hobbit » et éteinte il y a un million d’années environ. Autant de curiosités que vous pourrez découvrir au cours de cette croisière paradisiaque. Volcans, plongées, paysages verts de l’Asie tropicale, marchés animés et temples séculaires rythmeront ce voyage.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après le retour. Visa touristique à l'arrivée.

Logement : Nous consulter.

Déplacements : Nous consulter.

Vaccination : Pas de vaccins obligatoires. Vaccinations contre l'hépatite A, le DTP et le tétanos recommandées.

Vêtements : Climat tropical chaud et humide (26/30°C). Nous ne sommes pas en saison de pluie. Température de l'eau 22/27° C. Vêtements adaptés.

Activités : Randonnées/excursions. Visites.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : L'accès au Kawah Ijen est la seule marche de difficulté moyenne, et nous nagerons régulièrement en bord de côte (« snorkeling ») pour découvrir les extraordinaires fonds marins et les poissons multicolores.

Programme : croisière des Îles de la Sonde

24 mai : Paris ou Genève-Denpasar

Départ de Paris CDG ou Genève en fin d’après-midi et vol avec escale vers Denpasar (Bali).

25 mai : Bali

Arrivée à Denpasar en début de soirée. Formalités douanières et transfert à votre hôtel près de la plage de Jimbaran, à 15 minutes de route de l’aéroport.

26 mai : Bali

Découverte de la région de Jatiluwih, classée au patrimoine de l’UNESCO, où fut tourné le film « Toute la beauté du monde ». Les petits villages typiques et les temples, notamment celui de Pura Luhur Batukaru y sont nichés entre rizières et forêts tropicales. Sur ces minuscules routes que les gros cars ne peuvent pas emprunter, nos 2 minibus vous feront découvrir le visage encore traditionnel et édénique de Bali, bien loin des plages aseptisées de Kuta. Nous rejoignons ensuite le lac Bratan et son temple d’Ulun Danu Beratan qui, bien qu’assez touristique, n’en demeure pas moins implanté dans un cadre de toute beauté. Visite du marché aux fruits de Bedugul, suivie d’une petite randonnée au milieu des manguiers, girofliers, caféiers afin de rejoindre une petite vallée où s’écoule une cascade. Nuitée dans la région de Munduk.

27 mai : Bali

Ce matin, nous effectuons une randonnée floristique guidée dans la forêt primaire sur les rives du lac Tamblingan, avec retour en pirogue. Durant l’après-midi, nous visitons le superbe temple de Taman Ayun à Mengwi, construit au XVIIe siècle et dont les larges douves regorgent de magnifiques lotus roses et rouges, ainsi que le parc ornithologique avec ses 6 espèces de paradisier. Nuitée dans la région d’Ubud.

28 mai : Bali

La journée débute par la région de Tampak Siring avec les 10 façades des temples funéraires de Gunung Kawi, sculptées à même la roche d’une falaise et encastrées dans des niches de près de 7 mètres de haut. Avant de commencer la montée sur les flancs du mont Batur, arrêt aux sources sacrées de Tirta Empul, où se déroulent de nombreuses cérémonies. À l’arrivée au bord de la caldeira volcanique, arrêt panoramique à Kintamani. Marche possible pour les personnes intéressées sur les flancs du volcan dans les premières coulées de lave. Rencontre avec les habitants d’une communauté Aga à Penglipuran : ce sont les premiers habitants de Bali, ils nous inviteront à visiter leurs maisons et nous expliqueront leurs coutumes. Sur la route du retour, visite du temple de Besakih, le plus grand et le plus sacré de l’île de Bali. Seconde nuitée dans la région de Jimbaran.

29 mai : Ende – Kelimutu

Réveil et transfert matinal pour le vol vers Ende via Labuan Bajo. Ce survol vous offrira certainement de superbes panoramas sur les volcans des îles de Lombot et Flores, ainsi que sur les superbes atolls et îlots du parc national de Komodo, Ende, la plus grande ville de l’île de Flores, s’étale à l’entrée d’une étroite presqu’île au pied des deux petits volcans Meja et Iya, dont les majestueuses silhouettes composent un décor de toute beauté. Après l’accueil par notre guide local, nous quittons Ende pour Moni et les hauteurs de l’intérieur de Flores. La route traverse d’abord une large gorge qui livre de spectaculaires paysages et de splendides rizières en terrasse à mesure que l’on gagne de l’altitude. Nous voici au coeur du pays Lio. Peu avant Moni, nous effectuerons un arrêt au village de Wologai, qui conserve un noyau de maisons traditionnelles Lio au toit de chaume. Entièrement détruites par un incendie il y a 2 ans, elles ont été entièrement reconstruites à l’identique. Installation et déjeuner au Kelimutu Ecolodge à Moni. En fin d’après-midi, si le temps est dégagé, première montée au volcan Kelimutu, sinon découverte de la vie agricole sur les hauts du village et balade jusqu’à la petite cascade qui jaillit au milieu d’un couvert d’arbres. Pour les amateurs de baignade, le torrent en contrebas est alimenté par des sources chaudes…

30 mai : Kelimutu

Réveil tôt afin de rejoindre le sommet du volcan Kelimutu pour le lever du soleil. 30 minutes de marche sur un terrain peu pentu avec les escaliers finaux. Dans ce site unique en Indonésie, les trois lacs de cratères changent de couleur en fonction de la luminosité, rendant le spectacle aussi beau que mystique. Si le temps est de la partie, nous restons aux abords des cratères jusque vers 9h30 afin d’observer l’illumination progressive des lacs par les rayons solaires. Retour à l’hôtel à Moni pour un petit-déjeuner bien mérité avant de retourner en direction d’Ende.
Embarquement sur l’Ombak Putih, notre hôtel flottant pour les 9 prochains jours. Navigation nocturne vers l’ouest en direction d’Aimere.

31 mai : Bajawa

À partir d’Aimere, nous partons en minibus vers la région de Bajawa pour découvrir les superbes villages traditionnels du pays Ngada et leurs habitants qui restent profondément attachés à leurs croyances animistes. La nature de cette région est splendide, dominée par le cône quasi parfait du volcan Inerie, dotée d’une végétation luxuriante et parsemée de rivières aux sources d’eau chaude et de cascades. Notre véhicule nous dépose à l’entrée du charmant village de Luba, au pied de l’Inerie. À 5 minutes de marche, le village voisin de Bena constitue sans conteste l’un des plus beaux villages de la région et l’un des plus intéressants sur le plan socio-culturels. À l’étroit sur un petit promontoire couvert d’arbres, il offre un spectaculaire panorama sur la plaine et la forêt qui s’étendent en contrebas. De Bena, marche facile d’une heure à flanc de coteau à travers la végétation luxuriante parsemée de cultures locales jusqu’au petit village de Tololela, peu visité mais fort accueillant et très photogénique. Descente de 200 m de dénivelé (30 minutes) jusqu’à l’un des plus gros villages traditionnels Ngada; Gurusina s’étend autour d’une vaste place centrale au-devant d’un relief montagneux particulièrement abrupt. Nous y retrouvons notre véhicule qui nous amène au bord d’une belle rivière couleur émeraude pour l’en-cas de midi. Alimentée par une source très chaude, elle est rejointe par un torrent d’eau froide. En aval de la confluence, une baignade revigorante nous attend après la marche du matin. Retour vers la côte dans des paysages superbes. À Aimere, visite d’un atelier de distillation d’arak (alcool de palme) avant de réembarquer sur l’Ombak Putih. Navigation nocturne vers Rinca.

1er juin : Rinca

Sur la petite île inhabitée de Rinca, qui fait également partie du Parc National de Komodo, vivent de nombreux varans de Komodo. Ces derniers, souvent appelés « dragons de Komodo » constituent la plus grande espèce vivante de lézard. Cette île semi-aride et vallonnée abrite une faune variée : outre les varans, nous chercherons des singes, des cerfs et des buffles sauvages. Excursion à pied sur l’île en compagnie d’un ranger afin d’observer les varans dans leur habitat naturel. Depuis le sommet des collines, le panorama sur la mer et les îles voisines est spectaculaire. Après ce rendez-vous avec ces animaux préhistoriques, détente sur l’une des plages de l’île ou de l’île voisine de Padar. Barbecue organisé ce soir sur la plage sous la voûte étoilée.

2 juin : Komodo

Au réveil, l’Ombak Putih se trouve à l’ancre au large de l’île de Komodo, la plus grande des 80 îles constituant le Parc National de Komodo. En compagnie d’un ranger, nous partons une seconde fois à la recherche des varans de Komodo. Durant environ deux heures, nous parcourons le paysage de steppe de l’île tout en écoutant notre ranger raconter des anecdotes sur ces animaux mystérieux. Nous naviguons ensuite jusqu’à une plage proche, appelée plage rouge en raison des particules de corail rouge mêlée au sable. Baignade avec tuba sur l’un des récifs les plus riches de l’Est indonésien. En fin d’après-midi, nous nous arrêtons à Gili Lawa Darat. Randonnée brève, mais intense, jusqu’au point culminant de l’îlot, qui offre l’une des plus belles vues sur l’archipel de Komodo.

