article Les nouvelles de Grands Espaces
RECHERCHER UN VOYAGE

Choisissez au moins un critère de recherche.

Retour
GRANDS ESPACES

Les nouvelles de Grands Espaces

Édito

Lire la lettre

Cette lettre d’information est centrée sur la conférence Arctique organisée depuis 14 ans par l’AECO (Association des Organisateurs de Croisières Expéditions en Arctique). Elle s’est tenue le 18 octobre 2017 à Oslo. Christian Kempf, Christophe Bouchoux, Christian Genillard et Lydie Lescarmontier représentaient Grands Espaces.

Notre implication est en effet réelle et active, certains que grâce à un tourisme bien géré, vous serez des ambassadeurs de la protection de l’environnement. C’est en effet notre philosophie d’entreprise : le tourisme permet de protéger la nature. Directement d’abord, et financièrement.

Au Canada, aux Etats-Unis, en Afrique, les droits d’entrée dans les parcs nationaux et réserves permettent la mise en œuvre de projets ambitieux de conservation.
En Ouganda, le prix élevé payé par chaque personne pour l’observation des gorilles permet à l’économie locale de fructifier, au contraire de l’argent sale des braconniers des grands singes. Et au Spitzberg aussi, chaque visiteur, par sa présence, son billet d’avion et sa croisière, verse plusieurs dizaines d’euros aux Fonds pour l’Environnement du Svalbard.

Indirectement aussi, car l’on veut conserver ce que l’on aime, et l’on aime que ce que l’on peut connaître : notre rôle, celui des guides conférenciers polaires, est aussi essentiel. Outre la réalisation contractuelle de notre voyage, ils nous ouvrent encore les portes du monde encore inconnu des glaces, ours, manchots…

Et parce qu’ensemble nous avons aimé ces horizons, nous allons peser sur les décideurs politiques et économiques dans le sens de la conservation de l’environnement.
Très simplement : combien de gens ont compris la gravité du réchauffement climatique en ayant vu la régression catastrophique des glaciers en Arctique !
C’est donc grâce au tourisme, à la découverte, que l’on protège la nature. Encore faut-il que ce tourisme respecte les lieux. Il le fait. Et c’est pourquoi Christian Kempf, qui depuis 50 ans milite pour la nature, ainsi que toute son équipe, œuvrent activement au sein de l’AECO et des autres ONG polaires.

Et leur voix est écoutée…

soleil minuit

Lire la lettre

Les commentaires sont fermés !