fiche voyage GRAND TOUR DU SPITZBERG
RECHERCHER UN VOYAGE

Choisissez au moins un critère de recherche.

Retour
Voyage Spitzberg - spitzberg tourisme - iceberg - Grands Espaces

2018 GRAND TOUR DU SPITZBERG

Dates :
Prix : dès 6900 €
Confort :
Le tour du Spitzberg en 10 jours, avec ses paysages alpins et sa côte Est nous permet de découvrir le monde des glaces polaires : glaciers, calottes, dômes glaciaires, banquises…
Réserver ce voyage Être rappelé gratuitement
Catégories : Arctique, Baleines, Banquise, Croisière, Glaces, Icebergs, Royaume des Ours, Spitzberg

Croisière Spitzberg à bord de l'Ocean Nova

L’ Ocean Nova est un bateau moderne et confortable de 73 mètres de longueur et de 19 mètres de largeur : c’est l’ancien Sarpik Ituk que Grands Espaces a déjà utilisé en Antarctique. Il a été construit en 1992 au Danemark et fut un express côtier au Groenland. Il a été totalement réaménagé en 2006 pour offrir cabines triples, doubles et des cabines individuelles aux 75 passagers et à l’équipe de guides polaires ; 38 hommes d’équipage sont à bord. Le bateau obéit aux meilleurs standards hôteliers et toutes les cabines sont extérieures, la plupart avec des lits bas.

Descriptif

Croisière expédition tour du Spitzberg

Sous le soleil permanent 24 heures sur 24, le plein été polaire voit la vie exploser en fleurs, colonies d’oiseaux… Au pays des ours blancs, des morses et des baleines, un voyage axé vers l’observation et les photographies d’ours polaires, tant à terre que sur la banquise. Un bateau polaire 100% francophone, de 75 passagers seulement et 10 guides conférenciers polaires, qui vont enrichir votre croisière expédition de leurs interventions sur la biologie, les conseils photographiques, les glaces et les roches, l’histoire passionnante des baleiniers et des trappeurs, les récits d’explorations…

Aspects pratiques

Formalités : Nous consulter.

Logement : À bord de l'Ocean Nova

Déplacements : Zodiacs.

Vêtements : Chauds/polaires. Consultez notre F.A.Q.

Activités : Observation animalière. Excursions/expéditions.

Guide(s) : Nous consulter.

Informations complémentaires : Néant.

Photo 1 GRAND TOUR DU SPITZBERG Photo 2 GRAND TOUR DU SPITZBERG

Programme de la croisière expédition Spitzberg

Jour 1 : Paris – Longyearbyen

Vol direct privatisé au départ de Paris CDG et arrivée à la mi-journée
à Longyearbyen. Excursion en bus dans la vallée de l’Adventdal et découverte de la ville. Embarquement vers 17h et croisière dans l’Isfjord (horaires à confirmer). Réunions d’informations puis navigation
le long des enclaves minières russes avant de partir en haute mer où nous avons des chances d’observer des baleines au large de l’île du Prince Charles.

Jour 2 : Baie de la Croix-Lilliehookfjord

Nous passerons la journée dans ces fjords, faits de glaciers qui dévalent des montagnes.
C’est l’une des plus belles régions. Le Krossfjord fut une implantation nazie, dans la baie du Roi et parmi les glaciers les plus impressionnants il y a ceux du Roi, du Lilliehook ( 5 km de fronts de glaces ), et du 14 juillet ainsi nommé par le Prince Albert Ier de Monaco en 1906. Les sommets sont déchiquetés par le gel et dépassent 1200 mètres d’altitude. Plusieurs petites colonies d’oiseaux marins, de nombreux îlots abritant eiders et bernaches et la présence régulière de phoques sur les petits icebergs complètent la richesse de ces sites.

Jour 3 : Glacier de Monaco

Cette appellation couvre l’entrée du Woodfjord, encombré de bois de flottage et réputé pour les couleurs pourpres de ses montagnes du dévonien, et ses cétacés. La toundra du Reinsdyrflya est connue pour ses oiseaux et sa flore. Plusieurs huttes de trappeurs rappellent l’histoire des lieux.
Nous irons vers le glacier Erik, qui se jette dans un lac glaciaire et nous naviguerons en zodiacs devant le front du glacier.

Jour 4 : Sept-îles et banquise

Par plus de 80° de latitude Nord, un archipel étend ses îles où les morses et les ours sont réguliers.
C’est là que le jeune Nelson, vainqueur de Trafalgar fut officier britannique de l’expédition de Phipps en 1773.
Plusieurs îles sont le refuge de macareux et de mergules.
Départ vers le Nord, vers la limite de la banquise où rôdent les ours à la recherche des phoques qui se reposent sur les plaques de glaces.
Durant cette journée, nous naviguerons en lisière de banquise et entre les plaques lâches et entrechoquées, à la recherche d’ours et d’autres animaux, tout en organisant une croisière en zodiac et (si les conditions le permettent) un débarquement sur une plaque de glace, pour vous faire connaître et comprendre ce milieu naturel si extraordinaire qu’est la glace de mer. Nous espérons de même y observer la très rare mouette blanche, et des phoques du Groenland.