3 juin : Melo – Kelor

Après le petit-déjeuner, nous accostons à Labuan Bajo, la bourgade la plus occidentale de Flores. Trajet de 17 km en bus jusqu’au village de Melo sur les flancs boisés du mont Mbeiling, où un spectacle de musique, de danse et de combat rituel nous offre une intéressante immersion dans la culture Manggarai, complètement différente de celle des ethnies Lio et Ngada. C’est l’occasion de vivre l’accueil d’un chef coutumier et de tester à la noix de bétel et à l’arak… Retour à Labuan Bajo en fin de matinée et navigation vers l’îlot de Kelor, un beau spot de snorkeling. Une montée abrupte de quelques minutes jusqu’au point culminant de l’île nous offre un panorama paradisiaque sur la langue de sable blanc et les récifs turquoise qui bordent l’île. En fin d’après-midi, la balade dans le village de pêcheurs de l’île voisine permet d’intéressantes rencontres avec la sympathique population locale. Après les temples hindouistes de Bali, les églises chrétiennes de Flores, voici que nous découvrons désormais les mosquées musulmanes. Navigation nocturne vers l’île de Banta.

4 juin : île de Banta – Sumbawa

Au petit déjeuner, nous admirons déjà la plage de l’île inhabitée de Gili Banta. Balade d’une demi-heure jusqu’à la crête dominant l’île qui offre un superbe point de vue. Au retour, l’eau calme de la mer nous invite à faire quelques brasses avec masques et tubas pour découvrir les vastes récifs de coraux. En fin de matinée, notre bateau met le cap sur la côte Est de l’île de Sumbawa. Nous nous rendons dans le village de Wera réputé dans toute l’Indonésie pour la construction de ses bateaux traditionnels bugis. Nous allons voir les différentes phases de construction et découvrir le village à pied. La colline au-dessus du village permet d’apprécier l’étendue du village, les cultures et champs environnants, ainsi que le delta de la rivière voisine.

5 juin : Satonda

Réveil face à l’île moins connue de Satonda, séparée de l’île de Sumbawa par un mince chenal. Nous serons peut-être témoin du retour au petit matin des habitants cachés de l’île : les chauves-souris géantes frugivores. Une courte balade depuis la plage nous permet d’admirer son grand lac de cratère. Satonda est en effet un ancien volcan éteint, dont la caldera s’est remplie d’eau lors de la gigantesque éruption du volcan Tambora voisin. Satonda recèle également parmi les fonds marins les plus beaux et les mieux préservés des îles de la Sonde. Ensuite, le bateau met le cap sur la petite île de Moyo. Depuis le village, une courte balade de 2 kilomètres à travers les rizières protégées des buffles par de hautes haies, puis dans la jungle nous conduit au pied d’une cascade. Les plus intrépides peuvent sauter du haut de la chute dans le bassin en contrebas, tandis que les autres apprécieront un bain rafraîchissant dans les bassins plus en amont. Jacuzzi naturel garanti. L’après-midi s’achève par une séance de snorkeling sur les récifs au large du village. Navigation nocturne vers Lombok.

6 juin : Lombok

Au large de la côte Nord-orientale de Lombok, nous aurons l’occasion d’utiliser nos palmes et tubas pour la dernière sortie sur une petite île paradisiaque inhabitée. De retour à bord, courte navigation vers le Nord de l’île, où un bus nous attend pour rejoindre le village de Senaru, sur les flancs du volcan Rinjani. Contrairement à la côte Ouest, cette région est beaucoup moins visitée. Après le déjeuner dans un restaurant local, nous partons alors à la découverte des chutes d’eau de Sedang Gila et Tiu Kelep. La première est située à quelques minutes de marche du village. Il nous faudra ensuite marcher environ 40 minutes à travers la jungle, le long de petits sentiers bordés de canaux d’irrigation où coule une eau fraiche. Tout au long de cette balade, il est possible d’observer des oiseaux, des papillons et au moins une des deux espèces de singes qui vivent dans la forêt environnante. Les macaques à longue queue se déplacent souvent en bordure du sentier. Plus insaisissable et rare, le singe feuille argenté, aussi connu comme le singe noir ou lutung, peut être aperçu dans la forêt autour des cascades. Cette marche est alors récompensée par la beauté de la cascade et la baignade qui nous attend dans sa piscine profonde et fraiche. Selon la légende locale, chaque bain fait rajeunir d’un an. De retour sur Senaru, nous remontons quelques kilomètres au nord pour rejoindre le village de Bayan, qui abrite la mosquée la plus ancienne de l’île, construite au XVIe siècle lorsque les premiers immigrants islamiques arrivèrent sur Lombok. Retour au bateau. Navigation nocturne vers Nusa Penida.

7 juin : Nusa Penida et Denpasar – Paris ou Genève

Débarquement sur l’île de Nusa Penida et transfert d’environ 15 minutes jusqu’à la fondation de « Friends of the National Parks », qui est impliquée dans diverses activités de protection de l’environnement, notamment la sauvegarde de l’étourneau de Bali, espèce gravement menacée. Nous visitons ensuite une culture d’algues. En effet, les habitants de Nusa Penida, beaucoup plus pauvres que les Balinais, vivent surtout de la pêche et de la culture des algues. Dans l’eau turquoise, le dessin sombre des carrés d’algues se démarque clairement sur le sable clair. En fin de matinée, nous découvrons le processus artisanal de production d’huile de coco, ainsi que la préparation des paniers d’offrandes balinaises en feuilles de palmiers. À la mi-journée, l’Ombak Putih entame la traversée d’environ 4 heures vers Bali. Arrivée dans l’après-midi dans le port de Serangan. Débarquement et transfert à l’aéroport pour le vol de retour.

8 juin : Paris

Arrivée à Paris ou Genève.

CE VOYAGE PROPOSE UNE EXTENSION À L’EST DE JAVA (1750 € par personne, chambre double) :

L’île de Java révèle une diversité naturelle insoupçonnée, ainsi que d’innombrables joyaux culturels, elle qui s’est trouvée au carrefour de deux civilisations multimillénaires : l’Inde et la Chine. En dépit de sa très forte densité démographique au monde, les voyageurs sont surpris d’y découvrir des paysages volcaniques intacts. C’est ainsi que nous vous proposons une incursion au sein du célèbre Kawah Ijen, de son lac d’acide et de ses forçats du soufre. Quant à la caldeira de Tengger et au volcan Bromo, c’est une vision digne de Jurassic Park et l’un des plus beaux paysages volcaniques au monde. Nous proposons la découverte de 2 monuments inscrits au Patrimoine de l’UNESCO : les temples de Borobodur et de Prambanan.

7 juin : Nuitée à Bali

Débarquement au port de Serangan et transfert à votre hôtel près de la plage de Jimbaran.

8 juin : Banyuwangi

Départ en matinée en direction de l’Ouest de Bali. En cours de route, arrêt au célèbre temple de Tanah Lot. Au port de Gilimanuk à l’extrémité occidentale de Bali, nous embarquons sur le ferry reliant l’île de Java (environ une heure de traversée et décalage horaire d’une heure). Sur le trajet entre Banyuwangi et votre logement, visite des plantations et des villages traditionnels javanais. Nuitée à l’Ijen Resort, le meilleur établissement de la région, superbement situé au milieu des rizières sur les flancs du volcan Ijen.

9 juin : Kawah Ijen

Lever à 4 heures du matin. Une heure de retour jusqu’à l’entrée du parc national du Kawa Ijen, puis une à 1h30 de marche (selon le rythme) pour atteindre le bord du cratère. Accessible à toute personne en bonne condition physique, cette randonnée s’effectue sur un chemin large de 3 km pour un dénivelé de 536 mètres. Le lever du soleil sur le volcan ainsi que la rencontre avec les porteurs de soufre sont souvent des moments forts qui marquent les voyageurs. Au coeur d’une caldeira de 134 km de circonférence, le massif de l’Ijen Merapi est formé de 3 volcans : le Raung, le Merapi et le Kawah Ijen. Ce dernier est unique à 2 titres : non seulement le fond du cratère est occupé par le plus grand lac d’acide au monde, mais le volcan représente également le principal centre d’exploitation de soufre en Indonésie et, pour quelques milliers de roupies, des hommes parcourent ce trajet 2 fois par jour, avec près de 80 kg de soufre sur le dos. Le soufre sert, entre autres, au raffinage du sucre. Le Kawah Ijen est surtout connu des touristes français, car il a été médiatisé par Nicolas Hulot. Cette ascension vaut véritablement la peine d’être vécue et récompense largement les efforts consentis. L’après-midi, balade dans la ville de Banyuwangi en cyclopousse et visite de son marché traditionnel. Deuxième nuitée à l’Ijen Resort.

10 juin : Cemoro Lawang

Aujourd’hui, trajet routier d’environ 7 heures jusqu’à la région du mont Bromo. Nuitée dans la région de Cermoro Lawang.

11 juin : Bromo

Départ en 4×4 de l’hôtel vers 5 heures du matin avec un guide local. Premier arrêt au mont Penanjakan pour admirer le fabuleux panorama sur la caldeira de Tengger. Une vision de premier matin du monde ! Puis continuation jusqu’au point le plus bas de la caldeira et début de la marche d’une demi-heure jusqu’au volcan Bromo. Les 4×4 nous conduisent ensuite au bas de la caldeira, d’où une marche d’une demi-heure vous emmène dans la mer de sable du fond de la caldeira nous mène au pied de la longue volée d’escaliers aboutissant sur la crête du cratère. Retour à l’hôtel pour le petit-déjeuner et 2 heures de repos. Trajet routier jusqu’à l’aéroport de Surabaya, la 2ème ville de Java et la plus grande ville de l’Est de Java. Enregistrement et vol en soirée vers Yogyakarta, la capitale culturelle de l’île de Java.

