fiche voyage  ANTARCTIQUE EST ET TERRE ADÉLIE
RECHERCHER UN VOYAGE

Choisissez au moins un critère de recherche.

Retour
pres-antarctique-est-terre-adelie

2018  ANTARCTIQUE EST ET TERRE ADÉLIE

Dates : du 14/12/2017 au 08/01/2018 et du 08/01/2018 au 02/02/2018
Prix : dès 15 900 €
Confort :
Les îles subantarctiques de Nouvelle-Zélande avec leurs millions de manchots
Réserver ce voyage Être rappelé gratuitement
Catégories : Antarctique, Terre-Adélie, Manchots, phoques, volcans, calottes, glaciers, banquise

Voyage en Terre Adélie à bord de l'Akademik Shokalsky

C’est un bateau polaire de petite capacité, opéré par Heritage Expéditions dont Grands Espaces est le représentant en France, Belgique et Suisse. Il a été construit en Finlande par les Russes en 1984 pour des travaux d’océanographie polaire. C’est un bateau particulièrement adapté à la navigation dans la banquise. Il développe 2300CV et navigue à 10-12 noeuds. Il transporte 48 passagers et a été réaménagé récemment pour offrir des cabines confortables ; sur ses 70 mètres de longueur, il dispose de larges ponts extérieurs, et de 5 zodiacs dédiés aux excursions.

Consulter le plan

Descriptif

Voyage Antarctique : Terre Adélie et manchots

Les îles subantarctiques de Nouvelle-Zélande et d’Australie, avec leurs millions de manchots et leurs paysages volcaniques. La visite (sous conditions) de la base scientifique française de Dumont d’Urville en Terre Adélie. Les paysages de glaces à perte de vue : calottes, glaciers, banquise. Visite au pays des manchots empereurs.

Aspects pratiques

Formalités : Passeport valide 6 mois après la date de retour.

Logement : À bord de l'Akademik Shokalsky.

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Températures entre -5 et +10°C lors de la croisière, plus chaud en Patagonie et Terre de Feu.

Activités : Observation animalière, randonnée.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Photo 1  ANTARCTIQUE EST ET TERRE ADÉLIE Photo 2  ANTARCTIQUE EST ET TERRE ADÉLIE

Programme : Antarctique et Terre-Adélie

Jour 1 : Invercargill, Nouvelle Zélande

Cette ville est la plus méridionale de la Nouvelle-Zélande, capitale d’une riche et célèbre région d’élevages de moutons. Rendez-vous est donné en fin d’après-midi à l’hôtel Kelvin situé au centre de la ville, pour une première réunion entre tous les participants à la croisière expédition.

Jour 2 : Bluff

Une matinée calme lors de laquelle vous pourrez visiter le Musée subantarctique, avant d’embarquer sur l’Akademik Shokalsky. Le temps de vous installer dans votre cabine, de visiter votre bateau, et d’avoir une réunion introductive à bord avec votre Commandant et l’équipe d’expédition. Appareillage vers les îles Snares.

Jour 3 : Îles Snares

Les plus proches de la Nouvelle Zélande, ces îles subantarctiques ont été découvertes en 1795 et consistent en 2 grandes îles et de nombreux îlots inhabités et classées en réserves naturelles.
Croisière zodiac (si le temps le permet- les débarquements y sont interdits) le long de la côte protégée des houles, pour découvrir dans les baies les espèces de manchots endémiques et une avifaune abondante. Les puffins sont des centaines de milliers à nicher là, de même que les rares albatros de Buller et de Salvin, les pétrels, prions…

Jour 4 : Îles Auckland et île Enderby

2 volcans anciens érodés forment le socle de ces îles découpées en tours et aux rochers submergés d’histoires d’épaves…
Enderby est un archipel, peut-être le plus beau des îles subantarctiques. Un vaste plateau tourbeux et une végétation battue par les vents forment des paysages superbes. Sur ses côtes, les lions de mer de Hooker sont réguliers – une espèce rare. Excursions à pied à la découverte des îles et de leur avifaune peu farouche qui niche dans les forêts rases: les limicoles et les albatros royaux. Nous verrons aussi les pétrels géants, les cormorans d’Auckland, et des oiseaux en partie endémiques aux îles.