Jour 5 : Île Charles XII et Terre du Nord-Est

Après avoir passé la nuit dans les glaces, probablement par 81 ou 82° Nord (en fonction des mouvements de banquise), nous serons proches de l’île Charles XII, où les ours et morses sont réguliers.
Continuation vers la Terre du Nord-Est, vers le fjord de Bengtssen, ou un autre (en fonction des conditions météorologiques) pour une belle excursion dans ces déserts froids qui sont forgés entre les langues glaciaires qui viennent de la calotte.
Cette réserve naturelle est couverte par deux calottes totalisant plus de 11 000 km2 de glaces. L’une d’elles se jette en mer en un front de glace presque continu de 160 km de longueur, donnant ainsi la plus longue barrière de glaces de l’hémisphère Nord ; dans les parties dégagées de glaces, le sol pierreux dévoile le climat de désert polaire où vivent les rennes. L’ours blanc y maraude régulièrement et quelques caps hébergent des colonies de morses. La région est marquée par les explorations les plus tragiques, tel le drame de Nobile en 1928. C’est certainement le paysage le plus polaire de l’archipel. La côte Nord recèle les fjords les moins explorés de l’archipel, et l’on y voit des restes anciens de baleines, la calotte qui s’y précipite en mer en donnant les plus grands icebergs du Svalbard. Ours blanc et morses y sont très réguliers. Le front de glaces s’avance par endroits en donnant des icebergs nombreux. Les baleines sont régulières dans les eaux du large.

Jour 6 : Côte Nord, Ile Blanche (?)

Si les conditions de glaces le permettent en cette fin juillet, nous irons vers l’île Blanche par la côte Nord (30% de chances).
Kvitoya est exceptionnelle par sa situation, à l’extrême Est, et par son recouvrement de glaces : une calotte y couvre 99% de l’île, ne laissant que 3 lieux : Andréeneset où l’expédition d’Andrée va périr en 1897, Hornodden et Kraemerpynten, très réputé pour ses morses et ours. Les ours blancs y sont réguliers, l’île est une barrière de glaces continue sur des dizaines de kilomètres, et est souvent entourée de banquise. Morses, labbes pomarins et mouettes ivoire s’y rencontrent.

Jour 7 : Hinlopen et fjord Murchison

Dans ce grand détroit entre la Terre du Nord-Est et le Spitzberg, les baleines sont régulières. Nous naviguerons en zodiacs devant la grande colonie d’oiseaux (300 000 individus) d’Alkefjellet, très spectaculaire dans des orgues de basaltes déchiquetés, avant d’entreprendre une croisière zodiac dans les eaux claires du fjord de Murchison, où les trappeurs russes opéraient autrefois. Une vieille croix orthodoxe rappelle ces temps.
En fonction des conditions météorologiques et de mer, nous pouvons soit reprendre par la route du Nord, soit revenir par la route du Sud en nous arrêtant à Hornsund et Bellsund :
Au pied de l’un des plus hauts sommets de l’archipel, le Hornsundtid (1431 mètres d’altitude) nous irons vers Brepollen et ses 5 glaciers qui se jettent en mer, et vers les grandes colonies d’oiseaux du fjord Mayer. Hornsund est l’un des fjords les plus englacés et spectaculaires de l’archipel.
Ours et phoques sont réguliers aussi entre les icebergs, alors que près de la base de recherches scientifiques polonaises installée en 1932, se trouve l’une des plus grandes colonies de mergules : cet oiseau marin de la taille d’un merle est le plus commun, avec environ 2 millions d’individus.
Les restes de baleiniers sont aussi présents pour témoigner de l’histoiredense de ces terres polaires.
Dans Bellsund nous découvrirons l’histoire des expéditions françaises au XIXe siècle, les restes de massacres de baleines par les Norvégiens, les tentatives d’exploitations de mines d’or, les toundras riches de fleurs et de rennes et les colonies de milliers d’oiseaux.

Jour 8 : Fjord de Smeerenburg et baie de la Madeleine

Nous retrouvons les paysages des pics déchiquetés et des glaciers qui noient les vallées. Cette région du Nord-Ouest fut le haut lieu de la chasse à la baleine dès le XVIIe siècle, avec l’implantation d’un village sur l’île de Smeerenburg (la « ville de la graisse »). Le fjord y est d’une saisissante beauté, et les phoques y sont réguliers. Une excursion en front de glaces, voire sur les marges du glacier, nous fera connaître ces lieux.
La baie de la Madeleine quant à elle, est la plus visitée par les grands bateaux de croisières et présente des paysages superbes.