12 juin : Borobodur – Yogyakarta

Après le petit-déjeuner, nous prenons la route vers le temple de Borobodur, situé à moins de 50 km au Nord-Ouest de Yogyakarta. Ce chef-d’œuvre incontesté de l’art bouddhique des VIIIe et IXe siècles impressionne autant par la majesté de son architecture que par la perfection de ses bas-reliefs, avec pas moins de 1460 panneaux de bas-reliefs narratifs et 1222 panneaux de motifs décoratifs, sans compter ses 504 statues de Bouddha… Nous allons également gravir l’une des collines alentour, afin de prendre toute la dimension du site. Dans son écrin de volcans s’étendant à perte de vue, planté au milieu d’une plaine de palmiers et de rizières, Borobodur apparaît tel un axe nodal, un centre du monde, point de rencontre des énergies. Après le déjeuner, visite de la ville de Yogyakarta, du palais du sultan, du temple bouddhiste de Pawon, ainsi que des ateliers artisanaux de batik, d’orfèvrerie et de fabrication des célèbres marionnettes. En soirée, spectacle de danse du Ramayana.

13 juin : Prambanan et Yogyakarta – Paris ou Genève

Ce matin, nous nous rendons à une vingtaine de kilomètres à l’est de Yogyakarta jusqu’à Prambanan. Ce petit village de la fertile campagne javanaise a donné son nom à la plus grande concentration de temples hindo-bouddhiques d’Indonésie.
Joyaux de l’art indo-javanais, les hautes silhouettes de ces temples du IXe siècle composent un hymne aux dieux de l’Inde, comptant parmi les chefs-d’œuvre inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, l’impressionnant sanctuaire hindouiste de Prambanan, datant du IXe siècle. Au retour, transfert à l’aéroport et vols de retour avec escale vers l’Europe.

14 juin : Arrivée à Paris ou Genève

Fermer

VOYAGE AUX GALAPAGOS (ODYSSEY)

Dates : du 08/03/2015 au 20/03/2015
Prix : dès 7300 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Odyssey
Huit jours de croisières sur l'un des plus beaux yachts de l'archipel, avec 16 passagers et de nombreuses excursions.
Descriptif

Voyage Galapagos

L'archipel des Galapagos est appelé la « Vitrine de l'Évolution ». Ces îles volcaniques sont isolées dans l'océan à 1 000 km des côtes de l'Équateur. Elles ont ainsi conservé les formes de vie les plus surprenantes : tortues centenaires, iguanes géants, otaries... Cette faune tout droit sortie des entrailles de la terre ne craint pas l’Homme et vous pourrez donc l’observer dans les meilleures conditions.

Découvert en 1535 par les Espagnols, l'archipel fut longtemps un repaire de pirates et de boucaniers, avant d'être revendiqué par l'Équateur qui en fit une colonie pénitentiaire. Charles Darwin y accosta en 1835 et constatant les différences de la faune d'une île à l'autre, il publia sa théorie sur l'évolution des espèces. Les îles Galapagos font souvent l’objet de très courtes escales, mais nous y resterons 12 jours, afin de profiter au mieux de cet environnement extraordinaire.



Volcans, coraux, poissons multicolores et ports animés se révéleront ainsi à vous.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date d'arrivée dans le pays.

Logement : Hôtel et à bord du yacht

Déplacements : À pieds, petits bateaux et zodiacs.

Vêtements : Vêtements légers ; à bord on est en maillot de bain ou en short, en tongs. Prévoyez une belle quantité de crèmes solaires écran total, car le soleil y est très intense et peut provoquer des brûlures rapidement. Couvre-chef indispensable, lunettes de soleil... Chaussures de marche ou excellents tennis, car le terrain est rocailleux. Prévoyez des vêtements européens pour les transits avion et Quito. Les animaux sont peu farouches, mais nous vous recommandons cependant un téléobjectif pour mieux cerner les détails.

Activités : Au gré de ce voyage, nous serons à bord pour nous reposer, nous relaxer ; nous pouvons nous baigner depuis la plage arrière du bateau... Les excursions sont courtes, mais la chaleur, le soleil, les rendent difficiles. Les baignades « snorkelling », ou barbotages, sont quotidiennes et les maillots de bains ainsi que les tee-shirts indispensables (pour éviter les coups de soleil). Des conférences et des récapitulatifs et séances de questions-réponses vont ponctuer nos fins de journées et nos soirées.

Guide(s) : Un guide conférencier Grands Espaces (Sylvain Mahuzier) sera secondé par des guides locaux, et aux îles, un guide du parc national sera l'interprète équatorien de cet archipel extraordinaire.
Il parle Français et il guidera aussi toutes nos excursions et croisières en petits bateaux.

Informations complémentaires :
- Le climat est tempéré à Quito, située en altitude, chaud et humide aux Galapagos. La mer y est en général calme, et les températures de 23 à 30°C., l'eau à 25-27°C. Quelques averses sont possibles (et souvent bienvenues car rafraichissantes).
- La monnaie locale est le Dollar américains. Quelques achats personnels peuvent être effectués sur place.

Programme Voyage aux Galapagos

Note : ce programme est celui déposé par l’armateur et approuvé par le parc national. Mais ce dernier confirme les lieux de débarquements environ un mois avant les départs, et quelques changements peuvent ainsi intervenir, sans entamer l’intérêt du circuit. En effet, les sites ne peuvent accueillir plus de 3 yachts en même temps, certaines îles ne peuvent recevoir plus de 50 personnes…

8 mars : Paris ou Genève – Quito

Vol Paris ou Genève – Amsterdam – Quito.
Arrivée à Quito (2 850 mètres d’altitude) la capitale au style colonial classée monument culturel mondial par l’UNESCO. Installation à l’hôtel.

9 mars : Cotopaxi

Excursion de la journée entière vers le parc national du volcan Cotopaxi. Nous longerons « l’Allée des volcans » par la vallée andine centrale et la route panaméricaine, ces paysages sont splendides.
Repas typique en soirée.

10 mars : San Christobal et Cerro colorado

À l’arrivée à San Christobal, nous irons ver Puerto Baquerizo Moreno, la capitale des îles, où vous verrez vos premiers oiseaux et otaries, ces eaux bleues des Galapagos et la ville colorée qui respire l’Amérique du Sud. Départ en bus pour un trajet de 40 minutes environ vers Cerro colorado, le centre d’élevage et de sauvegarde des tortues, qui s’étend sur 1400 m2. Une collection de plantes des îles orne les sentiers.
Installation à bord du Yacht et introduction aux Galapagos par votre guide du parc national et votre conférencier.

11 mars : Ile Espagnola : Punta Suarez et Baie Gardner

Cette île volcanique est bordée de falaises. Circuit ornithologique vers les fous masqués, à pattes bleues, les mouettes, huîtriers, hérons, buses… et une espèce endémique d’albatros.
Entre les cactées, les iguanes terrestres sont très peu farouches. Un « trou souffleur » projette les vagues qui se brisent sur la côte, alors que les frégates colonisent les rares bosquets de l’intérieur de cette île exceptionnellement riche. Nous débarquerons (et plongerons) aussi à Gardner Bay, une plage de sable blanc qui s’étale sur plusieurs kilomètres, où les tortues viennent pondre et les iguanes marins y trouver de l’ombre.

12 mars : Floreana

Nous pourrons observer les lions de mer et les raies en regardant les fonds sous-marins. Promenade vers une colonie de tortues et des flamants. Dans la baie du courrier, un baril en bois a été placé au XVIIIe siècla afin de servir de poste pour les marins de passage. De nos jours encore, cette tradition se perpétue.

13 mars : Iles de Sante Fé et Plazas

Santa Fé est connue pour ses forêts de cactus – les Opuntias – Les lions de mers sont nombreux sur ses plages, et les iguanes marins et terrestres peuplent l’île.
Les îles Plazas sont d’excellents sites pour l’observation des fonds marins. Avec 130 mètres de large seulement, Plazas héberge des colonies de fous à pieds bleus, de nombreux oiseaux, iguanes, otaries que l’on voit le long des sentiers qui courent sur un kilomètre environ.

14 mars : Iles Seymour Nord et Santa Cruz

Seymour est constituée par un volcan sous-marin qui a émergé ; elle est peuplée d’iguanes et les frégates s’y reproduisent.
Sur Santa Cruz, sur la côte Nord, nous allons vers l’anse aux Tortues Noires. Accessible seulement en petits bateaux, la mangrove y est très dense, les oiseaux abondants, et dans les eaux on rencontre le requin à pointes noires, les tortues, les raies et de nombreuses espèces de poissons. Plus loin, la plage de Bachas s’étend sur plus d’un kilomètre. Promenades à la découverte de la faune et de la flore

15 mars : Ilôt Mosquera et Santa Cruz

L’île de Mosquera n’a que 120 x 600 mètres ; c’est l’une des plus petites de l’archipel, et est faite de laves d’un volcan sous-marin. Les lions de mer y sont réguliers.
Sur Santa Cruz, le site de Cero Dragon est l’un des plus récents ouverts au tourisme (1993) par le parc national ; flamants et iguanes y sont réguliers.