Jour 5 : Îles Auckland – Carnley Harbourg

Cette caldera est aujourd’hui cassée par les vagues et sa côte Est permet le passage de bateaux de taille relativement réduite comme le nôtre. Un site riche d’histoire.
Excursion vers une colonie d’albatros, ou croisière zodiac vers les côtes sauvages avec leurs reliques historiques datant de 1800-1865.

Jour 6 : En mer

C’est l’occasion de conférences sur les îles et les océans du Sud. Depuis les ponts, nous pourrons chercher les oiseaux du vent : albatros royaux, hurleurs, à tête grise, à sourcils bruns, fuligineux et diverses autres espèces, les pétrels… Cette région d’entre les eaux néo-zélandaises et australiennes offre aux ornithologues la meilleure opportunité d’observation d’oiseaux pélagiques.

Jours 7 et 8 : îles Macquarie

Un paradis de nature australien, avec l’une des plus fortes concentration d’oiseaux de l’hémisphère austral: 55 espèces marines, 80 terrestres dont 30 menacées. Des millions de manchots appartenant à quatre espèces : royaux, gorfous sauteurs, papous et de Schlegel, se reproduisent là et nous passerons notre temps entre les deux sites où les visites sont permises: Sandy Bay et Lusitania Bay. Croisières zodiacs si le temps le permet.
À Sandy Bay, entre 850 000 et 3 millions de gorfous nichent et vous regardent, alors que vous êtes assis dans la toundra.
Les membres de la base australienne de Buckles Bay vont nous emmener pour parler de leurs recherches entreprises ici depuis 1940, et de la station météorologique très importante pour ses données, alors que sur les plages se prélassent les éléphants de mers du Sud en masses entremêlées pour y effectuer leur mue annuelle. La colonie de manchots est spectaculaire, et un quart de million de manchots vous observe alors que vous débarquez… Des restes rouillés rappellent les tristes temps lors desquels les manchots servaient à produire de l’huile…
C’est sur ces îles que les autorités de Tasmanie ont entrepris depuis 2011 l’une des plus vastes opérations d’éradication des animaux introduits (lapins, souris et rats) et de nos jours l’avifaune repeuple ces terres. Des îles exceptionnelles, et c’est pourquoi nous y passons deux jours, car de plus, 3 espèces d’otaries et 4 espèces d’albatros se reproduisent aussi sur ces « Galapagos du Sud».

Jours 9 à 11 : Les mers australes

On part pour le Grand Sud, et pour de vrai! Pétrels et albatros nous accompagnent alors que nos guides vous familiarisent avec le continent antarctique. Après le passage de la convergence antarctique, les eaux sont nettement plus froides, l’avifaune devient plus nombreuse, les premiers icebergs géants dérivent, sculptés par les vents et les mers que nos navigations vont nous permettre d’observer et d’approcher. Et nous fêterons la passage du Cercle polaire antarctique, alors que le jour à présent règne 24 heures sur 24. L’occasion aussi de temps de repos au bar ou à la bibliothèque.