Jour 9 : Baie du Roi

Cette baie est dominée par les sommets pyramidaux des 3 Couronnes, offrant des paysages magnifiques. Nous partirons à pied et en zodiacs à la découverte des rennes, renards polaires et des tapis de fleurs de la réserve botanique d’Ossian, ainsi que vers les fronts des glaciers de la baie, souvent encombrée d’icebergs.

Jour 10 : Longyearbyen – Paris

Arrivée à quai vers 8h. Débarquement vers 9h, matinée libre pour les achats ou la visite des musées. Départ du vol direct à la mi-journée et arrivée à Paris CDG 3 en début de soirée.

Nos vols directs Paris – Spitzberg – Paris

Spécialement affrétés par Grands Espaces

Pour éviter la longueur des passages douaniers et des contrôles lors de nos escales en Norvège nous louons les services d’une compagnie aérienne française pour nous acheminer en vols directs d’une durée de 4h30 de France à Longyearbyen au Spitzberg ; nous éviterons ainsi les pertes de temps et les tracas de voyages pour arriver sur le tarmac polaire du Spitzberg. Les départs de Paris auront lieu en général vers 7h et les vols retour arriveront à Paris vers 17h30. Pour les passagers au départ de Genève, nous organisons un départ avec une arrivée à Roissy CDG la veille pour un forfait de 330 € par personne en chambre double, 370 € en chambre individuelle incluant les vols Genève-Paris et retour, les transferts, la nuit d’hôtel en chambre double et le dîner. Tous les vols proposent également pour un supplément une classe « confort » qui peut être réservée dès l’inscription au voyage : repas raffinés, espace, livre en cadeau de bienvenue, 30 kg de bagages de soute au lieu de 23, guichet d’enregistrement séparé.nos vols directs Paris – Spitzberg – Paris

Au pays des ours blancs

Depuis que nous organisons des croisières expéditions en 1990, il ne s’est pas passé un voyage sans voir d’ours blanc. On en rencontre en général 3 à 25 par voyage, parfois très près quand ils s’approchent, curieux, de nos embarcations. À terre, la sécurité oblige à ne pas débarquer en présence d’ours. Certes, il n’est pas exclu que la malchance nous amène à ne pas voir d’ours au gré d’un voyage futur, mais notre succès dans la recherche est lié à notre profonde connaissance des lieux et de l’animal. Notre équipe de guides conférenciers est par ailleurs en veille permanente à la passerelle et nous avons sélectionné les meilleurs «spoteurs», capables de repérer un ours à plusieurs kilomètres. Nos bateaux enfin, sont faits pour travailler avec la banquise, l’habitat naturel de l’ours polaire.

Pourquoi aller vers l’Est et le Nord ?

La régression de la banquise s’accélère : il faut aller la chercher au Nord, parfois à plus de 200 kilomètres des côtes, en montant vers 83° de latitude Nord. Nous naviguons alors durant les heures de sommeil pour nous réveiller en lisière de glaces le lendemain. C’est au Nord et à l’Est que la banquise est présente en été, et c’est l’habitat naturel des ours blancs : voilà pourquoi nous nous y rendons.
Par ailleurs, le Spitzberg concentre 3 types de paysages polaires : les grandes toundras de l’Ouest, les pics et glaciers du Sud et du Nord, et les grandes calottes de l’Est: c’est pourquoi il nous importe de vous monter ces régions, les plus polaires et spectaculaires.
Enfin, nous pouvons y aller car nos bateaux et nos Commandants sont taillés pour les glaces en ayant les Certifications requises. Les grands paquebots au fuel lourd sont interdits en dehors de la région de Longyearbyen.
Pour des raisons de sécurité, les unités de plus de 200 personnes sont interdites à l’Est: c’est pourquoi nos bateaux sont limités à 100 passagers, pour la découverte la plus complète.
Pour les spécialistes de la banquise, cette dernière aura disparu en été entre 2020 et 2030.

Prix par personne

Le prix comprend : croisière en pension complète, toutes les excursions, guides-conférenciers francophones, vols directs au départ de Paris, transferts, assurance rapatriement, bottes en prêt.
Le prix ne comprend pas : assurance annulation, pourboires, boissons et dépenses personnelles, classe confort sur les vols directs.

Cabine triple, 2 lits bas, 1 couchette, wc privés, fenêtre, 10 à 12 m2 6900 €
Cabine double, lits superposés, wc privés, fenêtre, 8 à 11 m² 7950 €
Cabine double, 2 lits bas, wc privés, fenêtre, 10 à 11 m² 8550 €
Cabine supérieure, 2 lits bas, wc privés, fenêtre, 13 à 15 m² 8900 €
Cabine individuelle 13 500 €

Départ Genève : supplément 330 € en chambre double, 370 € en chambre individuelle.

Réserver ce voyage Être rappelé gratuitement