16 mars : Rabida et Sombrero Chino

Débarquement dans l’eau dans la baie de Sullivan puis excursion dans les champs de laves colonisées par les plantes pionnières ; tortues marines, requins marteaux, manchots des Galapagos et pélicans sont réguliers.
Baignades autour de pitons volcaniques, riches de leurs poissons multicolores. Un sentier nous permet aussi de passer les mangroves et marais, pour arriver aux dunes de sables du Sud de l’île. Sur Sombrero chino (le chapeau), le paysage est à nouveau sculpté par un volcan, qui a laissé encore ses tunnels de laves

17 mars : Genovesa

Nous sommes au royaume des oiseaux : Genovesa est nommé « l’île aux oiseaux », tant cette terre en forme de fer à cheval, relativement plane (76 mètres de hauteur), est peuplée sur ses 14 km² de nombreuses colonies de fous à pieds bleus, à pieds rouges, mouettes, pailles-en-queue, frégates.
Dans la baie Darwin nous verrons quelques passereaux (pinsons) dont les différences ont mené Darwin vers la théorie de l’évolution. C’est un ancien cratère, effondré, et une marche de deux heures environ emmènera ceux qui le désirent vers le plateau des « Gradins du Prince Phillip », où la géologie est passionnante.
Plus de 200 000 couples de fous à pied bleu, de Nazca, frégates et pétrels nichent sur l’île, selon les saisons. On y rencontre la plus petite espèce d’iguanes marins, et les requins marteaux peuvent y être observés.

18 mars : Batholomé et Santiago

Débarquement dans l’eau dans la baie de Sullivan puis excursion dans les champs de laves colonisées par les plantes pionnières ; tortues marines, requins marteaux, manchots des Galapagos et pélicans sont réguliers.
La petite île de Bartolomé est une perle ; un sentier nous mène à 114 mètres d’altitude dans un paysage de laves. Superbe panorama. Baignades autour de pitons volcaniques, riches de leurs poissons multicolores.
Un sentier nous permet aussi de passer les mangroves et marais, pour arriver aux dunes de sables du Sud de l’île.

19 mars : Santa Cruz et Baltra

Santa Cruz est l’une des plus grandes des Galapagos, avec 986km2. Les populations d’iguanes terrestres de diverses espèces y sont protégées des animaux domestiques par les gardes du parc national. Passage par le centre de recherches et la station Darwin. Retour sur Baltra, où la piste de décollage a été installée par les Américains lors de la dernière Guerre Mondiale. En route, nous passerons par la partie haute de Santa-Cruz.
Vols retours vers Guayaquil puis vers l’Europe.

20 mars : Paris ou Genève

Arrivée à Paris ou Genève avec transit à Amsterdam.

Fermer

CIRCUIT EN INDE

Dates : du 06/03/2015 au 22/03/2015
Prix : dès 5350 €
Confort :
Difficulté :
Voyage en Inde à la découverte des Parcs Nationaux de Kanaha - Bandhav Garh - Kaziranga - Ranthambore - Bharatpur - de Delhi - de Fatehpur Sikri - d'Agra et du Taj Mahal. Au royaume des tigres et des maharadjas
Descriptif

Voyage en Inde

L'Inde a toujours nourri l’imaginaire occidental. Plantée sous la chaîne de l'Himalaya, elle s’avance dans l'océan qui porte son nom et marque la frontière entre le Moyen et l'Extrême-Orient. Cette situation géographique a forgé son histoire et a laissé des milliers de temples, forts et monuments dont le Taj Mahal est certainement le plus connu aujourd'hui. L'Inde est un pays de contrastes mais il est avant tout un immense grenier irrigué par le Gange, animé par ses marchés aux épices, ses collines vertes plantées de thé à perte de vue, ses rizières et ses ports animés. Du désert de Gir aux forêts denses des pentes de l'Himalaya, le tigre est devenu le symbole de cette nature restaurée. C'est le plus grand félin du monde et sa robe superbe a fait de lui une proie de choix pour les chasseurs, avant que l'Inde moderne et le Fonds Mondial pour la Nature n'inscrivent sa conservation comme objectif prioritaire. Au cours de votre voyage, nous multiplierons les safaris en jeep ou à dos d'éléphant pour tenter d'observer au mieux le seigneur de la jungle.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date de retour. Visa touristique nécessaire.

Logement : Nous consulter.

Déplacements : Nous consulter.

Vêtements : Climat chaud et sec en cette saison (+30°C).

Activités : Visites.

Guide(s) : Guide francophone indien et Marianne Duruel.

Informations complémentaires : Nos safaris en fin d'après-midi sont parfois dépendants de notre heure d'arrivée et si les avions avaient du retard, nous devrions en annuler. La monnaie locale est la roupie indienne. Cartes de crédit acceptées en ville.

Programme circuit Inde

6 mars : Paris – Delhi

Vol Paris – Delhi. Accueil à l’aéroport international de Delhi – Transfert, Installation et nuit à l’hôtel

7 mars : Delhi – Parc national de Corbett

Route vers le parc national de Corbett, situé au pied de l’Himalaya, c’est notre premier contact avec l’Inde et l’occasion de découvrir ses contrastes saisissants de l’Inde de Delhi à celle des campagnes, de l’Inde du XXIe siècle à l’Inde immémoriale, des rues de la capitale aux routes paysannes du Nord du pays… Dépaysement garanti ! Arrivée à Dhikala, le centre touristique de Corbett pour le déjeuner.
Le majestueux parc national de Corbett, 1318 km², par son étendue et sa situation au pied de l’Himalaya, est aussi intéressant pour la variété de sa flore que de sa faune. Même s’il est connu pour sa population de tigres, léopards et éléphants, c’est pour la diversité de ses espèces animales que le plus ancien sanctuaire animalier de l’Inde est le plus réputé… Créé en août 1936 sous le nom de Hailey National Park, en 1952, cinq ans après l’indépendance de l’Inde, il devient le Ramganga National Park, du nom de la rivière Ramganga qui le traverse.
En 1957, on lui donna finalement le nom, de Corbett National Park, en l’honneur de Jim Corbett, légendaire chasseur devenu protecteur de la faune sauvage. La loi sur la protection de la faune est adoptée en 1972 et le Corbett National Park est l’un des premiers parcs nationaux à lancer le « Tiger project », un programme parrainé par le gouvernement pour la conservation du tigre et de son habitat. Encore agrandi en 1991, le Corbett National Park est aujourd’hui l’un des premiers exemples d’action de conservation réussie en Inde, tant en matière de protection forestière que de celle des tigres… et de nombreuses autres… Premier safari en jeep.

8 mars : Parc national de Corbett

Safari à dos d’éléphant au travers des prairies et forêts, le meilleur mode de transport pour observer en toute intimité la faune et la forêt. Safari en jeep à la recherche des éléphants sauvages, cervidés (comme le très discret muntjac indien ou cerf aboyeur), tigres, léopards, gavials… et nombreuses espèces d’oiseaux…

9 mars : Parc national de Corbett – Delhi

Safari matinal puis en fin de matinée, départ pour Delhi par la campagne agricole et les paysages de l’Inde du Nord. Notre passage par Haridwar, l’une des 7 villes les plus sacrées d’Inde, lieu de pèlerinage sur le Gange est l’occasion d’aborder cette facette majeure du pays : la religion, dont toute la vie quotidienne est baignée. Cette approche est indispensable à la bonne compréhension de l’Inde.

10 mars : Delhi – Kanha

Tôt le matin, transfert à l’aéroport de Delhi et envol pour Jabalpur dans l’État du Madhya Pradesh au coeur du sous-continent, l’Inde rurale et authentique s’offre à nous pendant les 175 km jusqu’au Parc National de Kanha. Conçu à l’origine pour sauver de l’extinction le barasingha ou cerf de Duvaucel ou cerf des marais, ce sanctuaire de près de 2000 km² qui inspira Rudyard Kipling pour « Le livre de la jungle », est une ode à la biodiversité.
En explorant ses forêts de sals et de bambous, ses prairies vallonnées et ses bords de ruisseaux sinueux, vous pourrez y rencontrer : chitals, sambars, le puissant et musculeux gaur, le rarissime cerf de Duvaucel, langurs, mangoustes, sangliers et pour les plus chanceux chats sauvages, léopards, ours lippu… Dans ce riche milieu, le noyau de la réserve de tigres de Kanha fut établi en 1974 dans le cadre du « Tiger project ». Safari en jeep dans le parc. Nuit au Lodge.

11 mars : Kanha

Journée consacrée à l’exploration du parc national de Kanha : premier safari matinal en jeep…
Puis l’après-midi, safari en jeep. Nuit au Lodge.

12 mars : Kanha – Bandahvgahr

Le matin, retour dans le parc de Kanha pour un dernier safari en jeep. Route pour Bandahvgarh, dans la campagne indienne profonde. C’est celle des villages d’un autre âge, des parcelles de céréales récoltées à la serpette, des énormes fagots ou des traditionnels cruchons d’eau portés sur la tête par les femmes. Nous sommes bien au coeur de l’Inde traditionnelle et ô combien pittoresque…
Le parc national de Bandavgarh est appuyé sur les pittoresques monts Vindhya et Satpura. Ses paysages sont constitués de forêts tropicales, jungle très dense d’arbres de Sal ou de bambous, monts rocheux escarpés avec des herbages dans les plaines en contrebas. Bandhavgarh, c’est le domaine du tigre par excellence. Son terrain vallonné ouvert de nombreuses grandes prairies et de points d’eau offre de bonnes possibilités d’observation. Le parc abrite également : chitals (cerfs tachetés), sambars, sangliers, gazelles chinkara, macaques rhésus, langurs, léopards, chacals… Sans compter son avifaune…
Le fort de Bandavhgarh surplombe le paysage et son temple est accessible avec nos jeeps.