Jours 12 à 18 : Baie du Commonwealth et terre Adélie

Une semaine passée sur ces sites, à l’Est de la Mer de Ross. Nous espérons débarquer d’abord au cap Denison, en cette région connue pour ses vents catabatiques très fréquents; nous attendrons une fenêtre météorologique pour visiter la hutte de Douglas Mawson, le grand explorateur australien qui explora ces lieux entre 1911 et 1914 et qu’une fondation maintient dans un état remarquable, nous plongeant en ces temps héroïques des débuts de l’exploration du Grand Continent. Notre premier contact aussi avec les manchots Adélie et les pétrels qui nichent autour de la hutte.
Nous sommes au pays des icebergs géants, des glaces, de la banquise, du plateau antarctique, dans l’un des lieux les plus reculés du monde , avec sa faune de phoques, baleines, léopards des mers: fabuleux!
Selon les conditions de glaces et de météorologie et sous réserve des autorisations, nous visiterons la base française Dumont d’Urville , Port Martin et les îles Mc Kellar. C’est dans ces zones que nous pouvons observer des manchots empereurs, qui ne se reproduisent plus (ils nichent en hiver) mais qui errent là pour se nourrir en mer. En 1840, Dumont d’Urville débarqua en ces lieux avec ses deux navires, « l’Astrolabe» et la «Zélée», en revendiquant ces terres pour la France. A partir de 1952, des premiers hivernages ont eu lieu à la base de Port Martin, et le 12 janvier 1956, après un incendie ravageur, la base Dumont D’Urville a été crée. Elle héberge 30 à 40 chercheurs chaque hiver et constitue le camp de départ des expéditions lointaines vers la calotte et la base Concordia. Manchots Adélie, pétrels des neiges, labbes, pétrels géants se reproduisent aux alentours.

Jours 19 à 22 : En mer

Les temps de classer photos et souvenirs… Et de revenir sur les hivernages anciens et actuels que nos conférenciers mettront en valeur. Le temps aussi de parler de la présence française en Antarctique, en Terre Adélie et ailleurs dans les îles subantarctiques. Des conférences sur l’exploration des mers australes et du continent antarctique vont émailler nos journées.
Quand nous laisserons derrière nous les côtes glacées du Grand Continent Blanc, les albatros et pétrels nous suivront à nouveau. Le temps de repos aussi, ou de sommeil, en ces mers qui peuvent être houleuses.

Jours 23 et 24 : Île Campbell- Perseverance Harbour

Nous arrivons sur le territoire le plus austral de Nouvelle-Zélande, à 660 kilomètres au Sud de Bluff. Dans cet archipel du bout du monde, nous visiterons Perseverance Harbour, connu pour sa flore et sa faune. Les baleines franches y mettent bas, et cormorans, pétrels, manchots, otaries (dont la rare otarie de Hooker) nous entoureront alors que nous visiterons les restes abandonnés d’une station de recherche. Là également, moutons et rats ont été exterminés, pour permettre à la faune et à la flore de redevenir vierges, et les passereaux , sarcelles et une espèce de bécassines autrefois inconnue reviennent, notamment sur l’île Jacquemart.
Le point d’orgue de notre visite est l’ascension de l’île, pour découvrir une colonie de 6000 couples d’albatros royaux. Ce sont les plus grands voiliers du monde, et très peu farouches.

Jour 25 : En mer vers la Nouvelle-Zélande

Au gré de cette journée, nous serons sur les ponts à l’observation des oiseaux pélagiques. Dîner de l’ au-revoir, en route pour le port de débarquement.

Jour 26 : Invercargill

Nous arrivons de tôt matin à Bluff. Formalités de police et de douanes, puis transfert en bus vers le centre ville ou l’aéroport.

Note : En raison des conditions météorologiques, nos navigations peuvent être retardées, et nous vous conseillons de retenir vos vols avec une marge de 24 heures.
Par ailleurs, durant ce voyage, nous pouvons être amenés à dévier notre route en cas de force majeure ou en cas de conditions météorologiques ou de mer très mauvaises. Le chef d’expédition vous tiendra informé de nos programmes.
À l’occasion de ce voyage aux antipodes, Grands Espaces vous assiste volontiers pour le choix et la réservation de vos vols depuis l’Europe et vos transferts et séjours en Nouvelle-Zélande.

Prix par personne

Cabines doubles, lits bas, hublots, WC/douche sur palier 15 900 €
Cabines doubles, lits superposés, fenêtre, WC/douche privé 17 900 €
Cabines doubles, lits bas, fenêtre, WC/douche privé 18 900 €
Mini-suite, lit double, fenêtre, WC/douche privé 19 900 €
Suite, lit double, fenêtres, WC/douche privé 21 500 €
Le prix comprend la pension complète au départ d’Invercargill et les excursions, les taxes, l’assurance rapatriement.
Il ne comprend pas les vols et les dépenses jusqu’à Invercargill, l’assurance annulation et les extras personnels.