13 mars : Bandahvgahr

Safari en jeep le matin et safari en jeep l’après-midi à la quête du grand chat rayé dans un cadre sublime… Vers un point d’eau dans le lit d’une rivière, pratiquement asséchée à cette saison, à la recherche des empreintes sur les pistes… La période est très favorable car les félins convergent vers ces oasis de fraîcheur pour boire et se baigner.

14 mars : Bandahvgahr – Delhi

Dernier safari en jeep puis route vers l’aéroport de Jabalpur.
Nous retrouvons la campagne animée puis vol vers Delhi, la grande capitale économique et historique.

15 mars : Delhi – Kaziranga

Transfert matinal à l’aéroport de Delhi et envol à destination de Guwahati. L’arrivée en Assam, c’est la découverte d’une ambiance complètement différente. La région respire la prospérité. Les alluvions du Brahmapoutre, le fils de Brahma, y assurent manifestement de belles récoltes. Le trajet vers Kaziranga est, comme toujours, un spectacle permanent. Le parc national de Kaziranga a été créé en 1910 sur décision du gouvernement impérial britannique afin de protéger le rhinocéros unicorne indien dont il ne restait plus que 100 à 200 individus dans toute l’Inde. Un comptage effectué en 2007 estimait la population actuelle à environ 1900 individus dans le parc, soit 60 % de la population totale des rhinocéros unicornes. Cette population s’est reconstituée à partir de la douzaine d’animaux recensés à Kaziranga en 1908, rescapés de la chasse à outrance dont ils furent victimes. Si le succès à long terme de cette opération, qui aura tout de même pris un siècle est évident, il ne faut pas croire pour autant que le rhinocéros unicorne indien est sauvé de tout danger d’extinction (classement UICN : En danger…), même si, dès 1985, Kaziranga a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Outre les rhinocéros, le parc national de 472 km², est riche de ses vastes étendues de marécages, prairies d’herbe à éléphants, forêts tropicales et de ses éléphants, barasinghas, cerfs aboyeurs, buffles sauvages, sangliers, tigres, léopards, pythons… Kaziranga est aussi le paradis des oiseaux. Safari en fin d’après-midi.

16 mars : Kaziranga

Safari à dos d’éléphant au lever du jour, une approche fascinante et intime du parc national et de sa faune, sans la gêner le moins du monde. Et 2 Safaris en jeep.

17 mars : Kaziranga – Jaipur

Au petit jour, Safari à dos d’éléphant parmi les rhinocéros unicornes puis départ pour Guwahati et envol à destination de Jaipur. Soirée à Jaipur. Cette ville de plus de 3 millions d’habitants est protégée par une muraille et huit portes de tailles standardisées. Les immeubles, et palais sont tous en rose, car la ville avait été peinte en 1876 en rose, la couleur traditionnelle de bienvenue pour la visite du Prince Albert. Nous verrons notamment le magnifique Palais des Vents qui est l’une des merveilles de l’architecture rajput.

18 mars : Jaipur – Ranthambore

Route entre Jaipur et Sawai Madhopur, porte du Parc National de Ranthambore. Ce parc national, créé le 1er janvier 1980, offre des paysages extraordinaires de lacs, de falaises et de canyons. Sorte d’oasis, il est réputé pour être l’un des lieux où l’on peut le mieux observer la vie sauvage en Inde. La forteresse rajpoute de Ranthambore (Xe siècle) et les temples de Ganesh et d’Hanuman en sont une attraction supplémentaire. Les 282 km² qui forment le coeur originel du parc constituaient autrefois l’ancien domaine privé de chasse des Maharajas de Jaipur, il fut l’un des premiers parcs ouverts dans le cadre du « Tiger Project » lancé en 1973. En Inde, c’est un lieu mythique pour l’observation du tigre… Même si le site est un peu victime de son succès, il reste pour nous incontournable… Safari en jeep.

19 mars : Ranthambore

Journée entière consacrée à l’exploration du mythique parc : Safari en jeep le matin et safari en jeep l’après-midi – Nuit à l’hôtel.

20 mars : Ranthambore – Agra

Après un dernier safari matinal à Ranthambore, route vers la gare de Sawai Madhopur pour prendre le train jusqu’à Agra. Agra, ville magnifiée par ses jardins, ses fontaines, ses bains et canaux connut son apogée sous le règne du grand empereur Akbar. Mais, c’est au petit-fils de ce dernier que la ville doit son joyau : le Taj Mahal. Le tombeau de l’Amour, commandité par Shah Jahan, fou de chagrin à la disparition de l’impératrice Mumtaz Mahah, l’«élue du harem» fut achevé en 1653 après 22 ans de travaux. C’est au coucher du soleil que vous visiterez le chef d’œuvre de marbre et de pierres précieuses aux proportions parfaites, le « poème de marbre »… Agra connut son apogée sous l’empire moghol quand elle en était la capitale. La ville a été magnifiée par ses jardins, ses fontaines, ses bains et ses canaux. C’est à l’intérieur du Taj Mahal, dans une crypte souterraine, que repose Arjumand Bano Bégum, morte en donnant naissance au 14ème enfant. L’empereur, fou de chagrin, fit construire ce tombeau à sa mémoire. Il fut achevé en 1653 après 22 ans de travaux titanesques et la participation au chantier de près de 22 000 ouvriers. Le Taj Mahal, remarquable par ses proportions parfaites, sa minutie des détails est tout le symbole d’une immense perfection. C’est un véritable chef d’œuvre de marbre et de pierres précieuses.

21 mars : Agra – Delhi – Paris

Passage sur l’autre rive du fleuve Yamuna pour une belle perspective sur le Taj Mahal et visite du mausolée d’Itimad-Ud-Daulah, le « coffret à bijoux en marbre ». Cet original tombeau-jardin moghol du XVIIe siècle est considéré comme une réalisation de transition entre les solides constructions de l’époque d’Akbar et le style raffiné du Taj Mahal de celle de Shah Jahan… Visite du Fort Rouge, le plus grand fort de l’Inde, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. C’est l’empereur Akbar, décidé à faire d’Agra sa capitale qui fit transformer la solide mais simple construction en palais résidentiel mais aussi site militaire stratégique… Déjeuner à Agra et route pour Delhi. Dernier dîner indien et transfert vers l’aéroport international pour le vol de retour.

22 mars : Paris

Arrivée matinale à Paris.

Fermer

CROISIÈRE DES MANCHOTS EMPEREURS EN MER DE WEDDELL

Dates : Nous consulter
Prix : dès 12 900 €
Confort :
Difficulté :
Bateau : Ortelius
Croisière de 14 jours sur la Péninsule à la découverte de la faune et des îles antarctiques
Descriptif

Un voyage en Antarctique extraordinaire

Le manchot empereur est le plus grand et le plus connu des manchots. Il se reproduit en plein hiver en Antarctique, et les colonies nichent alors sur les sites jusqu'au mois d’octobre. La population dépasse les 595 000 individus en 44 sites, dont celui de Snow Hill découvert en 1997, en Mer de Weddell qui est l'une des zones les plus inaccessibles en raison des quantités importantes de glaces et d’icebergs géants qui obstruent les passages. 


Pour observer les manchots, il faut pénétrer dans la banquise puis approcher la colonie par les airs : seul le brise-glace Ortélius équipé de ses propres hélicoptères le permet. Ce voyage d’exception est ciselé pour les ornithologues, ou pour tous ceux qui ont déjà effectué un voyage en Antarctique et veulent visiter une région peu connue et chargée de l'histoire des premiers hivernages. 
Cette croisière expédition se déroule au printemps antarctique.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ortelius.

Déplacements : Zodiacs et hélicoptère.

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Observation animalière, randonnées/excursions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Programme croisière polaire : Voyage en Antarctique

Note : Les personnes ayant déjà participé à un voyage organisé en Antarctique avec Grands Espaces pourront profiter d’une réduction de 5 % (non cumulable avec d’autres avantages) sur le prix de ce voyage.

24 novembre : Paris ou Genève – Madrid – Buenos Aires

Départ en début d’après-midi et vol transatlantique.

25 novembre : Buenos Aires – Ushuaïa

Arrivée matinale en Argentine, puis vol vers Ushuaïa. Installation à l’hôtel et dîner.

26 novembre : Ushuaïa et canal Beagle

Temps libre pour goûter, chacun à son aise, la capitale de la Patagonie et ses environs. Possibilités d’excursions.
Embarquement en fin d’après midi à bord de l’Ortelius.

27 et 28 novembre : détroit de Drake

Laissant le Cap Horn que nous dépassons pour aller bien plus au Sud, nous mettons le cap sur la Mer de Weddell accompagnés par les albatros, pétrels, fulmars, ces oiseaux des vents. Nos conférenciers vous familliariseront avec ces mers polaires, l’Antarctique, l’exploration et le monde des manchots Empereurs. Nous passerons la convergence antarctique.

29 novembre : Mer de Weddell

Nous verrons les premiers icebergs tabulaires géants libérés par la calotte polaire et si la banquise et la mer le permettent nous mettrons le pied sur le continent, proche des colonies de manchots Adélie, papous et à jugulaire.

30 novembre et 1er décembre : Au pays des Empereurs

Une colonie de manchots empereurs est située sur la banquise au Sud de l’île de Snow Hill. Le Commandant va essayer de s’approcher assez près pour être dans le rayon d’action des 2 hélicoptères embarqués et qui vous emmeneront sur la banquise.
Si les conditions le permettent, nous serons déposés sur la banquise à 45 minutes de marche environ de la colonie de manchots empereurs et nous passerons ces deux jours auprès de la colonie : des moments inoubliables passés au bout du monde !

2 décembre : Antarctic Sound

Si nous avons pu visiter la colonie de manchots empereurs lors des deux jours précédents, nous naviguerons alors dans le Détroit antarctique, en cherchant à débarquer vers les immenses colonies de manchots Adélie des îles du Diable, Vega ou de la baie de l’Espérance. Si nous n’avions pu rejoindre les Empereurs les jours précédents, ce jour serait alors consacré à de nouvelles tentatives.
Ces îles sont également le domaine de phoques, éléphants de mer et otaries qui y ont élu domicile.

3 décembre : île de la Demi-Lune et Deception

Le matin, nous tenterons de débarquer vers les colonies de manchots papous et à jugulaire de l’île de la Demi-Lune (archipel des Shetland du Sud). Le dernier débarquement aura vraisemblablement lieu sur l’île volcanique de Deception. Ce fut une très importante base baleinière au début du XXIe siècle avant d’être le lieu de départ des expéditions aériennes vers le Pôle Sud. L’activité volcanique y est très visible. Phoque et otaries y sont réguliers. Cette escale permetra aux plus aventureux de goûter un bain dans les eaux polaires grâce aux sources d’eaux chaudes qui perlent sur la plage.

4 et 5 décembre : Passager de Drake

Le temps des dernières conférences, notamment sur les hivernages du Commandant Charcot et d’autres expéditions.
À l’extérieur, la danse des grands voiliers que sont les albatros et les pétrels géants accompagne notre route. Et quand loin vers l’Ouest le Cap Horn profite, nous verrons de nombreux oiseaux marins et peut être les dauphins de Commerson.

6 décembre : Ushuaïa – Buenos Aires

Débarquement puis vol vers Buenos Aires et vol transatlantique vers Madrid.

7 décembre : Madrid-Paris ou Genève

Fermer

2017 CROISIÈRE ANTARCTIQUE : MER DE ROSS – LA GRANDE TRAVERSÉE AUSTRALE

Dates : du 15/02/2017 au 17/03/2017
Prix : dès 19950 €
Confort :
Difficulté :
Expédition polaire à Ushuaïa, Mer de Bellingshausen - Mer d'Amundsen - Mer de Ross - Cap Adare - Nouvelle Zélande
Descriptif

Voyage Antarctique : Mer de Ross

Une vraie croisière expédition de 31 jours à bord, incluant le passage par la Péninsule, la visite très rare de l'île Pierre le Grand, et les doigts de l'immense continent glacé qui percent la banquise hivernale sur la route d'Amundsen et Scott ; il y a un siècle, le 14 décembre 1911, le Norvégien a atteint le Pôle Sud avec ses compagnons et ses 13 chiens de traîneaux. L'Anglais Robert Scott n'y arrivera que le 17 janvier 1912 et son équipe périra de froid sur la calotte. Ce voyage vous permettra de connaître l'Antarctique inaccessible au tourisme traditionnel. Nous naviguerons le long de côtes inexplorées pour la plupart, et visiterons quelques unes des bases scientifiques les plus célèbres du continent, notamment la base américaine de Marc Murdo. Ce voyage sera ainsi un défilé d'impressions fortes, de paysages saisissants, de banquise : voyage dans les glaces au bout de la terre !

Les manchots empereurs
Nous serons dans leurs mers... Et nous en observerons. En revanche, cet oiseau aux capacités d'adaptations fabuleuses et dont vos guides vous parleront longuement, se reproduit lors de l'hiver austral, et nous ne verrons donc pas de colonies avec des poussins duveteux et « craquants » , comme les photographies ou le film « La marche de l'empereur » ont pu les montrer. En janvier et février, les empereurs sont disséminés sur leurs lieux de nourrissage estivaux où ils confortent leur couche adipeuse qui leur permettra de résister aux épreuves de l'hiver tout en assurant la reproduction.

Vous ne verrez pas...
Certains voyagistes présentent en accroche le manchot empereur et son jeune, si « craquant » . Mais vous n'en verrez pas même avec nos experts de Grands Espaces.
En effet, l'Empereur se reproduit durant l'hiver austral et a ses jeunes en juillet, or les voyages en Antarctique se déroulent d'octobre à mars.
Les seuls Français à pouvoir observer les jeunes manchots sont les hivernants de Terre Adélie. En revanche, les voyages en mer de Ross, Weddell et baie Marguerite permettent d'observer des juvéniles ou adultes. Le manchot empereur est exceptionnel en Péninsule Antarctique.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ortelius.

Déplacements : Zodiacs et hélicoptère.

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Observation animalière, randonnées/excursions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Programme : Mer de Ross

Jour 1 : Ushuaïa-Canal Beagle

Arrivée à Ushuaïa (selon arrangements) et embarquement vers 16h pour une navigation pittoresque dans le canal Beagle.

Jours 2 et 3 : En mer

Alors qu’albatros et pétrels suivent le bateau, un programme de conférences vous familiarisera avec l’Antarctique.

Jour 4 : Péninsule Antarctique

Nous naviguerons le matin entre les îles Shetland du Sud et le continent en empruntant le spectaculaire détroit de Lemaire pour mettre pied sur les îles Pléneau et Petermann.
Nous y découvrirons les éléphants de mer, les manchots papous et Adélie, les labbes, cormorans. L’île fut le lieu d’hivernage de l’une des expéditions du Commandant Charcot en 1903-1905, dont nous évoquerons longuement le souvenir et les expéditions.

Jour 5 : Cercle Polaire Antarctique

Navigation dans le détroit Penola, passage du Cercle Polaire antarctique et arrivée aux îles Fish.
Cet archipel découvert par l’équipe du commandant Charcot et par les expéditions anglaises a hébergé une station britannique, « W », dont nous détaillerons la courte histoire ; colonies de manchots Adélie et de cormorans.

Jours 6 et 7 : Banquise

Au gré de ces jours de navigation, nous allons rencontrer la banquise, tout en progressant vers le Sud.

Jour 8 : Ile Pierre le Grand

Cette île volcanique de 19 km de longueur a été nommée par Fabien de Bellingshausen en 1821 en l’honneur du tsar de Russie. Cette île est revendiquée par la Norvège ! Elle héberge des éléphants de mer et des colonies de pétrels et de damiers du Cap. Débarquement possible en hélicoptère.

Jours 9 à 14 : Navigation en mer d’Amundsen – Ile Shephard

Nous longerons la banquise, le long du continent antarctique ; nous verrons probablement des manchots empereurs, des groupes de phoques sur la banquise disloquée, de même que des rorquals et orques. Si les glaces le permettent, nous essaierons de débarquer sur Shepard Island, découverte en 1939-1941, sur la Terre de Marie Byrd, pour prendre pied près des colonies de manchots à jugulaire et de labbes.

Jour 15 : Approche de la barrière de Ross

Nous approchons de la barrière de Ross, un émissaire de la calotte qui s’étend en mer avec un front de glaces d’une trentaine de mètres de hauteur et. des centaines de km de longueur. C’est de la baie des baleiniers, proche de l’île Roosevelt, que Roald Amundsen établit son camp de base pour la conquête du Pôle Sud en 1911. Nous espérons pouvoir survoler et débarquer en hélicoptère sur la plateforme glaciaire.

Jour 16 : Barrière de Ross

Navigation le long de la barrière de glaces, vers l’Ouest. La barrière de Ross est le front de glacier, d’une hauteur d’environ 30 mètres en moyenne, qui court sur 800 kilomètres d’Est en Ouest ; il faudrait plutôt parler de « plateforme » de Ross, tant ce glacier qui coule depuis les cordillères transantarctiques va loin en mer, sur 487 000 km2, soit la superficie presque de la France : c’est la plus grande plateforme et barrière de glace du monde. Elle fut découverte le 28 janvier 1841 par J. Clark Ross, quand plus à L’Est Dumont D’Urville découvrait quant à lui la Terre Adélie. C’est autour de la mer de Ross aussi que les manchots empereurs peuvent se rencontrer plus régulièrement, ainsi que le rarissime phoque de Ross.
Vol hélicoptère à la découverte des fameux déserts froids (les vallées sèches) situés sur le continent.

Jours 17 à 21 : Baie et mer de Ross – Cap Evans

Sous les monts Erebus (volcan de 3794 m d’altitude), Terror et Bird, nous visiterons l’île de Ross, et les lieux des expéditions, anglaises vers le Pôle Sud, et de la tentative de Shakelton.
Si les conditions de glaces le permettent, nous irons à Cape Evans, où se trouve dans un état de conservation remarquable la hutte-camp, de base de l’expédition de Scott. Nous espérons pouvoir visiter les stations scientifiques américaines de Mac Murdo, la plus importante du continent (!) et la base Scott (Nouvelle-Zélande). La base de Mac Murdo est le centre logistique et scientifique américain en Antarctique ; installée en 1956, elle fut alimentée entre 1972 et 1979 par une centrale atomique, aujourd’hui démantelée. Elle héberge 1000 scientifiques et techniciens, et est reliée à la base Amundsen-Scott au Pôle Sud par une piste de glace de 1600 km. Les avions gros porteurs type Hercules C 130 y atterrissent sur une piste de glace.
Depuis Castle Rock (le « château »), nous aurons une vue sur le continent glacé et la vallée Taylor, l’une de ces fameuses vallées sèches de l’Antarctique, où les conditions sur la Terre sont les plus proches de la planète Mars.

Jours 22 et 23 : Glacier Drygalski et station de Terra Nova

Nous naviguerons vers le Nord en direction du glacier de Drygalski, qui étend sa langue de glaces dans l’océan et la mer de Ross, et vers la station de recherche italienne de Terra Nova, associée aux projets de recherches français en Terre Adélie. Selon les glaces, nous débarquerons également au cap Hallet.

Jour 24 : Cap Adare

C’est là qu’eut lieu le premier hivernage sur le continent. La hutte du Norvégien Borchgrevink, érigée en 1899, est entourée par la plus grande colonie de manchots Adélie du monde !

Jour 25 : En mer

L’occasion de mettre ses souvenirs en place, et de conférences

Jour 26 : En mer

Navigation le long de l’île Scott.

Jours 27 à 29 : En mer

L’extraordinaire périple se termine dans les mers subantarctiques de Nouvelle-Zélande avec ses îles nommées les « Galapagos du Sud ».

Jour 30 : Ile Campell

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette île est couverte par une végétation luxuriante et présente des colonies d’albatros hurleurs, de Campell, à tête grise… ainsi que 3 espèces rares de manchots, éléphants de mer, lions de mer et otaries à fourrure y sont abondants.

Jours 31 et 32 : en mer

L’extraordinaire périple se termine dans les mers tempérées de Nouvelle-Zélande, avec nos derniers récapitulatifs et conférences.

Jour 33 : Bluff (Nouvelle-Zélande)

Débarquement, formalités et départ pour Auckland (selon arrangements).

Note

La croisière Ushuaïa-Bluff semble durer 32 jours, l’autre 30. En fait nous serons à bord le même temps, mais en raison des fuseaux horaires et de la ligne des temps, nous aurons deux fois un jour en plus sur l’un des voyages, en moins sur le suivant.

Ce voyage de 30 à 32 jours est long et des journées consécutives seront passées en mer, en navigation. Nous vous rendons ainsi attentifs à ces trajets qui certes peuvent être longs, certes ponctués de conférences,
mais qui sont indispensables pour rejoindre ces régions du bout-du monde.

À bord de l’Ortelius.

L’Ortélius aura à son bord deux hélicoptères qui nous permettront d’une part de trouver notre route dans la banquise et d’autre part de réaliser des débarquements ; ils sont le moyen le meilleur pour garantir une autre dimension encore aux croisières expéditions.
Durant le voyage, nous devrions pouvoir réaliser 5 débarquements grâce aux hélicoptères, mais si l’un des appareils présentait un incident, les vols seraient alors suspendus, car un second hélicoptère est demandé pour l’assistance en cas de problème. Aucune demande de remboursement, même partiel, ne pourra être retenue dans ce cas.

Fermer

2017  VOYAGE AIR-CROISIÈRE EN PÉNINSULE ANTARCTIQUE

Dates : Nous consulter (de novembre à mars).
Prix : dès 7900 €
Confort : Nous consulter.
Difficulté : Nous consulter.
Une introduction idéale au grand continent blanc en atterrissant directement à la base scientifique Frei.
Descriptif

De novembre à mars

Pour toute personne qui a visité les régions polaires arctiques, l'Antarctique exerce une réelle fascination : c’est le continent de l'extrême, grand comme 26 fois la France, couvert à 99 % de glace et peuplé de millions de pingouins.

Il est réputé pour ses paysages somptueux et ses dimensions gigantesques : certains icebergs mesurent des centaines de km², les plus hauts sommets dépassent les 5 000 mètres d'altitude...
Découvertes entre 1821 et 1840, ces terres n'ont pas subi la pression de chasse exercée en Arctique des siècles durant, c'est pourquoi la faune polaire y est facile à observer.
Nous voyagerons de décembre à février, le plein été en péninsule Antarctique : c'est le moment des meilleures conditions météorologiques, tant pour les croisières que pour les vols.
Les manchots et les autres oiseaux ne quittent pas leurs nids et les premières baleines arrivent. Afin d’éviter les 50e hurlants et les 60e rugissants, vous survolerez le détroit de Drake et découvrirez ainsi l'extraordinaire Patagonie chilienne, avec ses fjords, ses estancias, ainsi que la capitale Santiago et ses vallées viticoles.

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ocean Nova.

Déplacements : Zodiacs

Vêtements : Chauds. Polaires.

Activités : Observation animalière, randonnées/excursions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : En raison des survols, l'Ocean Nova ne va accueillir que 65 passagers même si sa capacité est supérieure.
Cela permettra aux passagers de vivre une aventure plus personnelle.

Programme : croisière en Antarctique

Grands Espaces peut organiser les vols, transferts, et visites vers Punta-Arenas. Depuis Paris, Genève, Bruxelles ou Montréal.

Jour 1 : Punta Arenas

Arrivée dans la capitale de la Patagonie chilienne et transfert vers l’hôtel Rey San Felipe. Dans les salons de l’hôtel, nous vous donnerons les instructions relatives à la sécurité, à l’environnement et aux zodiacs, avant de vous retrouver autour du dîner de bienvenue au restaurant José Nogueira, une maison coloniale au style français, vieille de plus de 100 ans.

Jour 2 : Antarctique-Croisière

Transfert à l’aéroport et embarquement à bord du vol (durée 1h40 environ) vers l’Ile au Roi George (Iles Shetland du Sud). Antarctique.
Durant le transfert des bagages vers le bateau ancré en Baie de Filbes nous partons en excursion à la découverte de la base chilienne Frei. La base russe Bellingshausen est proche. Embarquement en zodiac puis départ. Repas à bord.

Jours 3 à 6 : Péninsule Antarctique

Durant les jours à venir nous allons naviguer entre îles et continent dans des paysages d’une immense beauté et particulièrement impressionnants en raison des chaînes de montagnes qui sculptent cette région. Vous verrez ainsi diverses espèces de manchots (papou, à jugulaire, Adélie…) de même que les phoques, léopards de mer, éléphants de mer, baleines et orques que l’on voit souvent de près.
Nous visiterons de nombreux sites d’histoire en cette région qui fut le point de départ de multiples expéditions vers le Pôle Sud.
Nos débarquements en zodiacs vont nous diriger vers plusieurs sites (sous réserve d’accessibilité et de météo)

– Les îles Shetland du Sud.
– L’île Pettermann où le Commandant Charcot hiverna en 1907-1909, il y a 100 ans.
– Les baies du Paradis et Neko, sur le continent.
– Le chenal Neumayer : 40 km entre des géants de glaces, et l’observation probable de baleines et d’orques. Ancienne base Lockroy.
– Le chenal Lemaire, enchâssé entre des pics de plus de 1000 mètres d’altitude et encombré d’icebergs.
– L’île de la Déception, où votre bateau rentrera dans le cratère du volcan. Une station baleinière norvégienne fut très active au début du 20ème siècle, et ce fut aussi le site de départ de plusieurs expéditions aériennes vers le Pôle Sud.
– Les îles Livinsgtone et Cuverville, riches en manchots.

Nous devrions avoir 2 à 3 débarquements par jour.

Jour 7 : Antarctique – Patagonie

Retour vers l’Ile du Roi Georges où nous débarquons à la base chilienne pour le vol retour vers Punta Arenas.

Ces voyages anglophones et hispanophones n’offrent pas tous la présence d’un guide ou d’un compagnon francophone.

Note : Dans ces voyages extrêmes, les conditions météorologiques priment, et le programme en Antarctique est indicatif. « Flexibilité » est le maître-mot d’une croisière expédition.

Pourquoi ne pas passer le Cap Horn en bateau ?

Le Cap Horn, avec ses mers rugissantes et hurlantes, est le cap le plus proche de la Péninsule Antarctique : 800 kilomètres environ le séparent de l’Ile du Roi Georges au large de la Péninsule. La très grande majorité des bateaux ainsi partent d’Ushuaïa, en Argentine pour rallier l’Antarctique en 48 heures par le passage de Drake. Dans ce détroit ouvert aux plus vastes océans du monde, il y a une tempête tous les 4 jours… Mais même la grande houle « ordinaire » indispose chacun d’entre nous et ces jours sont ainsi un peu « perdus ». Au retour vers Ushuaïa, une marge horaire de 12 heures doit être prise en cas de vents contraires dans le « Drake », ce qui réduit le séjour en Antarctique.
C’est pourquoi nous vous proposons non seulement d’éviter cette météo en survolant le « Drake » mais en plus de découvrir l’extraordinaire Patagonie chilienne, avec ses fjords, ainsi que la capitale Santiago et ses vallées viticoles. Le vol international par la compagnie nationale chilienne nous amène à Punta Arenas et c’est un avion spécialement équipé et affrété qui nous transporte en 1h30 de vol sur la base scientifique « Amiral Frei » sur l’île du Roi Georges. C’est là que le bateau polaire l’ « Ocean Nova » nous attend.

Fermer

2017 GRANDE CROISIÈRE ANTARCTIQUE : PATAGONIE – MALOUINES – GÉORGIE DU SUD

Dates : du 24/02/2017 au 16/03/2017 (complet)
Prix : dès 10900 €
Confort :
Géorgie du Sud - Patagonie - Malouines - Antarctique. Le voyage d'exception.
Descriptif

Voyage Antarctique : Malouines - Géorgie du Sud

Cette longue croisière expédition nous mène vers les sites les plus remarquables des mers australes, et notamment la Géorgie du Sud, cette perle de nature.
L'île couvre 3 755 km² et culmine au mont Paget à 2 935 mètres d'altitude. Elle est entourée d'océans parmi les plus riches du monde et ses plages sont peuplées de tant d'animaux qu'il est des baies où l'on ne peut débarquer. 400 000 éléphants de mer (la moitié de la population mondiale de l'espèce), 2,5 millions d'otaries, des milliers de baleines, 30 millions d'oiseaux dont 400 000 manchots royaux y ont élu domicile. Les îles Malouines offrent quant à elles leurs colonies d'albatros, de manchots et de gorfous. En péninsule Antarctique, vous admirerez l'île de la Déception et son volcan, l'archipel d'Aïtcho, et en débarquant sur le continent antarctique avec ses glaciers et ses icebergs, vous accompagnerez la marche des manchots qui s'installent par milliers pour l'été. Enfin vous passerez le détroit de Drake et ses nombreux albatros, en découvrant le Cap Horn puis Ushuaïa, la capitale du bout du monde, la Terre de Feu. C'est le voyage le plus complet que l'on puisse effectuer dans les mers du Grand Sud.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date de retour.

Logement : À bord du Sea Spirit.

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Températures entre -5 et +10°C lors de la croisière, plus chaud en Patagonie et Terre de Feu.

Activités : Observation animalière, randonnée.

Guide(s) : Grands Espaces aura deux guides conférenciers à bord. Ils assureront les conférences, traduiront les interventions (briefings, autres conférences) et seront vos guides à terre et en excursion zodiac. Christian Genillard dirigera le groupe. C’est un spécialiste de l’Antarctique depuis 25 ans. Navigateur et historien, il vous passionnera et sera l’interprète de ces horizons sauvages.

Informations complémentaires : Un dossier complet sera envoyé en septembre à toutes les personnes inscrites, pour profiter au mieux de ce voyage.

Programme : Malouines - Géorgie du Sud

23 février : Vols Paris ou Genève-Buenos Aires

Vol transatlantique au départ d’Europe.

24 février : Buenos Aires

Arrivée matinale à Buenos Aires, la capitale de l’Argentine. Continuation vers Ushuaïa par le vol régulier.
Arrivée dans la ville du « bout du monde », installation à l’hôtel. C’est le port d’embarquement idéal serti des chaînes de montagnes qui forgent l’extrémité Sud du continent sud américain, sur les rives du détroit de Beagle. C’est l’occasion de flâner et de découvrir les échoppes de souvenirs et les nombreux cafés et restaurants.
En soirée (libre) vous irez vraisemblablement déjeuner dans un restaurant à crabes ou plus typique encore dans l’un de ces nombreux grils dont l’Argentine est riche.

25 février : Ushuaïa – Canal Beagle

C’est l’occasion de découvrir la région et de réaliser vos derniers achats. Nos guides vous conseilleront des excursions vers le Parc national de Lapataïa et ses condors et castors, vers les îles aux otaries et oiseaux du canal Beagle, ou vers la forêt et les pampas.
Embarquement à bord du Sea Spirit en fin d’après-midi. Accueil et installation à bord, puis navigation dans le canal Beagle. L’occasion aussi de rencontres des dauphins de Commerson, des manchots de Magellan, des premiers albatros…

26 février : Détroit de Drake

Au gré de cette traversée où nous quittons les environs du Cap Horn, notre équipe d’experts va vous ravir sur les ponts, à l’affût des pétrels, albatros, baleines ainsi que par leurs conférences qui introduiront le Continent blanc.

27 février : Iles Shetland du Sud

Nous entrons dans les eaux froides de l’Antarctique en matinée et si les conditions le permettent, nous apercevrons nos premiers icebergs géants échappés de la Péninsule, et les premiers manchots qui chassent en mer.
En fin d’après-midi ou en début de soirée, nous effectuerons notre premier débarquement dans les îles Shetland du Sud, si les conditions de mer et météo le permettent.

28 février au 2 mars : Péninsule Antarctique

La région offre de nombreuses opportunités d’excursions et de croisières zodiac, pour aller à la rencontre de la faune sauvage et de paysages extraordinaires. Nous pouvons débarquer en 200 sites différents sur le 6e continent. Le commandant et le chef d’expédition vont décider des lieux, afin de vous faire découvrir les diverses faces de la région visitée, espérant voir 5 espèces de manchots, 6 espèces d’otaries, phoques, éléphants de mer et plusieurs espèces de baleines et… mettre le pied sur le continent.
Au gré de nos navigations, nous passerons dans les détroits englacés, puis entre les reliefs alpins et encombrés d’icebergs aux formes et couleurs variées.
Parmi les lieux visités, l’Île de la Déception est l’un des très rares cratères volcanique que l’on peut naviguer, et à Bailey Head se trouve une colonie de centaines de milliers de manchots à jugulaire, alors que les damiers du Cap, pétrels, goélands… abondent eux aussi.

3 et 4 mars : Mer de Weddell et Mer de Scotia

En fonction de la banquise, nous longerons et ferons une croisière zodiac le long des côtes de l’Île de l’Éléphant ou de l’Île Paulett. La première fut celle où Shakelton et son équipage se sont échoués, la seconde, le paradis des manchots. La colonie approche le million d’individus ! Phoques, otaries et éléphants de mer sont sur les plages. Puis nous quittons la mer de Weddell. Sur notre route nous croiserons peut-être l’un de ces icebergs géants détachés des calottes. Ces deux jours seront aussi l’occasion d’un premier bilan avec notre équipe de guides conférenciers polaires, et d’exposés sur le grand Continent blanc sur la Géorgie du Sud, et les îles subantarctiques.

5 au 8 mars : Géorgie du Sud

Un paradis de nature autour de reliefs alpins englacés qui émergent de la mer de Scotia, avec leurs 400 000 couples de manchots royaux, cormorans, pétrels, puffins, éléphants de mer, otaries, phoques, baleines, albatros.
Nous prévoyons de débarquer dans Right Whale Bay, Salisbury Plain, Gold Harbour, Elsehul… Nous aurons ainsi un excellent panorama des paysages et de la faune ; éléphants de mer, et surtout les immenses colonies de manchots royaux qui nous accueilleront.
Dans Fortuna Bay nous irons sur les traces du fameux explorateur Ernest Shackelton, dont l’épopée fut célèbre ; il mourut par la suite et est enterré sur l’île.
À Grytviken, la « capitale » de l’île, nous visiterons l’ancienne base baleinière norvégienne, le petit musée, le bureau de poste et la tombe de Shackelton.
Nous verrons à nouveau de nombreuses otaries, et découvrirons les parades amoureuses spectaculaires des grands albatros, le géant de nos oiseaux de mer.
Salisbury Plain héberge une colonie de 37 000 manchots royaux dans un décor extraordinaire de pics et glaciers. Sur les plages, éléphants de mer et otaries se prélassent.
Nous naviguerons dans les régions du fjord Dryglaski et nous verrons nos premiers icebergs venus d’Antarctique. Trois jours passés entre montagnes, mers et manchots…

9 et 10 mars : En mer vers les Malouines

Deux journées de mer et de repos, de conférences et d’observation avec notre équipe de guides.

11 et 12 mars : îles Malouines

Nous sommes aux Malouines, dans le chenal qui sépare cet archipel de 750 îles où ne vivent que 3000 habitants et… 550 000 moutons. Perdues en plein océan, ces terres aux côtes déchirées par les fjords sont le royaume des oiseaux. Présentation de la vie aux Malouines, et visite de colonies de manchots. Albatros, gorfous sont aussi au rendez-vous. Excursions dans ces paysages sauvages.
Capitale des Malouines, Port Stanley fut d’abord un port baleinier, puis une escale essentielle dans le contournement du Cap Horn, et les quais et promenades gardent encore le souvenir de cette époque par le nombre de carcasses de bateaux toujours visibles dans le chenal qui longe la ville. La pêche aux calamars, la présence militaire et l’élevage sont les piliers de l’économie, avec le tourisme, car chaque année environ 60 000 personnes seulement viennent visiter cette perle de nature.
À mi-chemin entre la Patagonie et l’Antarctique, la faune et la flore de ces îles est très riche avec plus d’un million de manchots.

13 au 15 mars : Atlantique Sud

Navigation retour vers les eaux plus chaudes des côtes argentines et de ces plages à perte de vue. L’occasion des dernières conférences, échanges, photos, ateliers…

16 mars : Montevideo

Arrivée dans la capitale de l’Uruguay et transfert vers l’aéroport pour les vols vers l’Europe.

Une Croisière Expédition

Ce voyage est long (21 jours) – le plus long proposé à bord d’un grand bateau dans ces eaux et donc le plus passionnant. Il comporte plus de 9 jours de mers, et c’est pourquoi nous avons choisi le Sea Spirit, avec deux hélices, qui est ainsi plus stable en haute mer. Mais les conditions météorologiques et de glaces dicteront notre programme, décidé entre le Commandant et le Chef d’expédition au jour le jour ; en effet, l’annonce d’une tempête peut nous faire partir plus tôt que prévu ou annuler une escale, à l’inverse des conditions excellentes peuvent nous faire rester plus longtemps sur les sites. Comme pour toutes les croisières expéditions, « flexibilité » est le maître mot ; mais aux limites du monde, attendez-vous à connaître des changements.

Fermer